Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Connaissez-vous des gens de gauche
22-23 février : forum sur "A César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu" !"

Une résistance qui annonce le réveil de la France

Le Salon Beige a interrogé Geneviève Esquier, qui vient de publier un ouvrage « Ce qu’annonce le chant du coq. On se rendort ou on se réveille ?»   (en lien dans notre colonne de gauche).

Geneviève Esquier vous êtes journaliste de métier et essayiste. Vous avez publié, entre autres livres, aux éditions F.X. de Guibert (Paris), une « Lettre aux Chrétiens de France sur le baptême de Clovis » où vous évoquiez la vocation de la France. Etant donné l’état actuel du pays, y croyez-vous toujours ?

Plus que jamais ! La mobilisation de 2013 l’a prouvé. Ce livre veut justement montrer que nous sommes à la veille - ­en tout cas à l’avant-veille - d’une grande aurore métaphysique qui d’ores et déjà devrait nous emplir le cœur d’une immense et joyeuse espérance !

La machine politique était bien huilée. Tout était en place pour faire changer la France de civilisation sans que l’on s’en aperçoive. Mais un grain de sable est entré dans les rouages…

De toutes les provinces le pays s’est levé pour rejoindre Paris par trois fois, entre le 13 janvier et le 26 mai 2013… Mobilisation incroyable, inattendue, révélatrice d’une force vive qui couvait malgré le mensonge de medias aux ordres ! La France profonde s’est réveillée !

CC’est ce que suggère le titre de votre nouveau livre: « Ce qu’annonce le chant du coq » ? 

Oui, tout-à-fait ! Le coq, sa particularité est d’annoncer l’aurore, dressé sur un tas de fumier dans la nuit encore noire.  Est-ce que ce n’est pas notre situation actuellement ? Nous qui avons entamé une résistance qui ne lâchera rien, le coq gaulois n’est-il pas notre emblème ? l’emblème d’une espérance contre toute espérance ! Une espérance qui a déjà gagné la partie : l’aurore est inéluctable !

Vous rappelez dans votre livre, le conseil du pape François aux Chrétiens que nous sommes : « les laïcs ont le devoir de s’engager en politique » et vous appelez à incarner  la résistance sur le terrain du Bien commun, en entrant en politique…

Oui : pourquoi et comment incarner notre résistance dans l’action sur le terrain, en vue du Bien Commun politique ? Ce livre veut répondre à cette interrogation et montrer que pour refonder la politique, les élections municipales qui approchent sont une opportunité providentielle !