Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Comprendre le quotient familial
8 novembre : manifestation pour les chrétiens d'Orient à Toulon

Benoît XVI : ‘le dialogue peut-il se substituer à la mission ?’

Le pape émérite avertit que le dialogue ne peut se substituer à la mission évangéliquebien que la renonciation à la vérité puisse paraître utile pour la paix entre les religions du monde.’ Il précise que toutes les religions ne sont pas égales.

‘Même ainsi, cela reste mortel pour la foi. L’homme se fait plus petit, non plus grand, quand il n’y a pas d’espace pour le regard dirigé vers Dieu.’

Beaucoup de gens se demandent de nos jours : la mission sert-elle encore à quelque chose ? Est-elle d’actualité ? Ne serait-il pas plus approprié de favoriser le dialogue interreligieux et la paix dans le monde ? Ces idées présupposent que les religions soient des formes différentes d’une même et unique réalité, des variantes adaptées à chaque culture mais qui se réfèrent à un genre commun, la ‘religion.’ La question de la vérité est mise entre parenthèses.

Le pape émérite critique les thèses des deux principaux théologiens protestants du XXe siècle :

Dans ses débuts, la mission chrétienne s’attaquait aux éléments négatifs des religions païennes et portait un regard étroitement critique sur ces dernières. La foi put développer sa force rénovatrice en terrassant leurs traditions qu’elle considérait comme démoniaques. C’est sur ces éléments que le théologien évangélique Karl Barth mit en opposition religion et foi, jugeant la première négativement comme un comportement arbitraire de l’homme qui tente par lui-même de s’approprier Dieu. Dietrich Bonhoeffer reprit ce postulat en se prononçant en faveur d’un christianisme sans religion. Ces visions unilatérales sont inacceptables.

Benoît XVI rappelle :

‘nous n’annonçons pas Jésus Christ pour que notre communauté ait un nombre maximum de personnes, et encore moins du pouvoir. Nous parlons de Lui parce que nous sentons le devoir de transmettre la joie qui nous a été transmise. La joie exige d’être communiquée ; l’amour exige d’être communiqué ; la vérité exige d’être communiquée. Qui a reçu une grande joie, ne peut se la garder pour lui seul mais doit la transmettre. Il en va de même pour le don de l’amour et le don de la reconnaissance de la vérité qui se manifeste.’

‘Nous serons des annonciateurs crédibles de Jésus Christ lorsque nous le trouverons réellement au plus profonds de notre existence, quand, à travers cette rencontre avec Lui, nous est donnée la grande expérience de la vérité, de l’amour et de la joie. « Nous avons connu et cru en l’amour » : cette phrase exprime la nature authentique du christianisme. L’amour, qui se réalise et se reflète de multiples manières chez les saints de tous les temps, est la preuve authentique de la vérité du christianisme’.

Traduction intégrale par Benoît-et-moi.