Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



De l'hommage de François Hollande aux soldats morts en Afghanistan
Recherche destructrice d'embryons humains : nouvelle proposition de loi

Assigné à résidence au Qatar depuis des mois

Yp2 L'incroyable histoire d'Yves Pendeliau où l'on cherche l'action des responsables politiques français :

"Il y a à peine un an, il devait rentrer en France, à Paray-le-Monial. Voir son fils aussi domicilié à Dijon. Sa femme et ses deux jeunes filles étaient venues d’Indonésie le rejoindre pour effectuer le voyage en Saône-et-Loire. Le rendez-vous avait lieu à l’aéroport de Doha. Lorsque la police est arrivée pour arrêter Yves Pendeliau, 59 ans, le 27 avril prochain, le choc a envahi la petite famille, les pleurs ont succédé à la joie des retrouvailles.

Depuis le 24 juillet 2011, ce cadre citoyen français dans différents groupes industriels dont Qatar Shell qui travaille dans le petit émirat du Golfe depuis cinq ans grâce à trois employeurs, est assigné dans ce pays de rêve pour un motif de litige locatif. Il fait l’objet d’un « travel ban », interdiction de quitter le territoire sans qu’aucune plainte n’ait été déposée à son encontre. Joint hier par téléphone, il s’explique et témoigne, dépité, face dit-il à « l’immobilisme » des autorités françaises et qatariennes.

« Il y a eu un changement de propriétaires pour mon logement de deux pièces que j’occupais en 2009 et 2010. D’un complexe appartenant à un groupe du Qatar, ça a été transféré à des Iraniens et un intermédiaire me réclame 50 000 riyals, environ 10 000 euros, correspondant à des factures d’eau et de climatisation que je conteste. J’ai reçu des dizaines de mails pour que je paye mais c’est de l’escroquerie ».

Si Yves Pendeliau peut circuler librement à l’intérieur du pays, il n’a pas le droit d’en sortir. « Je n’ai même pas été autorisé à voir ma famille à l’aéroport en juillet dernier. Neuf mois après, rien ne bouge. Je me sens prisonnier. Je n’ai à ce jour aucune solution pour quitter le Qatar. Je n’ai pas de porte de sortie poursuit l’expatrié qui parle de lui comme étant un « otage ». Il crie aujourd’hui au racket et malgré ses multiples actions envers les autorités diplomatiques françaises au Qatar et à Paris- une plainte a été déposée au Tribunal de grande instance de Paris le 3 février dernier- la lassitude s’installe pour l’assigné à résidence".

Même mésaventure pour ce Belge qui a réussi à s'enfuir... au bout de 12 mois.

Commentaires

Lohana

Je viens d'envoyer un mail au député Yves Nicolin qui est membre d'un groupe à l'assemblée les "amis du Quatar".

Nicolas

D'expérience, le réseau consulaire français est en dessous de tout, que vous soyez français ou étranger.
Si vous n'avez besoin de rien, c'est à eux qu'il faut s'adresser en priorité !

Jean Marnois

bloquons la sortie de la résidence de l'émir du Quatar à Marnes la Coquette (mais un jour de soldes) !

jeanduma

Schéma assez classique d'un expatrié se gobergeant comme salarié servile, mais incapable de comprendre que le monde de bisounours juridique à l'européenne n'est qu'un leurre servant à protéger des intérêts divers... qu'on ne rencontre jamais sauf, parfois, ici ou là...
Il est tombé dedans et se bat comme une tarte.
#Darwin

Exupéry

Toutes les cultures n'ont apparemment pas la même expérience de la prise d'otages et du racket.
"Bio"diversité...

siloe08

Ont peut monter une OP d'extraction, mais ça va couter plus que 10000 euros.

Côté Bahrein 22 kms à la nage, .... mais ce n'est pas par ici qu'il faut passer.

Sybelle Marchand

Exupery
Peut-il me contacter ?
Merci

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.