Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Une enquête qui accable la communauté LGBT
Le grand rabbin de Rome est aussi opposé à la dénaturation du mariage

Pilule : le scandale s'étend aux autres moyens de contraception

En pleine polémique sur la dangerosité des pilules de 3e ou 4e génération (déjà 320 dossiers de victimes potentielles), d'autres moyens contraceptifs, en l'occurrence les patchs et les anneaux, sont montrés du doigt pour les risques qu'ils peuvent éventuellement représenter pour la santé. Le syndicat national des gynécologues obstétriciens (Syngof) s'inquiète :

"Le Syngof s'interroge sur l'absence de recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) concernant les patchs contraceptifs et les anneaux également très utilisés".

"Pourquoi ne dit-on rien sur les patchs et les anneaux qui contiennent les mêmes produits.

Les patchs contraceptifs tout comme les anneaux vaginaux qui délivrent des hormones contraceptives  contiennent deux types d'hormones,  des oestrogènes et des progestatifs de 3e génération, donc les mêmes caractéristiques que les fameuses pilules.

Addendum 8h20 : Jeanne Smits en parlait dès 2011, avec une étude danoise qui voit le risque de thrombose 6 à 8 fois plus élevé chez les femmes utilisant ces contraceptifs que chez celles n'utilisant pas de contraception hormonale.