Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le caractère factice de la démocratie participative à Bruxelles
Un franc-maçon directeur général des services de l'UMP

Irak: des origines au chaos actuel

Voici, pour les très rares lecteurs de ce blog qui ignoreraient le sujet, un survol des origines de la Chrétienté en Irak, extrait d'un article très intéressant du Recteur Gérard-François Dumont, professeur à l'université de Paris-Sorbonne. Cet article date de 2005.

"La première caractéristique des Chrétiens d’Irak est qu’ils sont les héritiers d’une implantation religieuse très ancienne et, donc, antérieure à la naissance de l’islam au VIIe siècle. La communauté chrétienne est, pour la large majorité de ses fidèles, une communauté historique, composée par des descendants de populations qui vivaient en Mésopotamie antérieurement à l’ère chrétienne.[...] 

Deuxième caractéristique qui vaut également pour la quasi-totalité des membres des églises chrétiennes d’Irak : les communautés chrétiennes sont autochtones puisqu’elles sont quasi-exclusivement composées de personnes nées en Irak. En conséquence, personne ne devrait songer à demander ou à contraindre leur départ sous prétexte d’obliger les Chrétiens à retourner dans leur pays, puisque leur pays, leur terre d’héritage, c’est l’Irak, la terre de naissance des actuels Chrétiens d’Irak comme de leurs ancêtres, ou, pour quelques minorités, le Moyen-Orient. [...]

L’église chrétienne d’Irak comptant le plus de fidèles, l’église chaldéenne, catholique de rite oriental, compte une troisième caractéristique, à savoir d’être apostolique. En effet, l’analyse des sources historiques concorde pour souligner que les Chrétiens d’Irak ont été évangélisés dès le premier siècle par saint Thomas. Il est en effet écrit dans les actes des apôtres, liste cartographique de Luc, dans son récit de Pentecôte : "Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de Mésopotamie..., nous les entendons annoncer dans nos langues les merveilles de Dieu" [...]

Au fil des siècles, et notamment au V° siècle, les Chrétiens d'Irak se scindent en une douzaines d'Eglises, qui pour certaines finissent par se rallier à Rome. Tout cela finit par former une mosaïque d'Eglises:

Intitulé des différentes églises chrétiennes

séparée de Rome

unie à Rome

Estimation

Proportion

Eglise chaldéenne, catholique de rite oriental

 

R

425 000

66,8%

Eglise assyrienne d'Orient (autrefois appelée nestorienne)

S

 

50 000

7,9%

Eglise syriaque catholique unie à Rome

 

R

60 000

9,4%

Eglise syriaque orthodoxe dite jacobite

S

 

70 000

11,0%

Eglise arménienne Orthodoxe

S

 

17 000

2,7%

église arménienne catholique

 

R

3 000

0,5%

Eglise catholique de rite latin

 

R

4 000

0,6%

Eglises protestantes

S

 

6 000

0,9%

Eglise grecque-orthodoxe (de rite byzantin)

S

 

500

0,1%

Eglise grecque-catholique (ou melkite)

 

R

350

0,1%

Coptes

S

 

200

0,0%

Anglicans

S

 

200

0,0%

TOTAL

 

 

636 250

100%

© Gérard-François Dumont, 2005.

Il résulte de cette histoire une douzaine d’églises chrétiennes en Irak au début du XXIe siècle, avec leurs particularités propres. [...]

Le nombre de fidèles de ces églises est fort peu élevé : les Chrétiens d’Irak sont environ 636 000 en 2005, toutes confessions comprises, soit environ 2% de la population. [...]

[A la prise de pouvoir par Saddam Hussein], les communautés chrétiennes étaient, comme les autres, soumises à un fort contrôle policier pour prévenir tout ce qui pourrait remettre en cause le pouvoir en place. [...] Au nom de ce nationalisme, [du parti Baas], les Chrétiens étaient dans une certaine mesure considérés comme les autres Irakiens, et le caractère non religieux du régime excluait en particulier de les traiter en dhimmis, donc en citoyens de seconde zone, ce qui se faisait au temps du califat. [...]

Au fil des années, le régime se durcit à l'égard des chrétiens et le régime baasiste fait de nombreuses concessions à l'Islam: 

Par exemple, une Chrétienne peut se marier avec un musulman, auquel cas les enfants issus de leur union devront être élevés dans la religion musulmane, mais non un Chrétien épouser une musulmane. Le mariage religieux musulman est valide pour l’état civil, alors que le mariage chrétien ne dispense pas d’un passage devant l’autorité administrative. [...]

L'influence de Ben Laden se fait sentir et peu à peu s'installe un islamisme radical:

[...] le combat des islamistes radicaux n’est pas plus masqué que ne l’était celui de Hitler, dont le livre Mein Kampf, et les discours antérieurs à sa prise de pouvoir, annonçaient clairement les horreurs qui allaient suivre. Selon l’idéologie islamiste radicale, la diversité n’est pas de mise et l’occupation de la terre doit être homogène ; l’islamiste est à Ben Laden ce qu’était l’Aryen pour Hitler et il faut aux islamistes un « espace vital » comme il le fallait pour les Aryens. Toute personne habitant un territoire faisant partie de cet « espace vital » théorisé, et risquant de ne jamais adhérer à l’idéologie benladeniste, doit être combattu, y compris les Chrétiens d’Irak.

[...] le terrorisme contre les Chrétiens vise aussi à assimiler les Chrétiens de l’Irak aux « croisés ». [...]  depuis la guerre et le chaos qui s’en est suivi, l’amalgame idéologique entre les Chrétiens historiques d’Irak et la nation à dominante chrétienne que sont les Etats-Unis est fréquemment utilisé. En août 2004, c’est l’attentat quasi-simultané contre cinq églises à Mossoul, Kirkouk et Bagdad, en quelques jours. Le 7 décembre 2004, deux attentats simultanés frappent des églises chaldéennes et arméniennes. S’ajoutent des dizaines d’enlèvements, des pressions en tout genre, comme les menaces de conversion forcée [...]

Les Chrétiens quittent peu à peu le territoire irakien:

[...]La guerre du 20 mars 2003 a accentué ce phénomène migratoire. En effet, soulagés par la chute d'un régime tyrannique, les Chrétiens souffrent tout particulièrement de la désintégration du pays. [...]  le pays est livré au pillage non seulement de ses biens matériels, mais de son âme par la mise à sac d'édifices religieux auxquels les Chrétiens sont très attachés.[ ...] L'évêque chaldéen catholique Shlimon Wardouni a déclaré : "J'ai peur pour mon peuple. Des fanatiques veulent qu'on quitte ce pays". [...] Pour la seule année 2004, environ 60 000 Chrétiens d’Irak ont fui, soit près de 10% de l’ensemble. Facteur aggravant, ce sont les personnes les plus jeunes et les plus éduquées qui partent. [...]

Et l'auteur de conclure:

[...] Il faut donc bien constater que la guerre d'Irak de 2003 a relancé une sorte de processus de « purification ethnique », comme ce pays en avait déjà connu, et dont les Chrétiens semblent les premières victimes. Une telle évolution conduit à s’interroger sur l'avenir de la nation irakienne. En effet, si l’on considère que « la diversité est créatrice », le risque existe en Irak de perdre certains traits de cette diversité, et donc de rendre encore plus difficiles les équilibres futurs."

Aujourd'hui, les assauts contre Mossoul et sa région par les islamistes font fuir les derniers Chrétiens d'Irak, qui perd désormais sa composante chrétienne historique, facteur d'équilibre. Et en France, vieille terre de Chrétienté, on construit des mosquées ...