Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les traditionalistes participent à l’élan de la nouvelle évangélisation
Gender : la propagande face au réel

Là où il n’y a pas de travail, il manque la dignité de la personne humaine

Le pape François était ce dimanche matin à Cagliari (Sardaigne), au sanctuaire de Notre Dame de Bonaria. Il a évoqué le travail, l'argent devenu idole :

P«  Les idoles veulent nous voler la dignité, les systèmes injustes veulent nous voler l’espérance. Seigneur, ne nous laisse pas seuls, aide-nous à nous aider les uns les autres, que nous oubliions un peu l’égoïsme, et sentions dans le cœur le « nous », nous, le peuple qui veut aller de l’avant. Seigneur Jésus, que le travail ne nous manque pas. Donne-nous du travail. Et enseigne-nous à lutter pour le travail. »

« Ici, je trouve aussi de la souffrance ; une souffrance dont l’un de vous a dit qu’elle t’affaiblit et finit par te voler l’espérance. Une souffrance, le manque de travail, qui te conduit - excusez-moi si je suis un peu fort, mais je dis la vérité -, qui te conduit à te sentir sans dignité. Et là où il n’y a pas de travail, manque la dignité. »

« Ce n’est pas un problème de la Sardaigne seulement – même s’il est fort ici –, ce n’est pas un problème de l’Italie ou de certains pays d’Europe, c’est le résultat du choix mondial d’un système économique qui conduit à cette tragédie : un système économique qui a au centre une idole qui s’appelle l’argent. Et Dieu a voulu qu’au centre du monde il n’y ait pas une idole, mais l’homme, l’homme et la femme, qui fassent avancer le monde par leur travail. »

« Au centre de ce système sans éthique, il y a une idole, et le monde est devenu idolâtre de ce dieu argent : c’est l’argent qui commande, et toutes les choses qui servent à cette idole. »

« Pour défendre cette idole, tous se rassemblent au centre et les extrémités tombent: les personnes âgées tombent parce qu’il n’y a pas de place pour eux dans ce monde. Certains parlent de cette habitude d’euthanasie cachée, qui est de ne pas s’en soucier, de ne pas les prendre en compte, de les laisser tomber. Et ils tombent les jeunes qui ne trouvent pas de travail, leur dignité. Mais pensez-y : un monde dans lequel les jeunes, des générations de jeunes, ne trouvent pas de travail, n’a pas d’avenir. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas de dignité. C’est difficile d’avoir une dignité sans travail. »

« Le travail veut dire dignité, veut dire rapporter du pain à la maison, le travail veut dire aimer. Et pour défendre ce système économique idolâtre, on instaure la culture du rebut, on rejette les jeunes et on rejette les anciens. Et nous devons dire non à cette culture du rebut, nous devons dire que nous voulons un système juste qui nous fasse aller de l’avant. Nous devons dire que nous ne voulons pas de ce système économique globalisé qui nous fait tant de mal. Au centre il doit y avoir l’homme et la femme, comme Dieu le veut, et non pas l’argent. »

C« A vous tous qui avez du travail et à vous qui n’avez pas de travail, je dis : ne vous laissez pas voler l’espérance. Ne vous laissez pas voler l’espérance ! Peut-être l’espérance est-elle comme les braises sous la cendre. Aidons-nous par la solidarité, en soufflant sur les cendres pour que le feu vienne à nouveau. Mais l’espérance nous fait avancer. Ce n’est pas de l’optimisme, c’est une autre chose. Mais l’espérance n’est pas d’un seul. L’espérance, nous la faisons tous. L’espérance, nous devons la soutenir tous, vous tous, et nous tous qui sommes loin. L’espérance est une chose qui est vôtre et nôtre. Elle est à tous. C’est pourquoi je vous dis : ne vous laissez pas voler l’espérance ! »

« Soyons malins, parce que le Seigneur nous dit que les idoles sont plus malines que nous. Le Seigneur nous invite à avoir l’astuce du serpent en même temps que la bonté de la colombe. Ayons cette astuce. Et appelons les choses par leur nom. En ce moment, au centre de notre système économique, de notre système globalisé qu’on nous propose pour notre vie, au centre il y a une idole. Et cela ne peut pas se faire. On ne peut pas le faire. Luttons tous ensemble pour qu’au centre au moins de notre vie il y ait l’homme et la femme, la famille, nous tous, afin que l’espérance puisse aller de l’avant que qu’on ne se laisse pas voler l’espérance.»