Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le clivage entre le gouvernement et ses opposants est métaphysique
Bibliothèques idéologiques : la liste s'allonge

Racistes les médecins ? Ils réclament des excuses

Jérôme Marty, président de l’UFML (Union française pour une médecine libre), s'indigne de la feuille de route du gouvernement sur l'intégration, qui prévoit des "testing" pour vérifier que les médecins acceptent de prendre les patients d'origine étrangère :

"L’accusation, bien sûr n’est pas prononcée, mais le fait de proposer, parmi les 44 propositions censées lutter contre les discriminations et améliorer la politique d'intégration, qu’« en matière de soins, des opérations de testing soient envisagées auprès de médecins, dentistes ou opticiens pour lutter contre les refus de soins. », revient à l’affirmer : Les médecins, les professionnels du soin sont des racistes ! (Vidéo I TELE)

Jamais de toute l’histoire de la Ve république un gouvernement n’avait à ce point insulté ceux qui soignent.

Après les médecinscupides, nantis, responsables des déserts médicaux, dynamiteurs de l’accès au soin, fuyant les gardes, prescrivant trop, tout et n’importe quoi, ne se formant pas, voici donc l’ultime insulte, l’ultime mépris : le médecin raciste.

L’UFML affirme haut et fort qu’elle ne laissera pas impunément des responsables politiques insulter une profession qui a fait du soin à son prochain un engagement de vie.

Lorsque des responsables politiques osent salir des professions qui servent la France à toute heure et en tout lieu, bien plus qu’eux, alors une barrière est franchie, et cela est dangereux.

Essayer d’opposer les professionnels du soin et le peuple de France est un jeu dangereux ….pour le politique...

L’UFML rappelle que 94 % des patients ont confiance en leur médecin. Que les patients n’ont pas de couleur de peau, pas de religion, pas d’idéologie politique.

L’UFML appelle l’ensemble des soignants à se lever contre cette accusation, contre cette insulte, contre ce mépris du sens même de leur engagement, et demande le retrait de cette ignominie et des excuses publiques du ministre de la santé aux professionnels de santé."

Le gouvernement n'a pas fini d'entendre parler de la coagulation des mécontents.