Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Carl Lang : "Tout cela va dans le sens de la destruction de la famille"
Mgr Aillet : " J'espère beaucoup que les parlementaires sauront laisser parler leur conscience"

L'église d'Abbeville doit être détruite

AUn Conseil municipal extraordinaire s’est tenu aujourd'hui à Abbeville (Somme). Le rapport de l’expert mandaté par le tribunal administratif a été exposé aux élus. Le clocher présente un péril imminent grave, qu’un éboulement peut survenir à tout moment sans signe annonciateur. Le clocher doit être démoli sans attendre. L’église doit en finalité être complètement détruite pour écarter tout risque d’éboulement.

Le conseil municipal sollicite du préfet la désaffectation de l’église.

L'Etat n'entretient pas les biens qu'il a volés. Alors il finit par les détruire.

Commentaires

Topaze

A quand la déconstruction de mosquées ?

Benoît

C'est à l'image de la destruction de la famille.

La haine de la chrétienté, le retour à la barbarie.

Marguerite

L'Etat est fautif, mais les évêques aussi: parce qu'ils ne font pas respecter la loi de 1905.

Robert Marchenoir

C'est une preuve a contrario de la validité du libéralisme.

Un système juridique par lequel l'Etat est propriétaire des églises, alors que ce n'est pas lui qui les utilise, est vicié à la base. C'est bancal. Cela ne peut pas fonctionner.

L'Etat n'a aucune incitation à entretenir des biens qui profitent à d'autres et ne lui rapportent rien. Déjà qu'il n'entretient pas convenablement ceux dont il a l'usage...

L de M

Sans décharger la mairie de sa responsabilité, cette région a été fragilisée par les bombardements de 14-18, les églises en ont beaucoup pâti.

Tonio

Sauf que tant que le clergé affectataire n'osera pas lui coller un procès pour non entretien (prévu explicitement dans la loi, donc c'est du velours pour gagner), la Raie Publique aurait tort de se gêner.

Robert Marchenoir

Voir ici :

http://www.latribunedelart.com/l-eglise-saint-jacques-d-abbeville-menacee-de-demolition

Et les images insoutenables de la démolition, déjà commencée, ici (et non pas "déconstruction", comme disent les autorités...) :

http://saintjacques-l-oubliee.over-blog.com/

C'est une civilisation qui se suicide.

Philippe Edmond

Le maire de cette ville est socialiste, trouve normal de faire mémoire de la mort du chevalier de la Barre plutôt que de se soucier du maintien du patrimoine architectural et spirituel des habitants de sa commune.

Camille

Bonsoir,

Voici la pétition qu'il faut signer tant bien que mal pour sauver cette église ...!
http://www.petitionduweb.com/pour_sauver_l__eacute_glise_Saint_Jacques_d_Abbeville-6882.html

Maïe

L'Etat ne les avait volé que pour détruire l'Eglise. L'Etat a fait des lycées dans les maisons des congrégations et laisse périr les églises car il n'est pas encore très bien vu d'y faire des boites de nuit ou des hôtels, mais ça vient.
Ni l'Etat ni les ceux qui le soutiennent ne sont pressés, ce qu'ils veulent c'est détruire l'Eglise, parce que l'Eglise est ce qui se place entre eux et ceux qu'ils veulent esclavager. Ils sont à l'oeuvre depuis un peu plus de deux cents ans et ils ont la vie devant eux.
Mais nous aussi, nous avons la vie devant nous : qu'est-ce qu'on attend ?

John Fox

Ignoble. Combien de mosquées construites dans la région ces dernières années avec la complicité des pouvoirs publics? Comme les premiers Chrétiens, nous allons, petit à petit, nous mettre à célébrer dans des caves, dans le secret, sous peur d'être jetés au nouveaux "lions" des cités, au milieu du cirque de la République.

Voilà ce qui nous attend dans ce système ignoble.

Marie-Edmée

Donc si je lis bien Tonio, le clergé est complice... des prêtres et des évêques jureurs, en somme.

Gran

Je crois qu'il est inutile de la sauver maintenant.
En revanche, faire un procès à la Mairie pour non entretien du patrimoine me semble plus utile

BRamets

La "désaffectation". Le curé est affectataire. C'est une suite du vol par la commune du lieu de culte. Monsieur le Préfet devra obtenir de l'Evêque dont le prédécesseur avait consacré cette église qu'il la désaffecte. Pour autant, c'est l'incurie, volontaire ou non de la commune devant son devoir d'entretenir un patrimoine confié qui gagnera probablement et le tout se terminera par la démolition puisqu'il est trop tard!!!

Emmanuel

@ Robert Marchenoir.

Votre première intervention: excellente, bien d’accord et rien à redire.

Votre deuxième intervention. C’est vrai que la vue de ces photos et vidéo est épouvantable. Ca fait très mal. Bien sûr que toute démolition d’église est une forme de violence difficilement soutenable. Mais nous posons-nous la bonne question quant aux raisons de ces démolitions? Des éléments de réponses sont d’ailleurs donnés par l’expert: voir la vidéo. Il semble qu’en l’occurence l’église ait été construite sur des fonds instables...

De plus, la qualité intrinsèque des matériaux utilisés pour construire ces églises ne laissait-elle pas parfois à désirer? L’Etat doit-il dépenser (notre) argent sans compter pour pallier aux erreurs de constructions ? Pallier aux erreurs, est-ce de l’entretien? Où est la limite? Je n’en sais rien mais c’est pourquoi je pose la question.

Ne préférons nous pas un peu vite nous engouffrer dans la critique lourde en pointant vers les manquements du propriétaire qu’est l’Etat? Ce qui renvoie, je sais bien, à votre première intervention.

Justine RK

@ Emmanuel

Dommage que vous n'ayez pas pris le temps de lire l'article si documenté auquel renvoie Robert Marchenoir. Au moins la conclusion :

"Des solutions existent pour sauver l’église Saint-Jacques mais elles doivent mise en œuvre rapidement. Non loin d’Abbeville, en Picardie, le village de Brévillers a restauré son église du XVIIIe siècle en dépensant 20000 €7, soit 200 € par habitant, la population de Brévillers se montant à 100 personnes. Abbeville a 24000 habitants, ce qui équivaut, en respectant les proportions, à 4800000 €. Soit davantage que le montant estimé par l’étude de Vincent Brunelle, même en tenant compte de la mise hors d’eau du bâtiment. 200 € par habitants, si l’on prend une hypothèse de travaux menés sur quatre ans et de l’absence complète de toute subvention8, cela fait 50 € par an et par habitant, 25 € si le chantier est étalé sur huit ans. Abbeville ne peut-elle consentir cet effort, pour sauvegarder un élément important de son patrimoine ?
Le vrai courage de Nicolas Dumont, le maire de la ville, serait de décider son sauvetage, avec ou sans subventions. Faute de quoi l’on pourra dire, en paraphrasant les habitants de Rome fustigeant la destruction des bronzes du Panthéon9 : « ce que les bombes allemandes n’ont pas fait, Nicolas Dumont l’a fait. »

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.