Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Religion républicaine et gros sous [Addendum]
Le laïcisme pour briser l'héritage des Français

Avant l'action politique, il est nécessaire de dépasser les querelles

Cyril Brun répond à la question "Et maintenant ?" :

"[...] Avant tout autre chose, rompre avec l’à peu près et les compromissions du monde actuel. Ces compromissions, ces acceptations passives d’une situation de fait entretiennent le mal-être général, contribuent à brouiller le vrai visage de l’homme enfoui sous un amas de guenilles. Il faut donc continuer à faire bloc et masse pour refuser le rouleau compresseur des lois Taubira, Peillon et demain la réforme du système de santé de Marisol Touraine. Pour ce faire, la première des choses est de tous mettre un genou en terre avec humilité pour cesser nos divisions mortifères et se demander pardon mutuellement de nos volontés captatrices, de l’orgueil qui nous fait croire être meilleurs que les autres de notre propre camp. Nous avons besoin pour notre mouvement de plus d’humilité dans nos rapports les uns avec les autres, de plus de disponibilité au service. Tout l’été et depuis le printemps nous avons assisté aux coups bas, aux ostracismes, aux calomnies, aux tentatives de récupération affectives, aux menaces, aux démissions, aux mensonges, aux manipulations à l’intérieur même de notre grande armée. Le résultat est d’une violence sans appel. La confiance tend à s’effriter, l’esprit de chapelle fait son retour, notre combat marque le pas.

Voilà pourquoi, déjà à ce niveau, avant même l’action politique qui sera indispensable et très vite, tous les acteurs que nous sommes, du plus humbles au plus en vue, nous devons dépasser nos querelles avec plus d’humilité et d’abnégation. Nous ne servons pas tel ou tel mouvement, ni telle ou telle figure, mais l’Homme. Tous les mouvements préexistants ou nés de La Manif ont échoué. Un esprit partisan a parfois refait surface. C’est une lourde responsabilité qui pèse dans la pause actuelle de notre mobilisation. Responsabilité dont il serait bon de tirer les conclusions par un acte d’humilité collectif et d’unité. La situation exige désormais des actes forts. Si nous continuons à stagner, nous démobiliserons et le cours de l’Histoire qui lui ne fait pas de pause nous entraînera bien loin, avant que nous ne soyons à nouveau capables de réagir.

La société civile s’est levée depuis un an. Mais pour les gens qui travaillent et qui ont une famille se lever est exigeant et demande une énergie titanesque. Les têtes de ce vaste mouvement par leur querelle et leurs atermoiements d’une certaine manière piétinent cet élan. Il est temps que ceux-là mêmes qui se sont levés reprennent en main leur mouvement et le dépasse avant de pouvoir reprendre en main leur destin et l’avenir du pays. Car il faudra bien en passer par là. La grande force de ce large mouvement fut de transcender les courants. Cette force doit demeurer vive au service de l’Homme et non de structures. Nous avons les moyens de relever le défi. Nous comptons parmi nous les meilleurs intellectuels du pays. Le tiers des cadres des entreprises partagent nos convictions. Le socle rural du pays est notre force la plus abondante. Il nous reste à reprendre la direction de ce pays et c’est possible. Possible si la société civile l’accepte et reprend en main les cadres politiques et institutionnels de la nation, en dehors des partis et en marge du système. Partout où nous nous trouvons, nous pouvons nous investir en groupe et en nombre. Que ce soit dans l’école de nos enfants, aidés par de nombreuses structures désormais en place, dans le milieu associatif, notamment culturel, sportif, éducatif et caritatif, dans la formation pour soi ou pour les autres, en organisant, conférences et séminaires, en s’associant aux mouvements déjà existants, dans la santé en accompagnant les plus démunis ou encore dans la vie de la cité par l’adhésion aux différentes structures agissantes tant chrétiennes que laïques afin de les transformer de l’intérieur,  cela est possible si nous y allons à plusieurs. Dans la politique enfin par un vaste mouvement d’engagement hors des partis dans les élections locales ou européennes, nous pouvons encore nous affirmer. Mais tout cela n’est possible qu’à deux conditions. Rester unis au service de l’Homme dans la complémentarité de nos charismes et se former pour toujours mieux connaître et donc servir l’Homme. [...]"

Commentaires

Clément


je suis d'accord, mais j'aurais aimé entendre parler de la France et des Français et non de "l'homme"!!! Tant qu'à être homme autant être Français!!!

Colibri

Blablabla. assemblée constituante point

julien

A méditer sans modération

LB

"Rester unis au service de l’Homme dans la complémentarité de nos charismes et se former pour toujours mieux connaître et donc servir l’Homme" L'Homme avec un grand H est avant tout une créature de Dieu, il n'y a de salut pour lui, et pour l’État que dans la non-contradiction et la soumission à la loi naturelle et à la loi divine.

Anonyme

Assemblée constituante et c'est tout.
C'est déjà énorme !

anticorps

Cyril Brun, comme beaucoup d'autres, évite de pointer dans la direction des problèmes concrets. C'est plus facile. Et sur les généralités, il est aisé de faire l'unanimité. Le hic, c'est qu'un parti dévôt, après avoir pris l'initiative d'une réaction spirituelle lors du 15 août 2012, s'est trouvé décontenancé par l'ampleur de la mobilisation qui s'en est suivi. Si bien qu'on n'a plus beaucoup entendu ce parti, sinon pour nous dire que valeurs des Lumières et valeurs judéo-chrétiennes, c'était la même chose. Dans un premier temps décontenancé, ce parti a tout fait par la suite pour contrôler un mouvement qui risquait de ne pas aller dans le sens de ses valeurs des Lumières. Sur le mode du " feignons d'être les instigateurs du mouvement que nous n'avons pas pu empêcher ". Mais ça n'a pas marché, parce que les gens de la base ne s'étaient pas déplacés pour que - sur le mode des valeurs des Lumières - on leur fourgue le contrat d'union civile, position de repli imaginée par le parti dévôt. Nous en sommes là. Si quelque chose doit se faire dans ce pays, il se fera sans le parti dévôt. Aura-t-on le courage de le dire ?

Sabine

Oui, tout à fait d'accord, unissons-nous, TOUS.
La Manif pour tous, c'est pas pour certains!

Maria

Cette invitation au recentrage des forces table sur la "grandeur d'âme",ce dont ,j'en suis sûre ,les citoyens qui se sont levé ne manquent pas.Mais reprendre en main les cadres politiques et institutionnels de la Nation "en dehors des partis et en marge du système" en transcendant les courants..risque de rester un vœu pieux.A moins peut-être de créer un "maillage"d'associations couvrant tout le territoire,ou s'exprimerait la volonté de ces Français qui entendent défendre la famille et ses valeurs traditionnelles.Reste à voir sous quelle forme,dans ce pays verrouillé par la pensée unique.

meltoisan

Ah, si tous les diviseurs pouvaient s’unir et rejoindre la vraie droite, nous n’en serions pas là !
Ils seraient au SIEL, par exemple, avec l’excellent Paul-Marie COÛTEAUX… et avec le RBM et bien d’autres…

Ceux qui sont traités de « populistes » à l’UMP (dans ce mot qui se veut une injure, il y a « peuple »), les soutiens de DLR avec Dupont-Aignan, et maintenant la tentative de parti bidon France-Europe-Vie qui veut « défendre la vie » mais seuls, et les beaux restes du MPF, et des royalistes, des gaullistes, des identitaires paumés, des patriotes à foison, en un mot : des Français ! Tout cela fait une majorité.

Assez des divisions !

Bourges, Martinez, Boutin, de Villiers, Dupont-Aignan, … et autres UMP de bonne foi qui veulent œuvrer au bien commun, vous êtes responsables de la victoire de la gauche et du désastre, de la décadence que nous vivons actuellement.

UNISSEZ-VOUS !

Jean Theis

Comment s'engager dans les élections sans parti ?

clemsius

Pourquoi quand on veut défendre des valeurs morales et sociétales faut-il rentrer en politique pour y arriver? La politique, pour exister, bafoue toutes les valeurs que l'on cherche à vouloir défendre. Ce n'est donc pas de cette manière que l'on pourra les promouvoir et les faire se développer. Au contraire en restant simplement unis comme seul l'être humain peut le faire, sans structure, sans rien imposer ni même opposer au système, celui-ci se sentira perdu, démuni et apeuré car il ne saura pas comment réagir ni même combattre cette chose qu'il sera bien incapable de définir lui-même. C'est de cela que les gens seront fiers et qui les poussera à agir et peut-être qui sait à pouvoir réussir à changer le monde car je ne crois pas que c'est en dansant avec le diable selon ses règles qu'on arrivera à lui imposer le tempo.

MagikBus

Coaliser tous ceux qui preferrent leurs interets francais de souche et leurs interets nationaux offre une vaste palette de nuances dans un but commun crédible car atteignable avec des résultats concrets observables .

Il faut donc réunir toutes les bonnes volontés , laiques et chrétiennes ,sans se laisser dévier par une idéologie à pensée unique obligatoire .

Beaucoup de braves gens aujourd'hui ne sont pas forcément croyants et n'ont aucune intention de retourner à l'Eglise, se qui ne les empechent pas de vouloir des moeurs décentes dans les mairies, écoles, médias ainsi que de la raisonnable fierté pour leur patrie, leur race et de la bienveillance pour les croyants chrétiens pas trop intolérants .

Nos impots pour nos ainés et nos enfants , par exemple , plutot que nos impots pour les banksters usuriers d'une dette sans fin, et 84 milliards d'impots (Polémia) pour toujours plus d'immigration causant encore plus de délinquance et d'insécurité ....

Emmanuel

Bonjour,
Pour rester sur le sujet initial, il est en effet étrange que cette société récupère un marché de 32 millions d'euros. Societe.com fait apparaitre un capital social de 4000 euros tandis que ses comptes sont indisponible (non déposés en 2001 et 2012).
bilansgratuits.fr donne les chiffres d'affaire de 2008 et 2009, respectivement 6500 et 36000 euros....

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.