Neuilly : l'UMP renonce à présenter un candidat
Les mairies parisiennes qui célèbrent le plus de parodies de mariage

"Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes"

Ces propos sont du général Soubelet, n°3 de la gendarmerie nationale, qui ne connaît pas la langue de bois : 

"Pendant plus d'une heure et 24 minutes d'audition, ce général 4 étoiles, grand patron des opérations et de l'emploi à la Direction générale de la gendarmerie nationale, nommé le 28 novembre 2012 en Conseil des ministres, a brossé un tableau sans concessions. Évoquant en préambule de son propos la lourdeur des procédures «sur le plan juridique», qui complique le travail des gendarmes, le général Bertrand Soubelet lâche que «les délinquants le savent et profitent du système» (...)

«Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes», prévient le militaire, précisant qu'en 2013 il y a eu une hausse de 4% de personnes mises en cause par ses services tandis que le nombre de placements sous écrou «a diminué de 33%». «Évidemment, l'insécurité et le sentiment d'insécurité ne cesseront d'augmenter tant que la réponse collective à la délinquance ne sera pas adaptée», martèle-t-il. Le diagnostic de ce haut stratège est implacable: la réponse pénale est, selon lui, «en décalage». Sans détour, il enfonce le clou en assurant: «Les auteurs d'atteintes aux biens (cambriolages, vols...), les plus importantes numériquement, bénéficient d'un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités.» Si le mot «impunité» n'a pas été lâché, l'auditoire a dû y penser très fort (...)

reprenant les conclusions de commandants de groupements de gendarmerie départementale, il révèle que 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 «sont à nouveau dans la nature». «Quand vous lâchez 65% de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent?, s'interroge le général Soubelet, c'est tout à fait impossible. Vous pouvez multiplier par deux les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien. La réalité, c'est celle-là, je pense que c'est mon devoir de vous le dire, de manière peut-être un peu crue.» (...)

Plus largement sur les Français de moins de 18 ans, il préconise «une prise en charge très précoce»: «Quand j'entends dire, face à des enfants de 10 ou même de 8 ans, qu'ils ne sont pas capables d'entendre un rappel à la loi, je suis très surpris, note le général. On peut tout entendre à condition que le discours soit adapté à l'âge de celui à qui on s'adresse. (…) Aujourd'hui, toute une frange de notre jeunesse ne sait pas où est le bien et où est le mal. On peut très tôt donner un message clair.»

Commentaires

B.H.

Ce général vient de flinguer sa carrière: honneur à lui, car cela ne lui sera pas pardonné (il a quand même fallu quinze jours pour que l'information remonte dans la presse) !

Dumas

Pour savoir où est le bien et où est le mal encore faudrait-il que cela soit possible et non que cela tombe sous le coup de la loi pour...discrimination évidemment!

Tol

Les notions de bien et de mal sont des notions chrétiennes qui échappent à un laïc athée et à un musulman. C'est pour cette raison que nous sommes submergés de lois inefficaces face à des hommes sans ou de mauvaise foi.

Foxbat

Et les officiers des forces de l'ordre qui ordonnent ou appliquent des ordres illégaux, ils connaissent la différence entre bien et mal ?

De toute façon, face à la montée du mécontentement contre l'Etat et l'Europe de Bruxelles, l'Etat opposera l'interdiction de manifester et la répression policière et financière comme en Grèce, Espagne et Italie. Il fera quoi notre beau Général ?
Il arrêtera les gens qui se feront justice eux-mêmes et gazera ceux qui excédés par les vols et menacés par le chômage et la ruine tenteront de changer le système.

Goupille

Les gendarmes, avec nous.

Seyve

C'est à croire que ce laxisme est dicté par les banques qui ne redoutent rien tant que les retraits et les "bas de laine".

jejomau

quand un gouvernement instaure un pseudo-mariage homo : il est plus qu'évident qu'on fait exprès au plus haut niveau d'appeler "Mal" le bien et "Bien", ce qui est mal...

... Il est temps que nos généraux réalisent qu'une entreprise marxiste de subversion du pays est à l'œuvre....

Stephe

Hé bien ! si même les hautes sphères se mettent à parler vrai où va t'on ?

Florian 78

Le général Soubelet sait prendre ses responsabilités, et dire tout haut ce que d'autres pensent trop bas.

Pitch

Un petit bémol à apporter aux propos du général : la racaille en herbe qui ne fait plus de différence entre le bien et le mal ne saurait être appelée "notre" jeunesse...

Toujours cette utopie républicaine, qui voudrait faire croire qu'une vache née dans une écurie serait un cheval.

Louis

Bravo Mai 68!

Maurice

La jeunesse ne sait peut-être plus où sont le bien et le mal, mais elle sent très bien le mal !
La punition corporelle ne devrait-elle pas être remise au goût du jour ? OU, les travaux d’intérêt généraux, ceux qui font bien suer et laissent des crampes bien douloureuses la nuit.

n

Il faut démocratiser la justice.
Je n'ai jamais compris pourquoi, si les juges devaient obéir à des hommes politiques élus, ce serait une entrave à la démocratie, alors qu'avec le systèmes actuels, ils ne répondent que de leur bon vouloir...

milan

Incroyable ! Sur France 2, à l'instant, les propos du gendarme haut-gradé sont relayés (un peu). Aussitôt, le Parquet des Bouches-du-Rhône et l'inévitable Valls - en contrepoint. Le général exagère, évidemment. Voire galéje (ou radote).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.