Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



500 personnes soutiennent Nicolas devant le Palais de justice d'Angers
"Roulez ce drapeau français !"

Un collectif de soutien aux élus : Maire pour le Droit Familial

Jacques Tissier, Maire de Fontgombault, porte-parole du collectif des Maires pour le Droit Familial, explique :

"Le "mariage pour tous" repose sur quelques faux arguments maquillés en avancée sociétale.  Il convient d'en mettre en lumière les principales erreurs.

Un premier slogan, "J'ai droit à un enfant", fait fi du bien de l'enfant, qui pourtant prime sur le désir des adultes. Les enfants ont besoin de connaître leurs parents biologiques, constitutifs de leur identité, et d'être éduqués dans la complémentarité de leurs père et mère. Accorder un enfant artificiellement à des adultes homosexuels (par PMA ou GPA), c'est "fabriquer" délibérément un orphelin, le privant d'un parent biologique.  C'est une injustice envers un être humain vulnérable.

Une deuxième prétention est l'égalité qu'apporterait le "mariage pour tous".  Or la contribution propre du mariage au bien commun est l'engendrement et l'éducation des enfants, sans lesquels la civilisation ne peut être perpétuée.  D'où les avantages spéciaux qui protègent le mariage.  Accorder ces droits "à tous", c'est une injustice.  En effet, la justice est de rendre à chacun ce qui lui est dû :  les droits du mariage ne sont pas dus aux unions incapables par nature d'engendrer, donc privées de l'utilité sociale du mariage.  Bien plus, cette égalité "dénaturerait" le mariage comme le rappelait Elisabeth Guigou, citant la Cour européenne des droits de l'homme, lors du débat du Pacs en 1998 :  "ce serait une dénaturation du mariage et de sa fin sociale que des personnes dont la catégorie sexuelle emporte par elle-même la constatation d'une inaptitude physique à procréer puissent se marier".

Enfin, une fausse argutie est l'appel à une pitié mal placée :  "des enfants de couples homosexuels sont sans statut juridique, il faut leur en offrir un".  Mais le malheur de ces enfants n'est pas d'être sans statut juridique, c'est d'être privé d'un père ou d'une mère.  Oui nous avons pitié, pitié des orphelins que cette loi va fabriquer artificiellement !  L'opposition à la loi Taubira est avant tout un combat pour la raison qui ne doit pas capituler :  un enfant de "famille homoparentale", ça n'existe pas en tant que tel.  Cet enfant a un père et une mère.  Et s'il est issu d'une PMA ou d'une GPA, c'est un orphelin volontairement et indûment privé d'un père ou d'une mère. [...]

En conclusion, la loi Taubira est un suicide social : la dénaturation du mariage est la destruction de la famille, donc la destruction de la civilisation, qui ne sera plus transmise aux générations futures. Le public l'a bien compris : 57% des Français sont opposés à l'adoption "pour tous" (Sondage IFOP pour Alliance Vita, février 2013). Par conséquent, une majorité de Français est contre la loi Taubira qui est un tout inséparable :  du mariage découlent nécessairement l'adoption, puis bientôt la PMA et la GPA. [...]

Chers collègues maires et officiers d'état civil, voilà pourquoi je vous invite à nous rejoindre en signant notre déclaration. Nous réclamons l'abrogation pure et simple de cette loi, et d'ici là, la reconnaissance de l'objection de notre conscience, conformément à ce que nous avait promis le Président de la République devant notre Congrès des maires le 20 novembre 2012."

Faites signez vos élus. L'un des buts est de pouvoir défendre et soutenir les maires dans l'opposition à la loi Taubira.