Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Fausses accusations contre un évêque chilien
La Fraternité Saint Thomas Becket a son site internet

C’est arrivé un 22 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 22 juin 431 : ouverture du Concile d'Ephèse

Le concile est ouvert par le patriarche Cyrille d'Alexandrie. Ce concile rappelle l'affirmation de Marie Mère de Dieu.

  • le 22 juin 816 : Étienne IV est élu pape.

 

  • le 22 juin 1276 : décès du Pape Innocent V.

Pendant son court pontificat de 5 mois, il a le temps d'apaiser la querelle entre guelfes et gibelins en Italie. Après sa mort, le peuple le vénère comme saint et Léon XIII le proclame bienheureux en 1898. Il repose à Rome en la basilique Saint-Jean-de-Latran.

  • le 22 juin 1372 : victoire Navale franco-castillane de la Rochelle.

Totalement oubliée, cette bataille permet à Charles V d'avoir la maîtrise des mers de Calais à la Guyenne contre les Anglais, Elle nous est en outre connue grâce à Jehan Froissart.

Deux seigneurs locaux Arnaud d'Albret et Jean d'Armagnac, acceptent mal une levée d'impôts du Prince Noir fils d'Édouard III. Ce dernier, à qui est présenté l'affaire ne veut rien savoir. Les Français demandent justice et appui au Roi de France le suzerain d'Edouard III. Charles V saisit l'occasion pour relancer la guerre en 1369. Bien qu'en infériorité numérique, les franco-castillans ont des navires bien plus maniables. Ils tendent une embuscade aux Anglais dont la flotte approche de La Rochelle, anglaise depuis le Traité de Brétigny. A la fin de la journée, la victoire est totale. Pembroke, le chef anglais est fait prisonnier. Ayant la maîtrise des mers, Charles V va pouvoir lancer la reconquête du Poitou. Le lendemain, le connétable Bertrand du Guesclin réussit à pénétrer dans La Rochelle.

  • le 22 juin 1476: Charles le téméraire est battu à Morat.

Les alliés de Louis XI, les membres de la Confédération suisse infligent à Charles le Téméraire une cuisante défaite à Morat. Ce dernier perd la vie peu de temps après, à Nancy.

  • le 21 juin 1627 : Richelieu, par ordre du Roi, s'attaque aux duellistes.

Le comte de Montmorency-Bouteville, 27 ans comptant 22 duels à son actif, est décapité place Royale, avec son cousin, le comte de Rosmadec des Chapelles, 29 ans. Le cardinal veut ainsi mettre un terme à l'hécatombe que provoquent les duels chez les jeunes nobles, qui privent ainsi le Roi de ses meilleurs soldats. Au XVIIème siècle, huit édits royaux condamneront le duel. Il faut rappeler que la noblesse paie l'impôt du sang; la vie d'un noble ne lui appartient pas. Entre 1589 et 1608, les duels feront environ plusieurs milliers de victimes ! Aussi Louis XIII a refusé sa grâce, malgré les supplications de nombreux grands du Royaume. Le Roi écrit même pour clore les suppliques :

"Combien de nobles et bonnes maisons ont été éteintes ! Et que l'excès en fût arrivé à ce point que les plus grands de mon royaume fussent sujets à être provoqués au combat sans nulle cause ni fondement. Tous ces désordres parvenus à cette extrémité, faute de punition, m'ont forcé de laisser agir la justice, en quoi Dieu sait combien mon esprit a été agité et combattu..."

  • le 22 juin 1633 : procès de Galilée.

La sentence est rendue au couvent dominicain de Santa-Maria, ce jour là. L'affaire devient, avant même la révolution, un exemple de désinformation pour discréditer l'Eglise catholique et montrer que la science et la foi sont incompatibles. Qu'enseigne-t-on à l'école sur le sujet ? Jean Sévillia dans son livre Historiquement incorrect, (Ed. de la loupe, page 96 à 129) rappelle ce qu'écrivait Arthur Koestler dans Les somnambules en 1961 :

« Galilée n'a pas inventé le télescope. Ni le microscope, ni le thermomètre. Ni l'horloge à balancier. Il n'a pas découvert la loi d'inertie ; ni le parallélogramme de forces ou de mouvements ; ni les taches du soleil. Il n'a apporté aucune contribution à l'astronomie théorique, il n'a pas laissé tomber de poids du haut de la tour de Pise, il n'a pas démontré la vérité du système de Copernic. Il n'a pas été torturé par l'Inquisition, il n'a point langui dans ses cachots, il n'a pas dit « Eppur si muove »(*), il n'a pas été un martyr de la science. »

(*)« et pourtant elle tourne » phrase apocryphe de l'italien Giuseppe Baretti écrite à Londres en 1757, selon Jean Sévillia

En fait au XVème siècle, Nicolas Copernic, prêtre polonais et scientifique important, énonce une théorie sans la prouver : le mouvement des planètes s'expliquerait mieux s'il était ordonné autour du soleil plutôt que de la terre. Il construit un modèle mathématique, l'héliocentrisme. Ses travaux sont très bien accueillis à Rome. Seul Luther le traite de fou. D'ailleurs, tous les réformés s'opposent à ses travaux ! Et pourtant, c'est l'Eglise catholique qui se voit intenter un procès d'obscurantisme ! Pendant plus de cent ans, c'est l'Eglise qui défend les scientifiques contre les adversaires de l'héliocentrisme ! Elle va même jusqu'à protéger les scientifiques protestants, comme l'allemand Johannes Kepler, qui trouve refuge chez les Jésuites après des découvertes complémentaires à la théorie de Copernic. Alors pourquoi la condamnation de Galilée ?

En 1609, il s'attribue la découverte d'un opticien hollandais ; mais le plus grave est que malgré la protection du cardinal Barberini, futur pape, tous ses écrits sont polémistes. Il ne démontre rien, il affirme et met ses adversaires au défi de prouver qu'il a tort. Selon Jean Sévillia, son caractère hautain et méprisant est pour beaucoup dans sa condamnation.

Par deux fois, l'Inquisition affirme qu'elle ne trouve pas d'hérésie dans les écrits de Galilée (1615). Ses détracteurs s'attaquent alors aux écrits de Copernic et, à une époque où tout le monde croit que la terre est le centre du système solaire, l'Eglise demande simplement à Galilée de présenter ses écrits non comme la vérité, mais comme une théorie, puisque ni Copernic, ni lui, ne sont capables de prouver ce qu'ils ont avancé. Les cardinaux qui le protègent lui demandent aussi de ne pas mélanger les saintes écritures à ses écrits.

Il accepte et tient sa promesse pendant 7 ans. Pendant cette période non seulement, il n'apporte aucune preuve à ses théories, mais se met à dos les jésuites, qu'il ridiculise sur le sujet du déplacement des comètes, alors que ce sont eux, en la personne du père Grassi, astronome du Collège romain, qui ont raison :

« Vous n'y pouvez rien, il a été donné à moi seul, de découvrir tous les nouveaux phénomènes du ciel, et rien aux autres. » (*)

(*)Jean Sévillia Historiquement incorrect, (Ed. de la loupe, page 113)

En 1624, son protecteur, le cardinal Barberini est élu pape. Galilée lui expose un projet de livre comparant les différents systèmes : Ptolémée, Copernic, Kepler. Le pape l'encourage en lui conseillant de les présenter tous les trois comme des théories et surtout de ne pas y mêler la religion.

Le livre terminé Galilée demande l'imprimatur au Saint Office ; ce dont il n'a pas besoin pour un livre scientifique. Il l'obtient moyennant quelques modifications et rajouts qu'il accepte. L'imprimatur signifie que le livre doit être imprimé à Rome. Il le fait imprimer à Florence et en profite pour le faire paraître avec l'imprimatur, mais en ayant totalement changé le texte.

L'inquisition se saisit bientôt du sujet et, malgré l'amitié que le pape lui accorde toujours, Galilée passe en jugement. Les règles juridiques sont grandement adoucies à la demande du Saint-Père. Le jugement tombe qui lui reproche son manque d'obéissance et son mensonge, mais aussi l'absence de preuve dans ce qu'il présente comme la vérité et non comme une hypothèse. L'utilisation des Ecritures dans ses écrits le fait condamner aussi pour hérésie formelle.

Jean Sévillia note que la sentence du 22 juin est modérée : interdiction d'enseigner et de se livrer à l'interprétation des Ecritures, mise à l'index de son livre le Dialogue, une peine de prison sans durée fixée (il sera assigné à résidence chez l'ambassadeur de Florence 5 mois !) et la récitation hebdomadaire pendant 7 ans des psaumes de la pénitence. C'est d'ailleurs sa fille aînée religieuse qui le fera à sa place !

  • le 22 juin 1636: bataille de Tornavento et victoire des Franco-Savoyards sur les Espagnols.

Durant la Guerre de Trente ans, en 1636, le cardinal de Richelieu persuade le Duc de Savoie Victor-Amédée Ier de lancer une offensive sur le duché espagnol de Milan. Une armée française rencontre l'armée espagnole à Tornavento. Mais cette victoire est sans lendemain.

  • le 22 juin 1786 : Louis XVI arrive à Cherbourg.

Les autorités de Cherbourg l'accueillent aux portes de la ville. Un arc de triomphe est dressé en son honneur sur la place du Calvaire, aujourd'hui place de la République. Il loge dans l'ancienne abbaye du Vœu, résidence du gouverneur de Normandie, le duc d'Harcourt.

  • le 22 juin 1812 : Napoléon déclare la guerre à la Russie. Ses troupes franchissent le Niémen le lendemain.

 

  • le 22 juin 1815 : nouvelle abdication de Napoléon.

Quatre jours après la défaite de Waterloo, Napoléon abdique pour la seconde fois; il est déporté à Sainte-Hélène, dans l'Atlantique Sud.

  • le 22 juin 1886: loi d'exil des familles ayant régné en France.

Une loi bannissant du territoire nationale tous les membres de familles royales ou impériales ayant régné en France est votée. Ces derniers ont également interdiction d'intégrer l'armée de terre ou bien la marine.

  • le 22 juin 1940 : la France signe l'armistice avec l'Allemagne.

Le général Charles Huntziger, le chef de la délégation française, envoyé par le maréchal Pétain, signe l'armistice à Rethondes, et à la demande d'Hitler dans le même wagon où a été signé l'armistice allemand le 11 novembre 1918. L'armistice prévoit notamment l'occupation des 3/5 du territoire français et fixe le tracé de la ligne de démarcation qui coupe la France en 2 zones : occupation de l'Ouest, du Nord et de l'Est par la Wehrmacht aux frais de la France, maintien d'une zone libre au sud de la Loire.

Rethondes 1940

  • le 22 juin 1942 : création du STO.

Un discours radiodiffusé de Laval annonce la relève des prisonniers français par les travailleurs volontaires et souhaite publiquement "la victoire de l'Allemagne, car sans elle, le communisme s'installera partout en Europe."

 

  • le 22 juin 1980 : béatification de Kateri Tekakwitha, de Mgr François de Laval et de Mère Marie de l'Incarnation.

Kateri Tekakwitha, une Mohawk, est la première Amérindienne du Nord à être béatifiée. Sa mère, convertie au catholicisme, est algonquine alors que son père est agnier. À l'âge de quatre ans, elle perd toute sa famille suite à une épidémie de petite vérole. Elle désire devenir chrétienne, et est baptisée par Jacques de Lambertville, un jésuite, le jour de Pâques en 1676. Sa piété impressionne l'historien François-Xavier Charlevoix, en mission en Nouvelle-France, sous les ordres du Roi Louis XIV. Elle meurt le 17 avril 1680, à l'âge de 23 ou 24 ans. Voir la chronique du jour.

François de Laval est né à Montigny-sur-Avre, en France, le 30 avril 1623. Désigné évêque de la Nouvelle France, à la demande de Louis XIV, Mgr de Laval s'embarque pour la Nouvelle France le 19 avril 1659 et y arrive le 16 juin. Sa piété profonde, sa charité, son humilité sont connues par toute la colonie. Après 15 années de lourdes fonctions, en 1688, il se retire à Saint-Joachim, tout près de Québec, où il passe les dernières 20 années de sa vie. Mgr de Laval est béatifié en 1980 et canonisé le 30 avril. Voir les chroniques du 30 avril, 6 mai et 16 juin

Marie de l'Incarnation est née le 28 octobre 1599. En janvier 1631, elle entre au couvent des Ursulines de Tours. En 1639, elle part avec deux autres Ursulines pour fonder un monastère à Québec.

Elle meurt d'épuisement le 30 avril 1672 à Québec. Ses écrits remarquables et son œuvre de missionnaire au XVIIe siècle en font une de ces femmes pionnier sans qui la colonie française aurait périclité.

 

  • le 22 juin 1994 : opération Turquoise au Rwanda.

Le conseil de sécurité de l'ONU autorise l'opération française au Rwanda. Les casques bleus français ont pour mission de protéger les civils et de participer à la distribution de l'aide humanitaire. Depuis la mort du président Juvénal Habyarimana en avril, un génocide est en cours qui fait entre 500 000 et 1 million de victimes, pour une population de 7 millions d'habitants.

 

Une des rare voix à clamer la vérité sur cette période horrible est Bernard Lugan. Il défend en plus l’honneur des soldats français que le pouvoir rwandais actuel traine régulièrement dans la boue, sans que les gouvernements français n’interviennent pour faire cesser ce scandale.

 

Commentaires

Florian 78

Vous avez oublié le 22 juin 1941, l'invasion de l'URSS par les Allemands. Suivie dès le lendemain par la déclaration du métropolite de Moscou, seule autorité religieuse que les communistes ont laissé subsister : défendre la Sainte Russie contre l'envahisseur. Staline, lui, reste muet de saisissement durant dix jours...

l'invasion de la Russie par Napoléon n'est pas du 22 juin 1812 mais du 24.
Sa déportation à Sainte-Hélène ne lui est signifiée qu'après sa reddition aux Anglais, le 15 juillet 1815. Un seul regret, celui qu'il n'ait pas fait fusiller La Fayette juste avant (ou l'avoir laissé dans sa prison en Autriche). La Fayette, niais et nain politique, c'est la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, mais avec les dents qui rayent le parquet. Ce sinistre bonhomme totalement surévalué dans l'Histoire est toujours là pour donner le coup de pied de l'âne à ceux qui le dépassent. Il y a un mot terrible de Marie-Antoinette sur lui, prouvant qu'elle avait bien compris à qui on avait affaire : "Je vois bien que M. de La Fayette veut nous sauver, mais qui nous sauvera de M. de La Fayette ?" (Pardonnez-moi cette digression).

Sur le duel : que le roi ait été obligé de promulguer huit décrets contre le duel entre 1608 et 1679 montre bien que cette interdiction n'était guère respectées. Les motifs de se battre étaient nombreux, et se rapportaient à des points d'honneur. Les duels aux armées furent fréquents et jusqu'à une époque tardive ; elle-même issue de la noblesse, la hiérarchie fermait les yeux.
Un très bon livre sur la question : "Croiser le fer", de Pascal Brioist, Hervé Drévillon et Pierre Serna, paru en 2002 chez Champ Vallon (cette maison d'édition publie d'excellentes études sur l'époque moderne XVIe-XVIIIe siècles).

Florian 78

"Et je dirais même plus", comme les Dupond-Dupont dans Tintin, à propos du 22 juin 1941 : le jour où les communistes français ont compris le sens de l'intérêt national. Car mieux valaient des résistants (même cocos) contre les nazis, que des lécheurs des bottes des verts-de-gris, sollicitant l'autorisation de faire reparaître "L'Humanité" dès juin 1940, à Paris occupé...
Les militants communistes de base ont vraiment été les champions du monde incontestés de l'avalage de couleuvres toutes catégories.

candide

Merci pour ces rappels historiques importants, et en particulier sur Galilée.
Concernant le Rouanda, merci de ne pas angliciser inutilement l'orthographe des noms propres étrangers comme Pékin ou l'Arabie Séoudite. De façon plus générale, l'orthographe peut être améliorée. "Charles V saisie l'occasion pour relancer la guerre en 1369."

Etienne Merlin

Cette histoire sur Galilée est incroyable, et merci au Salon beige et à Jean Sévilla de nous l'avoir mise ou racontée. Je pensais comme tout le monde que la "méchante" Eglise catholique avait eu un jugement péremptoire à son encontre. En fait il s'agit d'un menteur et d'un plagiaire de Copernic. Rien que ça.

Lancien


Ceux que le dossier Rwanda et/ou Opération Turquoise intéressent peuvent aller consulter l'excellent site animé par les officiers français concernés sur:

http://www.france-turquoise.fr

Bonne lecture

Carthage

Le 22 juin 1940, sous la Troisième République :

« Par décision ministérielle du 22 juin 1940, la promotion au grade de général de brigade à titre temporaire de M. le colonel d’infanterie breveté de Gaulle (Charles-André-Joseph-Marie) est annulée. »

"Journal officiel de la République française", Ministère de la Défense nationale et de la Guerre, État-major général, 24 juin 1940, p. 4470.

Historien

La fin de la phrase du socialiste Pierre Laval est souvent omise :

"Je souhaite la victoire de l'Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme demain s'installerait partout."

A l'époque, le communisme avait déjà tué davantage de personnes que le national-socialisme.

Par ailleurs, c'est le 16 février 1943 (et non le 22 juin 1942) qu'une une loi institue le "Service Obligatoire du Travail", rebaptisé rapidement "Service du Travail Obligatoire" (STO).

SD-Vintage

Rwanda : le livre de Patrick de Saint Exupéry montre que des officiers supérieurs français, des politiques, ainsi que l'ONU ont perdu leur honneur au Rwanda.
" Complices de l'Inavouable : La France au Rwanda" de Patrick de Saint-Exupéry, Editions Les Arènes.
"Controverses, N° 6, novembre 2007 : Génocide du Rwanda : la faute de Mitterrand"

Pellabeuf

Au sujet du Rwanda, il faut surtout lire l'ouvrage de Pierre Péant, "Noires fureurs, Blancs menteurs" et celui d'un témoin direct, le général Didier Tauzin "Rwanda : je demande justice pour la France et ses soldats".
Bernard Lugan me paraît trop favorable à la domination des Tutsis sur les Hutus, et affirmer que l'Eglise catholique est fautive de ne pas avoir prescrit à ceux-ci de prendre la pilule contraceptive.

Jmptu

Merci pour votre éclairage sur l'affaire Galilée, tout y est. Une remarque, cependant : surveillez votre orthographe car de trop nombreuses fautes nuisent à la crédibilité de l'article!

qi

sainte Marie de l'Incarnation Guyart, depuis canonisée le 3 avril 2014.

amiral

ET oui dans les années 1930 et plus ,mon père qui avait une trentaines d'années ,m'avait expliqué que si les Allemands sont entré si facilement en France c’était grâce a bloum Thorèse et daladier ;penser Adolphe avait un pacte avec Josèphe Staline

reverso

comme il n y a presque plus de possibilités de commentaires je vous donne ce link ici :

Conséquences abominables de l’homosexualité et de la théorie du genre : le transsexualisme et ses indicibles souffrances :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=6792

felipe

Oups ! Pas très « pro » de la part du Salon beige, de citer la phrase de Pierre Laval en la tronquant de si vilaine façon ! 😊 Rectifions vite :

"L'Allemagne lutte contre le communisme. Des combats gigantesques se déroulent à l'est de Petsamo au Caucase. Je souhaite la victoire de l'Allemagne car, sans elle, le communisme s'installera partout en Europe."

* * * * * * * * * * *

Et puis - comme pour tout événement historique - : le moyen de comprendre cette phrase si on ne la replace pas dans son contexte ? (Ce qui est d’ailleurs si bien fait, dans ce « post », pour Galilée.)

Deux jours plus tôt, le 20 juin, une ordonnance signée par le recruteur de la main-d'œuvre allemande, Fritz Sauckel, vient de paraître dans tous les territoires occupés par l'Allemagne : "Sont réquisitionnés sur les territoires occupés par le Reich, pour le travail obligatoire, tous les hommes et les femmes de ving à soixante-cinq ans". Sauckel a annoncé sa visite à Vichy pour la semaine suivante, et fait connaître ses revendications. Avant d'aborder l'une des négociations les plus dures de sa vie, Laval cherche et trouve la phrase "paratonnerre" qui lui permettra de sauver de la déportation des centaines de milliers de Français.

Personne n'entendra plus jamais, par la suite, sortir de la bouche de Pierre Laval un seul mot qui puisse laisser croire - si peu que ce soit - qu'il souhaite la victoire de l'Allemagne ou la défaite des Anglo-Saxons.

De façon continue, Laval mènera une lutte dramatique contre les demandes de main-d'œuvre de l'Allemagne. Il obtiendra non seulement qu'aucune femme ne soit requise pour aller travailler en Allemagne, que les paysans français soient exemptés, mais plus encore : que ne partent que 13 pour mille des ouvriers français, alors qu'il partait plus de 80 pour mille Belges, Hollandais, Danois, Polonais, qui n'avait pas de Pierre Laval pour les protéger.

Ajoutons que pendant toute la période de l'Occupation, il est rentré en France plus de prisonniers qu'il n'est parti d'ouvriers.

* * * * * *

Enfin, l’histoire des décennies qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale (jusqu’à aujourd’hui, puisque même notre François Fillion reconnaît que l’Université en France reste profondément marxisée) ne donne-t-elle pas à la déclaration de Pierre Laval un indéniable caractère prophétique ?

lancien

Si quelqu'un a perdu son honneur dans le livre de Saint Exupery, c'est bien l'auteur qui a mis sa plume au service de Kagame qui est le plus grand criminel actuellement au pouvoir

Bainville

L'Etat Français a réussi à faire qu'en juin 1944, avec l'envoi, après un grand retard, au compte gouttes de travailleurs français, la libération obtenue de 500 000 prisonniers de guerre, la France comptait moins de français en Allemagne que bien d'autres pays occupés.
La mauvaise foi de P.Laval envers l'occupant allemand a épargné à bien des français le voyage en Allemagne.

ermort

Au sujet de Galilée, il est intéressant de lire les ouvrages d'Aimé Richardt, et de lire la déclaration de Jean-Paul II de 1992 faire lors de la révision du procès.

SD-Vintage

@ Rédigé par : lancien | 22 juin 2014 20:57:13
Je ne parle pas de politique mais de civils rwandais qui se sont fait massacrer sous les yeux des soldats français immobiles, faute d'ordres.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.