Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Mission sur l'euthanasie : prendre l'avis des gens plutôt que des professionnels
Lebensborn pour nouveaux mariés homosexuels

Les progressistes ne quitteront pas l'Eglise car ils ont l'ambition de la changer

Lu sur benoît-et-moi :

"Le 22 juin dernier, La Vie ouvrait une nouvelle rubrique, intitulée "Chrétiens en débat".
Elle est présentée ici. Le 6 juillet, l'un des thèmes débattus était "Les catholiques progressistes doivent-ils quitter l'Eglise ?". Suite à la rebellion des religieuses américaines de la LCWR (cf. benoit-et-moi.fr/2012(II)), c'était la question-provocation posée par Bill Keller, "ex-rédacteur-en-chef du New York Times, dans une des tribunes en ligne les plus discutées entre catholiques américains actuellement (315 commentaires modérés en dix jours)". Le journaliste du NYT, écrivait: Et si les catholiques qui ne sont pas d'accord avec la ligne du Vatican s'en allaient ? Après tout, il y a plein d'autres Eglises, y compris des communautés catholiques non romaines. Cela résoudrait la crise du catholicisme contemporain.

[...] il est toujours plus facile de saper une institution de l'intérieur: que seraient ces "opposants" s'ils n'étaient plus dans l'Eglise? Que vaudrait leur parole? Leur ouvrirait-on encore toutes grandes les portes des studios de radio et des plateaux de télévision pour cracher leur venin? Il est permis d'en douter."

Sur Contre-débat, LM Lamotte a analysée la réponse des progressistes :

"l’une des principales réponses données à cette question [est] celle de la théologienne Jamie L. Manson dans le National Catholic Reporter du 27 juin 2012. Cette réponse, à bien des égards, est très intéressante ; elle l’est d’ailleurs bien plus par ce qu’elle omet que par ce qu’elle affirme. Je reproduis donc l’essentiel du résumé que fait La Vie de son article :

Jamie L Manson explique que « le fait de quitter l'Eglise est un luxe que le monde ne peut s'offrir ». Certes, admet-elle, « la prise en main hostile de l'Eglise par des forces archi-conservatrices [...] est un fait accompli [...] et les choses ne vont pas changer. » De même, elle partage tout à fait l'avis de Keller sur les responsables de l'Eglise qui semblent souhaiter que les dissidents catholiques s’en aillent. Mais, elle n'est pas d'accord sur un point : si les catholiques vivant en Occident pourraient effectivement quitter l'Eglise pour « faire leurs courses dans le vaste marché spirituel, où l'on trouve tout, de la médiation zen à l'Evangile de la prospérité », ceux qui vivent dans les pays pauvres n'auraient guère cette possibilité. « Il est important de rester en solidarité avec les catholiques à travers le monde et continuer ainsi nos actions afin de réformer l’enseignement de l’Eglise.»

De fait, on n’aurait pu être plus clair. Si Mme Manson refuse de quitter l’Eglise catholique, ce n’est pas parce qu’en dépit de son malaise, elle y reconnaît l’Eglise de Dieu, l’Eglise divinement instituée et fondée sur Pierre par Notre-Seigneur Jésus-Christ pour être l’unique arche du salut, son Corps mystique, « l’Evangile qui continue », comme l’écrivait le cardinal Journet. Ce n’est pas non plus parce qu’elle estime que cela est nécessaire à sa sanctification et au salut de son âme. Elle reste dans l’Eglise parce qu’elle veut la changer.

On touche ici à une conviction centrale de ces catholiques de gauche. Elle est loin d’être propre à Mme Manson ; on la retrouve par exemple sous la plume d’Anne Soupa, théologienne elle aussi, dans une tribune qu’elle signait dans La Croix en 2009 : « Ce qui fonderait donc le fait de rester, malgré l’amertume de ces jours, est la conviction que la critique est destinée au relèvement. » On peut toujours objecter que ce singulier attachement à l’Eglise catholique, apostolique et romaine est le fait de quelques extrémistes ; et c’est certainement vrai ; bien des catholiques de gauche, assurément, gardent ne serait-ce que confusément le sentiment d’appartenir par leur baptême à l’unique Eglise fondée par Jésus-Christ. Mais il n’est pas anodin que de tels propos d’une part soient tenus par une théologienne revendiquée, qui devrait pourtant en mesurer la portée, d’autre part bénéficient d’un aussi puissant relai que celui du quotidien La Croix, sans semble-t-il que la rédaction assomptionniste n’ait trouvé de quoi se scandaliser. Il est accepté, il est admis que des catholiques déclarent rester dans une Eglise dont ils ne partagent visiblement pas la foi ou la doctrine, non pour le salut de leur âme, mais parce qu’ayant perdu foi en l’institution divine de l’Eglise, ils veulent la changer pour la refaire selon leur bon plaisir et selon les valeurs modernes qu’ils assument si pleinement, a planta pedis usque ad verticem capitis. Le monde et son évolution jouant désormais le rôle d’un Magistère infaillible et immédiatement contraignant, il n’y a plus lieu de se préoccuper du Magistère ecclésiastique, sinon pour conformer celui-ci à celui-là."

Alors : à quand l'exigence de signature d'un "préambule doctrinal" à ces drôles de paroissiens ?

Commentaires

crockett

Je cite " afin de réformer l’enseignement de l’Eglise " ????? . Mais qui sont ces gens pour vouloir réformer ce que le Christ nous a enseigné ? ; C'est pas comme en politique , on ne fait pas de réforme à tout va . Un seul enseignement: celui du Christ à St Pierre , celui de tous les papes et de Benoît XVI aujourd'hui .

senex

"La souffrance infernale,c'est de toujours vouloir ce qui n'est pas et de ne jamais vouloir ce qui est""Don Vonier" Et Ce éternellement...! Ce ver intérieur ronge tout ce qui se présente, de l'intérieur,comme les termites .Une seule attitude: fuir ce genre de révolutionnaires éternellement insatisfaits;prier pour eux mais à distance respectable...

maillefer

[...] il est toujours plus facile de saper une institution de l'intérieur: que seraient ces "opposants" s'ils n'étaient plus dans l’Église?
-------------------------------------------


"2. Ce qui exige surtout que Nous parlions sans délai, c'est que, les artisans d'erreurs, il n'y a pas à les chercher aujourd'hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent et c'est un sujet d'appréhension et d'angoisse très vives, dans le sein même et au cœur de l’Église, ennemis d'autant plus redoutables qu'ils le sont moins ouvertement. Nous parlons, Vénérables Frères, d'un grand nombre de catholiques laïques, et, ce qui est encore plus à déplorer, de prêtres, qui, sous couleur d'amour de l’Église, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire jusqu'aux moelles d'un venin d'erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Église; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l'assaut à tout ce qu'il y a de plus sacré dans l’œuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne, qu'ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu'à la simple et pure humanité."

PASCENDI DOMINICI GREGIS

Plume

Comme pour beaucoup de choses aujourd'hui, certains pensent que ce n'est pas à soi de s'adapter à l'Eglise, mais à l'Eglise de s'adapter à son bon plaisir et son confort personnel. Comme ces prêtres qui veulent imposer à l'Eglise leur désir de se marier. Ou ces gens qui ne sont même pas catholiques et qui viennent nous dire comment il faudrait que notre Eglise fonctionne. L'Eglise n'est pas un supermarché. On l'accepte avec ses failles et ses défauts (comment pourrait-elle ne pas en avoir puisqu'Elle est faite d'hommes et de femmes), ou on choisit un autre chemin. A lire : Les Pensées de Pascal.

Exupéry

Il est de même notable que les "modernistes" (parfois sulfureux) sont sur-représentés dans lesdites "Équipes animatrices" paroissiales...

  Wśród Pampasów

@maillefer:
Décoiffant..! Superbe.
Découvrons ou redécouvrons ces textes.

Jean Theis

Encourageons donc les tradis de rentrer au bercail d'où ils pourront améliorer la situation.

De l'extérieur ils ne peuvent rien faire.

maillefer

@Wśród Pampasów

En effet, et ici il y a tout ce qu'il faut :

http://www.saint-remi.fr/recherche.php?Liste1=1&Liste2=203&Liste3=&mot=&aut=&rechercher.x=0&rechercher.y=0

JCM

"Ni partir, ni se taire" ; telle est la devise très peu évangélique des progressistes du comité de la jupe et de la CCBF !

J'appelle tous les sarthois et manceaux a se réunir pour empêcher Christine Pedotti de venir tenir sa conférence de désinformation sur le concile prévue au Mans le 11 octobre. En effet, le jour même de l'ouverture de l'année de la Foi les chrétiens auront autre chose à faire que d'écouter cette pseudo théologienne !

Que les volontaires me rejoignent.

Michèle

Ces gens sont atteints d'hybris, et à coup sûr hérétiques ( le capitaine Haddock leur trouverait même quelques autres épithètes bien senties). Pas un atome d'humilité chez eux. Effectivement, on devrait leur faire signer un préambule doctrinal, et lourder tous ceux qui refusent de signer. Ouf, quel soulagement si ces naufrageurs dégageaient la piste au lieu d'empester l'Eglise avec leurs exhalaisons méphitiques.

Denis Merlin

Que dirait-on si des militants catholiques recevaient comme consigne de faire semblant d'être juifs ou musulmans ou protestants ou athées ou franc-maçons pour faire changer ces religions ou groupements idéologiques ?

On crierait à l'escroquerie et on aurait raison. Car ce genre de méthodes, fondé sur l'orgueil, viole le droit à la liberté religieuse, le droit à la vérité, la liberté de conscience et devraient être réprimés par les tribunaux civils. Personne n'a de droit à être escroc.

Yorgos

Si l´auteur de cet excellent article espére voir un jour la direction assomptionniste de La Croix se scandaliser des propos de la théologienne Manson pour cause de modernisme, il peut s´armer de patience...

denis

On estime un arbre a ses fruits.
L'idéologie relativiste (ou "chrétienne de gauche" ou encore "démocrate chrétien") des 70 dernières années a eu 2 générations où elle était majoritaire pour porter du fruit. On voit ce qui s'est passé. CQFD.
Il ne reste qu'à prier.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.