Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



JMJ 2013 : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples. »
Selon L'Express, la société se droitise

Encore un maire qui refusera de célébrer des faux mariages

Jean-François Houette, maire de Mont l’Evêque (Oise) sur le site des AFC :

"Ma position sur le mariage homosexuel est très claire : j'y suis totalement opposé, c'est un projet qui va à l'encontre de ma conscience.

HPour moi, le mariage est un engagement entre une femme et un homme qui ont un projet de vie commun qui doit normalement déboucher sur la création d'une famille naturellement constituée. Il faudrait, changer le code civil, oui, pour préciser la formulation en ajoutant « entre un homme et une femme ». La législation a mis en place, via le PACS, des dispositions juridiques pour les personnes de même sexe leur garantissant des protections financières, sociales, fiscales... qui me paraissent largement suffisantes. Mais s'ils s'aiment, me dira-t-on ? Lorsque je célèbre un mariage, en tant que maire, et aux yeux de la loi, je ratifie non pas des sentiments, mais un engagement mutuel qui repose sur des droits et des devoirs : assistance et respects mutuels, partage des tâches, solidarité...

De plus, je considère que le projet de mariage homosexuel est une dégénérescence sociale car il peut déboucher sur l'adoption d'enfants par deux personnes du même sexe, ce qui me semble totalement contre nature, contrairement à ce que nous annoncent nos médias habituels. On ne peut pas banaliser le fait que des personnes de même sexe puissent adopter.

En tant que maire, je refuserai de célébrer un « mariage » homosexuel par conscience personnelle, quitte à remettre ma démission. Je ne pourrai pas me contenter d'en reléguer la célébration à mes adjoints, ce serait se débarrasser du problème."

Commentaires

Kelkin

Voilà LA réaction que tout maire devrait avoir : non pas refiler le problème à ses adjoints mais démissionner si une paire de p... homosexuels exige un "mariage".
C'est un martyre, d'autant plus qu'il peut être source de soucis financiers pour le maire, mais c'est un martyre nécessaire.

c

"Je ne pourrai pas me contenter d'en reléguer la célébration à mes adjoints, ce serait se débarrasser du problème".
C'est rarement dit ainsi - Bravo.

Jean Theis

M. Houette est courageux et il a raison de dire que reléguer les célébrations à ses adjoints, ce serait se débarrasser du problème.

Un certain nombre le fait et on est quand même contents !

chouan 12

Bravo, Mr le maire, c'est ce que devrait faire tous les maires qui ont la même position et le problème serait réglé!

Rouletabille

Dimanche nous avons le choix entre celui qui se débarrasse du problème en délégant un adjoint (Copé) ou celui qui, tête basse et toute honte bue, obéira aux lois de la république (Fillon).

Et ces deux là comptent redresser la France?

HS

Dans les dispositions juridiques mises en place pour le PACS il manque un élément d'intérêt non négligable: la reversion des pensions de retraite , jusqu'à présent réservée aux mariés en bonne et due forme...Que pense la majorité des français de son extension aux couples homosexuels , surtout lorsqu'on écorne chaque jour un peu plus les retraites , particulièrement pour les familles nombreuses?

BZR

Bravo Mr le maire!
voilà une afirmation de convictions cohérente et responsable dont beaucoup de nos hommes politiques devraient s'inspirer plutôt que de rester flou et tiède dès qu'un sujet devient un peu gênant.
Merci de nous rappeller que ça existe

C.B.

Faire table rase est peut-être une bonne façon de se débarrasser de cette épineuse question:
1) supprimer les droits de succession, ou, l'état ayant quand-même envie de se servir au passage, taxer uniformément tout transfert de biens d'un individu X à un individu Y, indépendamment de liens de parenté (ne serait-ce pas supprimer une discrimination invraisemblable: parce que Y est l'enfant de X, l'état récupère moins?).
2) supprimer la retraite par répartition au profit d'une retraite par capitalisation, sans réversion au profit de qui que ce soit.
3) supprimer le mariage civil (si vous voulez faire une fête, pas besoin d'enquiquiner un officier d'état-civil pour ça); du coup, ça supprime le divorce -ça allège un peu le travail des magistrats-.
On est sur la bonne voie pour "chacun pour soi et Dieu pour tous". C'est sans doute le "sens de l'histoire" (=progrès)?

Gusstie

Après les pretres refractaires de 1790, les maires insoumis!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.