Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Nicolas Sarkozy préfère la gauche à la droite
Le retour de l'UDF

Loi Taubira : envisager l'adoption... en vue d'un divorce

Si un homosexuel divorce sans avoir adopté les enfants de son "conjoint", il obtiendra difficilement un droit de garde :

"Le juge saisi du divorce ne se prononce que sur les enfants du couple, c'est-à-dire les enfants dont les deux conjoints sont le parent. Seulement voilà, dans le cas de couples de même sexe, c'est rarement le cas (sic).

"Dans de nombreux cas de figure, l'enfant ne sera celui que d'un des deux parents, confirme Me Florent Berdeaux-Gacogne. "Si l'enfant précède le mariage et que le deuxième parent n'a pas demandé d'adoption, cela peut poser problème, d'autant plus que l'adoption n'est pas possible dans tous les cas."

Pour les couples qui ont un ou plusieurs enfants, avant de songer à divorcer, il conviendrait donc... d'adopter. Seulement voilà, l'adoption, ça ne marche pas à tous les coups."

Le juge peut notamment la refuser en cas de recours à la GPA ou à l'insémination artificielle ou encore si le parent biologique n'a pas reconnu l'enfant. Serait-ce la raison pour laquelle le ministre de la Destruction de la Famille souhaite créer un statut du beau-parent ?

Commentaires

Le Roy

De toute façon, ils vont avoir la GPA en France remboursée par la Sécu. Et ce dans quelques mois.

milan

Les 2 gamines procréées artificiellement par une lesbienne ont bien été sans difficultés adoptées plénièrement très récemment par la "conjointe" de la génitrice, à Lille. La circonstance que ces dames soient membres de l'influente APGL, lobby homosexualiste, aurait-elle joué ?
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/18/premiere-adoption-des-enfants-du-conjoint-dans-une-famille-homoparentale_3499220_3224.html

milan

On notera que le lobby LGBT réclame une "présomption de parentalité", pendant de la présomption de paternité des couples mariés, au bénéfice des paires de lesbiennes "mariées". Pour sauter la case "adoption" ! Et éviter de tomber alors sur un juge moins "progressiste" (déjà pas encarté au SM). Bertinotti doit y songer évidemment avec gourmandise : ce serait une étape décisive pour la fin définitive de la famille à modèle honni, celui de la nature, ou modèle anthropologique.

lève-toi

Lamentable par nature, tout ce fatras de lois sans queue ni tête, est le signe qui apparait lorsque Dieu a été mis dehors, dés lors Il permet que la folie se manifeste dans de hideuses élucubrations , un tsunami d'insanités, de bêtises mais aussi d'une forme de bestialité.

PATRICE

Cette règle s'applique à tous les couples qui divorcent, pas seulement les homosexuels !

[Non, les hétérosexuels qui divorcent ont rarement besoin d'avoir recours à l'adoption puisque la plupart du temps, ils sont les parents naturels des enfants. Et quand l'un ne l'est pas, il ne peut que dans de très rares cas envisager l'adoption plénière, si les deux parents naturels sont en vie.
L.T.]

amiral

Merci lève-toi et le plus terrible est pour ces enfants, j'ai une grande espérance que DIEU vienne remettre sa création telle qu'elle devrait être, et envoie en enfer tous ses esprits diaboliques.

Maurice

Des lois et réglementations pour une si petite fraction de la population pratiquant une déviance sexuelle... qui y aurait cru il y a seulement 5 ans ?
Nous n'allons pas vers le déclin, nous y sommes ! À nous de freiner des quatre fers pour pouvoir y mettre fin lorsque des politiques ayant du courage arriveront aux manettes.
Gouverner avec la perversion comme horizon n'a qu'un temps mais malheureusement ce temps peut être long. Les bonnets rouges sont-ils le signal attendu comme pour le 13 février 1791 et OU est-ce que cela a commencé ? En Bretagne !
Nos élites au pouvoir devraient y prendre garde, NOUS, nous nous souvenons et le bonnet rouge n'a rien à voir à celui phrygien de l’époque.
D'ailleurs, il n'y a pas qu'en Bretagne que des bonnets rouges apparaissent.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.