Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les jeunes appartiennent à une famille, à une patrie, à une culture, à une foi
Bain de foule inattendu pour le pape à Rio

Réforme du congé parental : une atteinte à la liberté des mères

Les AFC ont été auditionnées au Sénat le 9 juillet, dans le cadre du débat sur le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Les AFC ont rappelé que l’égalité entre hommes et femmes doit être « respectueux des rôles et aspirations de chacun. » Interrogées particulièrement dans ce cadre sur la réforme du congé parental, elles ont souligné « le rôle des pères et des mères dans l’éducation de leurs enfants » qui doit être conforté et soutenu. Notamment, elles ont insisté sur l’importance du

« libre-choix et des attentes exprimées par les familles [...] qui souhaitent pouvoir être présentes auprès de leurs enfants et assurer ainsi leur rôle de premiers et principaux éducateurs. »

Elles ont exprimé leur opposition à toute réduction de la durée du congé parental qui, « sous couvert d’égalité », privera les familles « d’un droit ».

« Ce n’est pas une incitation pour les pères mais bien une sanction pour les familles et une atteinte à la liberté des femmes qui choisissent volontairement de suspendre ou de réduire leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant de moins de 3 ans. »

Elles ont également insisté sur le fait que « seulement 1 père sur 9 soit 11,1 % prend un congé parental », et ce à cause de « la différence de rémunérations entre les hommes et les femmes qui fait que la prise de son congé par le père entraîne une forte chute des ressources de la famille. » Pour cette raison, la mesure envisagée (réduction du congé à 2 ans et demi pour inciter le père à prendre 6 mois) ne pourra pas atteindre son objectif.

Commentaires

Marie

Bonjour,
je finis la première année de mon congé parental et je vais renouveler pour la deuxième année ( on ne peut renouveler que de 1 an en 1 an dans l'enseignement)et je compte bien aussi prendre la 3ème année.

Si la loi passe, savez-vous, , si elle aura un effet rétroactif? Suis-je concernée par cette inquiétante mesure?

C.B.

La pertinence de la réduction du congé de 3 ans à 2 ans et demi pour permettre aux pères de prendre six mois de congé parental sera à réexaminer après une loi abaissant de 9 mois à 8 mois la durée de gestation par la femme pour permettre aux pères d'assurer la gestation pendant le neuvième mois (bien entendu, le père pourra décider librement s'il choisit d'assurer le premier mois ou de prendre en charge ce mois à tout autre moment de la grossesse).
Tant que cette loi essentielle n'aura pas été adoptée et promulguée, il est prématuré de modifier dans un sens d'égalité homme-femme les règles en vigueur concernant le congé parental.

Goupille

Projet de loi, une fois de plus, de fonctionnaires socialistes à destination des fonctionnaires socialistes ou de leurs assistés...
Méconnaissance totale, une fois de plus, du monde du travail... Hors aspects financiers, qui peut croire, mis à part des fonctionnaires socialistes pléthoriques et interchangeables, qu'une entreprise privée peut supporter l'absence d'un de ses employés pendant six mois ?

Vivement que tout ceci cesse.
Cela commence vraiment à suffire...

guy

Dans ce combat; il est nécessaire de rappeler aux AFC et aux autres que l'objectif du gouvernement, sous couvert d'égalité, n'est pas le bien-être de l'enfant, mais une fois de plus, d'arracher celui-ci aux valeurs transmises par la mère dans les premières étapes de la vie.

loghorrée

La mesure envisagée est uniquement faite pour masquer la réduction des frais de ces congés et délier les mères prêtes à choisir leur enfant avant leur carrière, celles qui veulent créer du lien et considère ces moments uniques sans prix...
C'est dans la ligne des enfants propriété de l'état, puisque nos enfants "appartiennent" à Peillon qui ne veut plus payer mais juste formater...
On sait que les pères, apportent souvent le salaire majeur du foyer et ne prendront pas ce risque financier...(Légalité devait commencer par la mise à niveau à salaire égal...), déjà la mesure juste après la naissance est à peine suivie!
La vraie égalité c'était de proposer(père et mère ) 3 ans de congé possible avant la scolarisation (3X 1 an renouvelable s'ils le souhaitent, voir une durée flexible de moins d'un an selon le choix de chacun) avec une indemnité au niveau des salaires.
La plupart des parents instruits ne s'arrêtant pas pour le risque professionnel d'être sanctionné, c'est regrettable pour l'enfant.
L'enfant n'étant pas, contrairement au gavage de cadeau qu'on lui fait pour se déculpabiliser de l'absence de temps qui lui est consacré, la priorité de notre société! Il est un trophée de la "maturité" ou un caprice de la jeunesse...Une poupée élaborée en quelque sorte...
Le reste de ce texte c'est manipulation pour détruire l'instinct maternel de certaines mères qui se développe au contact du tout petit,et économie économie qu'on veut nous faire passer pour du bonus...
Mais c'est tendance, alors...

chouan 12

devrons-nous faire comme les chouans prendre les faux et les bâtons pour chasser hors du royaume cette engeance de vipères(j'ajouterai lubriques)qui nous gouvernent. J'ai beaucoup d'espoir dans ce qu'a révélé Marthe Robin au père Yannick Bonnet, en gros:" La France tombera bien bas, mais vous verrez le relèvement de la France". Bidochon I° serait bien inspiré de faire ses valises avant qu'il ne soit trop tard!!!

Bernard S

La réforme concoctée par les politiciens socialites atteindra parfaitement son objectif : brimer toujours plus les familles, séparer toujours plus tôt les enfants de leurs mères, et économiser les 6 mois de congé auxquels elles n'auront plus droit.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.