Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le pape à la curie dénonce le gender
La messe de Noël du Pape retransmise sur TMC

Mgr Gardès : "Non à la discrimination, oui à la différence, richesse de notre humanité !"

Un lecteur me signale que Le Salon Beige est passé à côté de la déclaration de Mgr Gardès, évêque d'Auch, publiée le 21 novembre. La voici :

GARDES"Depuis l’annonce du mariage possible pour les homosexuels lors de la campagne présidentielle et la promesse de la mise en œuvre effective, les débats vont bon train, même si le pays, dans son ensemble, n’est pas consulté sur ce projet de loi ! Beaucoup de textes, de discours, d’interviews, de manifestations diverses... ont déjà eu lieu, mais pas toujours avec respect, c’est le moins que nous puissions dire !... certains articles, voire certaines caricatures pourraient même laisser penser à une « cathophobie »... A la fois on vient frapper aux portes de l’Église aux grandes étapes de la vie et en même temps on n’hésite pas à la dénigrer lorsque ses positions dérangent et dérogent à notre désir, alors qu’elles sont l’expression de bon sens et de respect de la nature humaine dans la grande tradition de notre héritage biblique et chrétien.

Le projet de loi qui est engagé suscite un véritable débat de société, il vise un changement radical fondé sur un nouveau sens de la famille. Le cardinal André VINGT TROIS vient de le rappeler à Rome de manière très claire lors de la Visite Ad Limina. Il avait déjà rappelé avec justesse la position de l’Église lors des discours d’ouverture et de clôture de l’assemblée plénière de l’épiscopat à Lourdes. Déjà beaucoup de choses ont été exprimées à ce sujet, y compris par les autres responsables religieux dans notre pays. Nous ne revenons pas dessus et nous vous renvoyons à la lecture de ces textes... Avant de s’engager dans une telle aventure a-t-on sérieusement mesuré les conséquences incontournables du changement opéré ? L’interview récente de jeunes à ce sujet est très parlante. Oublierait-on la nature humaine qui nous crée différenciés ? Au moment où beaucoup s’engagent sur le chemin de l’écologie pour le respect de la nature, oublierait-on de respecter la nature humaine ? Nous entrerions alors dans le domaine de l’incohérence... d’un côté on respecte la nature, d’un autre côté non ! La négation d’une différence physiologique à la naissance serait refus de la réalité de la création.

Sur le plan sémantique un tel projet interroge : il suffit de regarder dans le dictionnaire le sens du mot mariage : il est défini de manière claire comme l’union d’un homme et d’une femme. Autre chose le mot couple qui est ainsi défini : deux êtres unis par la volonté, le sentiment, ou par tout autre cause qui les rapproche... S’il faut changer le sens du mot mariage, qui est habilité à le faire ? Qui régule le sens des mots de la langue française, affirmée comme langue officielle de notre pays dans la Constitution ? Il serait dommage d’entrer dans la confusion du langage, une telle confusion rappelle Babel...

En conclusion nous reprenons une partie du discours du 03 novembre 1998, de madame Elisabeth GUIGOU à l’assemblée, alors Garde des Sceaux, au sujet de la proposition de loi sur le PACS : pas de discrimination, souci de donner un statut aux couples homosexuels, mais maintien du sens de la famille, du mariage et de la place de l’enfant qui a ses propres droits. Quand on parle du droit à l’enfant dans un couple, n’oublions pas l’enfant avec ses droits ! Poursuivons en citant un passage de ce discours, mais pour votre plus grand profit, si vous le pouvez, lisez l’intégralité du texte !

Aujourd’hui le gouvernement soutient la proposition de loi sur le Pacte Civil de Solidarité (PACS), qui permet à deux personnes d’organiser leur vie commune dans la clarté et la dignité...Une famille ce n’est pas simplement deux individus qui contractent pour organiser leur vie commune. C’est bien plus que cela. C’est l’articulation et l’institutionnalisation de la différence des sexes... C’est aussi la promesse et la venue de l’enfant... Nous reconnaissons, sans discrimination aucune, une même valeur à l’engagement de ces deux personnes... la non-discrimination n’est pas l’indifférenciation. Le domaine dans lequel la différence entre hommes et femmes est fondatrice de l’humanité, de sa survie, c’est celui de la filiation. Voilà pourquoi le PACS ne légifère pas sur l’enfant et la famille. Voilà pourquoi le pacte concerne le couple et lui seul...

Le texte cité est clair : il y a une différence entre un homme et une femme. Vouloir gommer la différence c’est entrer dans la confusion. Vouloir confondre égalité et égalitarisme c’est là aussi entrer dans la confusion... Notre pays aurait-il oublié sa langue ? Aurait-il oublié que l’humanité est masculin et féminin : Dieu créa l’homme à son image, homme et femme il les créa (Gn 1,27). Non à la discrimination, oui à la différence, richesse de notre humanité !"