Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La "science" préhistorique au service de l'idéologie
Nombreux suicides chez les agriculteurs

Modulation des allocations familiales : pas pour tous

La secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol a repoussé jeudi 23 octobre la modulation des allocations familiales pour les fonctionnaires, soulignant qu'il s'agissait pour les agents d'un "élément de salaire".

“Dire qu’il faut supprimer le supplément familial chez les fonctionnaires, ça revient à dire qu’il faut baisser le salaire des fonctionnaires ! Je ne le dirai pas car je ne pense pas qu’il faille baisser le salaire des fonctionnaires qui font déjà, du point de vue de leur salaire, des efforts depuis de nombreuses années”

Pour les familles, ce n'est pas un salaire et elles ne font pas d'efforts depuis de nombreuses années...

Surtout, il faut éviter d'avoir les fonctionnaires dans les rues, en train de bloquer la circulation.

Et pendant que l'on tord le cou aux familles, le groupe socialiste propose de financer 50 000 emplois aidés supplémentaires, 35 000 emplois aidés et 15 000 emplois d'avenir.

Commentaires

Entrepreneur

Mais quelle honte. Quand donc arrêteront-ils de nous prendre pour des imbéciles. Si c'est un élément de salaire, c'est illégal. Car en France, la loi, c'est " à travail égal, salaire égal". Il est donc interdit de donner un salaire plus élevé à travail égal en fonction des enfants.

Charette

... les fonctionnaires qui font déjà, du point de vue de leur salaire, des efforts depuis de nombreuses années
Joli chant de Rossignol !
Elle parle du gel du point d'indice ? C'est 1/3 seulement des hausses du salaire des fonctionnaires - le reste est maintenu, notamment l'augmentation mécanique par l'ancienneté qui est, de plus, bonifiée régulièrement chaque année.
La vraie raison : courage, fuyons...

esperanza

Jusqu'à quand on se laisse faire ?
Quelqu'un saurai t il répondre ?

JEJ

Parce que les salariés du privés ne fonds pas d'efforts ?

On peut aussi rappeler que :
- le système de retraite du privé finance celui du PUBLIC !
- les cotisations sociales du public sont moins élevées que celles du privés (certes l'écart a été réduit).
- l'Etat, les collectivités locales et entreprises publiques usent et abusent des contrats de droits privés précaires (CDD, vacataires...) sans respecter le droit du travail et SANS versé à pôle emploi de cotisations chômages.

Le financement des allocations familiales est une cotisation employeur pour le privé. L'Etat cotise t'il aussi pour ses agents ?

La réponse de madame LE secrétaire d'Etat me fait penser aux régimes de retraites.
Le public bénéficie d'un généreux régime supplémentaire par capitalisation (PREFOND) depuis bien longtemps mais les élus et les syndicats s'opposent au fait qu'il puisse être étendu au privé...


Ce qui est bon pour les uns ne l'est pas pour les autres.

AML

Encore une honte de plus de la part des socialos : c'est cela leur vision de l'égalité ???
Mais qu'on les f..... dehors et vite !!!!

lapaladine

Et on continue à augmenter les impôts ou les taxes ou à moduler les allocations familiales ou à réduire les effectifs chez les retraités, les familles et l'armée, c'est à dire ceux qui ne peuvent pas se mettre en grève!
Mais surtout on ne touche pas au nombre de fonctionnaires et à leurs avantages (SFT, retraite, etc.), les régimes spéciaux (on nous dit que la masse salariale de la SNCF a augmenté quand les effectifs ont diminué), tout cet électorat qui vote à gauche.
Le gouvernement fait du clientélisme avec l'argent de tous les Français, c'est une honte.

jib

Ca va péter! on n'en peut plus! virons les manu militari!!!!!! DEHORS!

Frédérique Lucas

"Pour les familles, ce n'est pas un salaire et elles ne font pas d'efforts depuis de nombreuses années..."

Par definition, le supplément familial des fonctionnaires s'adresse à ceux qui ont des enfants, donc qui font aussi des efforts par ailleurs (baisse du quotient familial, baisse des allocations...) .Donc oui, ce n'est pas le moment de leur demander une baisse de leur salaire. Mais il faudra peut-être revoir cela plus tard!

stevenson

tout cela va couter très cher aux fonctionnaires : la gauche fait tout pour diviser la France et les faire apparaître comme des privilégiés : les français n'aiment pas les privilégiés, ca va mal finir

Antoine

Parce que les fonctionnaires n'ont pas de famille ? Parce qu'ils ne seront pas aussi touchés par la baisse des allocations familiales (quoique des fonctionnaires à plus de 6000€ par mois, il ne doit pas y en avoir tant que ça) ? Le début de votre article est pas très clair :il ne s'agit pas que les fonctionnaires ne soient pas aussi concernés par la réforme des allocations familiales comme vous le laissez entendre.

J'ai un peu de mal à comprendre toutes ces attaques sur la politique familiale de l'État pour ses agents. Cela fait effectivement partie, actuellement de la rémunération des fonctionnaires. En quoi est-ce un problème d'avoir une mesure qui permet de donner plus à des agents qui ont des enfants à charge ?

Maintenant parlons-en du supplément familial de traitement :
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F461.xhtml

Je vous laisse regarder les montants. Ok, à partir de 3-4 enfants, ça devient intéressant.

Sur les efforts consentis par la fonction publique, et même si il y aurait encore beaucoup à faire, on peut citer la RGPP (MAP), la non-évolution du point d'indice depuis 2010 (soit une perte de pouvoir d'achat pour ceux qui ne bénéficient plus d'avancement)... Alors ok, tout n'est pas parfait mais je ne vois vraiment pas l'intérêt de polémiquer sur, certes, un avantage (le SFT) dont le but est quand même de favoriser l'accueil d'enfants dans les familles !!!

Saint-Plaix

En France il existe des lobbies professionnels qui dictent leur loi, au premier rang desquels les agriculteurs, les transporteurs routiers et les instituteurs (disons même les "enseignants")...
Attaquer les privilèges de ces castes est tout bonnement inimaginable:
L'Educ Nat, premier employeur de fonctionnaires ne peut évidemment pas s'offrir le luxe d'accepter de voir s'instaurer une baisse de revenu, le gouvernement non plus, surtout quand on sait que c'est le vivier de fond de l'électorat de la gôche...
L'écotaxe, excellente mesure qui existe dans la plupart des pays d'Europe parfois depuis longtemps sans que cela pose le moindre problème à l'opinion et surtout sans que cela n'impacte la rentabilité ou la compétitivité des secteurs concernés(comme en Allemagne par exemple), a provoqué une fronde , chez nous, qui a fait reculer le gouvernement...
C'est vrai que la gôche a particulièrement peur des transporteurs routiers depuis la déconfiture d'Allende - viré à la suite d'une grève des transporteurs routiers chiliens avant d'être liquidé...

Jean Theis

Nous crions beaucoup, mais nous sommes les seuls !

Les autres profitent du régime ou sont résignés.

sabolas

C'est étrange de lire ici des discours égalitaristes à ce point. Méluche sur le SB?

Les fonctionnaires qui ont des enfants touchent plus d'argent que ceux qui n'en ont pas. C'est typiquement une aide aux familles.

Est-ce une chose mauvaise ?

Lyonnais

Ah tiens on reparle des fonctionnaires, la grande richesse du pays.
On devrait en recruter davantage, notre pays irait sans doute mieux.
Mais c'est vrai, les socialistes le font déjà....

PapounetBGT

Pour information, le point d'indice a perdu environ 20% en 15 ans. Aussi les nombreux fonctionnaires en bas de l'échelle voient régulièrement leur indice remonter pour ne pas être payé moins que le SMIC. D'où un tassement des grilles indiciaires qui frisent le ridicule. Il n'y a plus aucun moyen de valoriser l'expérience, le sérieux et le professionnalisme des agents en bas de l'échelle.
Ne nous trompons pas de cible.
Ce n'est pas en nous tirant les uns sur les autres que nous gagnerons.
Le déficit de l'état c'est 20% du budget : c'est abyssal. Pourquoi?
Parce que les francs-maçons français ont livré la France aux banques Américaines et à la franc-maçonnerie américaine depuis le 1er janvier 1973. Date depuis laquelle la France emprunte aux banques privées... Et accumule des intérêts à payer. C'est contre cela, entre autres, qu'il faut se battre.

jpr

à jib & esperanza : ça fait plus d'un an qu'on dit que la coupe est pleine, que ça va péter... mais ça ne pète pas ! Les médias et l'éducation nationale font bien leur travail de désinformation et de propagande : les pigeons sont encore trop nombreux à gober les bobards de la télé et à croire que la gauche est forcément synonyme de progrès, d'égalité et de générosité, alors que la "droite" n'est qu'un ramassis de fascistes. Les gens s'accrochent à ce qu'ils croient être leurs petits privilèges : leur rsa, leur cmu, leur contrat aidé, leur "système de santé que le monde entier nous envie", leurs allocations chômage, leur emploi s'ils en ont encore un... Alors, tout va très bien, Madame la Marquise...

perlinpinpin

bonsoir, je ne peux que réagir aux commentaires: mon mari bac + 5 suivi d'un master mais approchant la 50taine. salaire dans le privé avoisinant les 6000€ net.... mais au final a cumulé 6 ans de chômage économique depuis le début sa carrière. pas de place dans le privé pour lui. A connu 6 mois avec aucun revenu et enfin qq'un a bien voulu de lui: la fonction public niveau C.
eh bien oui heureusement qu'il a le supplément familial de traitement qui lui permet d'émerger à 1800€.... à bac +5 à presque 50 ans et 3 enfants.
le problème n'est pas le supplément familial mais les salaires très bas de la fonction publique.


chavagneux

Le problème est abordé à l'envers. Supprimer le supplément familial de traitement c'est pénaliser à nouveau les familles nombreuses qui seront les seules à être vraiment touchées. Ce n'est pas parce qu'on leur a supprimé une aide d'un côté (allocations familiales) qu'il faut leur enlever le reste. Le SFT fait partie du traitement des fonctionnaires au même titre que d'autres primes tout aussi légitimes. Rappelons qu'un traitement de fonctionnaire n'est composé que pour une petite partie d'un fixe. Le reste est versé sous forme de prime. L'expérience montre qu'à compétence égale le traitement total dun fonctionnaire d'Etat est plutôt inférieur au salaire versé à quelqu'un travaillant dans le privé. Enfin certains salariés bénéficient aussi d'avantages directs ou en nature qui tiennent compte de leur famille (logement de fonction, voiture, frais de déménagement etc) ce combat n'est pas le bon.

gautier

Il faut arrêter de stigmatiser et s'en prendre à l'ensemble des fonctionnaires afin de monter les uns contre les autres !!! Je suis fonctionnaire, enseignante et si je ne suis pas à plaindre car j'ai la chance d'avoir un emploi stable, un toit et de quoi nourrir mes enfants, je ne me considère pas pour autant dans la classe des "privilegiés" Je suis dans la tranche imposable qui est la plus sollicitée (trop payée pour de quelconques avantages sociaux comme les allocations de rentrée mais suffisament pour payer des impôts qui augmentent d'année en année ). Je peux garantir à Charette que quand je compare mon pouvoir d'achat de ces dernières annees, il a considérablement baissé ces dernières années de part les différentes augmentations de taxes et du coût des produits de consommation courante sans que "l'augmentation mécanique" du au changement d'échelon (au bout de quelques années, seule augmentation possible vu le gel du point d'indice...) ne puisse la compenser!! J'estime travailler suffisament pour gagner mon traitement (et que celui qui croit que je ne travaille que les 24 h de présence auprès des eleves vienne prendre ma place pour voir le temps de travail réel en dehors des heures de classe !!!) Alors, certes, il est possible que certains fonctionnaires sont trop payés voir inutiles (notamment en haut lieu !) mais je doute que ce soit le cas d'un certain nombre d'entre nous, enseignants, professions medicales dans les hopitaux, (et autres que je m'excuse de ne pas citer mais tout aussi utiles) qui cherchons a servir du mieux que nous pouvons ... (y compris en résistant aux théories fumeuses qu'ils cherchent à faire passer !)
J'ajouterai au passage que les enseignants sont parmi les moins remunérés en Europe et étant pour un an aux Etats Unis, je peux constater que, à diplôme et ancienneté égale, mon salaire ici me procure un bien meilleur niveau de vie ! Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas pu mettre d'argent de côté en fin de mois sans pour autant faire d'excès !
Enfin, on parle beaucoup des avantages que les foncéionnaires ont en plus par rapport au prive mais évoque t'on ceux du privé qu'ils n'ont pas ? JAMAIS ! Alors, peut-être que ce commentaire ne passera pas mais au moins, je tenais à exprimer cette exaspération de me sentir une moins que rien au vu de vos nombreux commentaires dévalorisant ces métiers pourtant utiles à tous, quoiqu'en pensent certains !!!

Laurent

Salaire ou pas salaire, là n'st pas le fond du problème.
Car la vrai question est "l'égalité" et la "justice" termes emplyés en chaque discoure par les ténor de la gauche.

LA JUSTICE COMMENCE PAR L'ÉGALITÉ ENTRE TOUS.
Donc supprimons tous les privilèges "injustes".

Marie

Ces soi-disant emplois aidés sont une honte : en aucun cas on ne veille à ce que les dits employés aient le minimum d'heures qui leur permettent de vivre, ou à ce que si ces heures, payées au smic, sont insuffisantes (la plupart de ces emplois sont de 20H par semaine !), elles puissent être systématiquement compensées par des aides sociales en rapport avec les besoins réels.
Ainsi, la petite racaille, qui fait le soir et la nuit la loi sous vos fenêtres et vous empêche de refaire vos forces les plus élémentaires, reçoit RMI ou RSA + allocation logement (arrondie par les trafics), tandis que l'honnête citoyen qui perd sa capacité au travail en raison de cet environnement se verra dénier la moindre aide s'il est propriétaire avec un emprunt... quitte à ce qu'il perde son modeste bien dans une malheureuse période difficile.
Le PS et les siens massacre ainsi tout ce qu'il prétend avoir été son combat, à savoir celui du salaire minimum (vital) pour le travailleur, mais octroie sans discontinuer ses largesses à cette part de la population qui ne fait rien pour s'assumer, et n'a rien d'autre à faire, comme les mauvais élèves sur les bancs de l'école où ils n'ont pas leur place, que de déstabiliser voire briser ceux qui se retrouvent en position de fragilité - ce qui arrive actuellement, ou peut arriver, à beaucoup d'entre nous...

Anne Lys

À force de hurler contre les fonctionnaires, ces pelés, ces galeux d’où viendrait tout le mal, et d’exciter la jalousie de beaucoup de gens qui n’apprécieraient pas du tout les conditions de recrutement, d’avancement, de travail et de rémunération de beaucoup de fonctionnaires s’ils venaient à y être soumis* , mais qui sont persuadés que tous les fonctionnaires sont beaucoup mieux lotis qu’eux, on en arrive à tirer contre son camp

Au lieu de s’indigner que le statut des fonctionnaires prévoie que les fonctionnaires qui ont des enfants à élever perçoivent un « supplément familial de traitement », il vaudrait mieux se réjouir que ce statut préserve, pour certains, un peu de ce que l’État socialiste est en train d’enlever aux autres…

Les envieux ne savent pas que les fonctionnaires, tout comme les autres contribuables, supportent les conséquences des réductions successives du quotient familial, de la modulation des allocations familiales, de la suppression de diverses aides et de la fiscalisation du modeste supplément de retraite des parents de famille nombreuse… et que pour plus de la moitié d’entre eux, les salaires, même modestes, n’ont pas été augmentés depuis cinq ans et ne le seront pas dans les années à venir.

Or, les traitements dorés des fonctionnaires ne sont qu’une légende. En débutant, les fonctionnaires ont un salaire très faible : par exemple, un jeune cadre reçu à un concours difficile qu’il n’a pu passer qu’en présentant des diplômes du niveau bac + 5 perçoit un traitement de l’ordre de 1,25 Smic **. Pour le doubler, il lui faudra attendre une vingtaine d’années et il n’arrivera quasiment jamais à le tripler.

On ne s’étonne pas qu’un bureau d’études ait un niveau moyen de salaires plus élevé qu’une entreprise de nettoyage de bureaux. Mais on ne veut pas admettre que l’État doive payer ses millions d’enseignants, de magistrats, de gestionnaires, de militaires, plus cher que des personnels peu qualifiés, beaucoup moins nombreux dans la fonction publique que dans le secteur privé, et qu’en conséquence le salaire moyen soit relativement élevé. Et c’est ce niveau moyen que les jaloux retiennent.

* Après avoir travaillé six ans dans le secteur privé, vingt-deux ans au service de l’État mais avec un contrat type CDI, soumis à toutes les conditions du secteur privé, et quinze ans comme fonctionnaire, je suis bien placée pour connaître les avantages et inconvénients de ces diverses positions. Et ce n’est pas la fonction publique que j’ai trouvé la plus avantageuse …

**SMIC à temps complet=1418 €. Traitement de début d’un fonctionnaire de catégorie A (cadre) : indice 366, 1697 €.

Anne Lys

JEJ pense que les retraites du secteur public sont financées par le système de retraites du privé. C'est TOTALEMENT FAUX : il n'y a pas la moindre communication entre les caisses du secteur privé et le budget de l'Etat (alimenté par les impôts dur le revenu des salariés du privé et du public et par les autres impôts).

L'Etat fixe la somme qu'il est prêt à verser à ses agents. Pour créer (on se demande bien pourquoi ?) une similitude avec le secteur privé, il qualifie de "cotisations" les sommes dont il réduit ce traitement pour subvenir aux besoins des prestations sociales, maladie et retraite notamment. Mais en fait, l'argent ne sort du budget que pour payer les traitements nets d'une part, les retraites et les dépenses de maladie d'autre part, et une cotisation de solidarité-chômage versée au secteur privé, car les fonctionnaires, quelle que soit la raison pour laquelle ils quittent la fonction publique avant l'âge de la retraite, n'ont pas droit aux allocations de chômage. Cette cotisation est la seule communication entre le budget qui paye les traitements et les caisses du secteur privé, et elle va du secteur public vers le secteur privé, et non le contraire.

Aussi, quelle que soit la somme qui figure en cotisations sur les bulletins de salaire des fonctionnaires, cela ne change strictement rien pour les salariés du secteur privé. Et les modifications concernant la retraite des fonctionnaires n'ont pas la moindre conséquence pour les salariés du secteur privé.

Caterpillar

Affligeant spectacle de la division !
Que de raccourcis et d'amalgames dans l'article comme dans les commentaires.
Diviser pour régner, çà marche !

Un détail pour la route : les fonctionnaires, ne n'est pas que l'EN ou la CAF, il y a aussi les militaires... S'ils n'ont plus un rond, qui va donc va défiler à la manif pour tous ? parce-qu'il y en a un bon pourcentage...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.