Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Menace sur l'accouchement sous X
Valls veut combattre les "intégristes de l'ultradroite catholique"

Avortement : Marine Le Pen refuse une loi à l'espagnole

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"Marine Le Pen a déclaré hier à des journalistes espagnols qu’elle ne soutiendrait pas, en France, une loi sur l’avortement similaire à celle que prépare actuellement le gouvernement de Mariano Rajoy. Ces journalistes l’ont interrogée sur ce point, mercredi, à la fin de sa conférence de presse sur la politique internationale.

« L’Espagne doit pouvoir choisir ses propres lois. Mais je peux vous dire que je ne soutiendrais pas une telle loi en France », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté qu’elle n’a pas l’intention de « limiter l’accès à l’avortement en France tel qu’il existe actuellement », tout en ajoutant qu’il faut en France mettre en œuvre des aides pour accompagner les femmes qui veulent garder leur enfant. Commentaire d’Infocatolica, d’où je tire cette information :

« De ses paroles, on déduit qu’elle est d’avis que les femmes qui ne veulent pas garder leur enfant peuvent le tuer impunément avant sa naissance. »

Rappelons que l’avant-projet de loi espagnol maintient la possibilité d’avorter dans des conditions définies par la loi, à savoir dès lors que la femme court un danger pour sa santé physique ou mentale, attestée par deux médecins indépendants, à poursuivre sa grossesse. Un projet qui est très loin de satisfaire les défenseurs de la vie, même s’ils sont heureux de la portée symbolique importante de la fin du « droit » à l’avortement instauré sous Zapatero. Des vies pourront être sauvées… encore qu’en Grande-Bretagne, le critère du danger pour la santé mentale autorise aujourd’hui quelque 200.000 avortements par an.

Je précise également que les paroles de Marine Le Pen rapportées plus haut ne sont pas verbatim, puisque je les ai traduits depuis l’espagnol, alors qu’elle les a vraisemblablement prononcées en français."