En Irak, les forces spéciales françaises forment les peshmergas
La valse des primes dans les ministères

Pour avoir des subventions, il faudra propager la théorie qui n'existe pas

Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes propose de conditionner les financements publics, accordés notamment aux médias audiovisuels, à la lutte contre les stéréotypes de sexe.

Cette méthode doit être appliquée à trois champs prioritaires: les médias, la communication institutionnelle et l'éducation, préconise ce rapport remis aux ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Pascale Boistard (Droits des femmes).

Le Haut conseil a défini des grilles pour aider à mesurer les stéréotypes de sexe, notamment dans les fictions télé, et propose de s'en servir pour moduler la contribution à l'audiovisuel public. Des indicateurs devraient également être utilisés pour les émissions d'information, de divertissement et de téléréalité.

L'Etat et les collectivités territoriales devraient aussi s'engager à respecter des critères pour que leur communication institutionnelle soit dépourvue de stéréotypes de sexe.

Commentaires

Line

La manipulation...
Pour que les gens ne s’en aperçoivent pas, on a recours systématiquement aux manipulations psychologiques de masses qui se cachent derrière l’étiquette « Relations Publiques » ! Ici un film qui présente certaines techniques et accomplissements d’Edward Bernays, en précisant que Bernays, tout comme Walter Lippman s’était inspiré des écrits de Gustave Le Bon, un psychologue-sociologue français (1841-1931).
http://www.youtube.com/watch?v=ttvMNpJJm-A

Jean-Gabriel

Alors pour ceux qui l'auraient encore, va être temps de jeter cette télé... ;-)

Broke

Il serait intéressant de connaître le coût de ce énième "Haut conseil", ainsi que celui des salaires cumulés, dans chaque administration, des "hauts fonctionnaires à l'égalité femmes/hommes" (sic) dont on doit la création, rappelons-le, à la présidence Sarkozy...
(Ces nouveaux comités Théodule réussissent à être à la fois coûteux et nocifs.)

C.B.

Pour prolonger la remarque de Line, Gustave Le Bon fut le sujet de recherches de Catherine Rouvier (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Le_Bon )

jib

la solution : qu'on arrête de payer nos impôts... il va bien falloir y arriver pour mettre un terme à cette dictature des affectations de subventions subversives!

DUPORT

En gros c'est l'aveu qu'ils manipulent les médias et l'enseignement !!

titanic

Si ce n'est pas l'application de la théorie du genre (qui n'existe pas) qu'est ce ?

Elisabeth Grange

Et, bien entendu, on n'entendra pas une remarque de la droite, même pas la "libérale".

Stephe

Vous avez dit "totalitarisme" ! nous sommes en plein dedans !
A savoir pour ces messieurs dames les idiots de contribuables que nous sommes on ont plus qu'assez des feuilletons et émissions dans lesquels sont diffusés les idéologies les plus nauséabondes qui obligent les plus réactifs à se passer de ces diffusions et à ne plus regarder que du DVD ou du streaming sur tablette.

I-Ronnie

Oui, mais que voulez vous, pour soutenir le partenariat avec contact.org, ne laissez pas dire contact France ou si vous le laissez dire, que ce soit en soulignant bien qu'il ne s'agit que d'un membre d'un lobby international, donc pour soutenir ce partenariat ils ne sont, en dehors de 2 ministères payeurs que soutenus par 5 régions, 8 départements, 10 communes. Donc, il leur faut mener une ACTION POLITIQUE EN PROFONDEUR; Enfin, c'est comme cela qu'ils conçoivent la chose. Voyez plus loin mes lectures du PARTENARIAT national avec l'Association dite locale;

Myriam

C'est l'opposé du libéralisme
Camp de la mort de la société respectueuse du droit
À la différence du droit de penser du droit d'exister

Humain sacré tu dois disparaître
Animal et pire encore car Dieu t'a donné l'intelligence
Et tu l'as foulée aux pieds !!!!!nous le devenons.

Bernard S

Je trouve l'intitulé du ministère "droits des femmes" archaïquement stéréotypé et ostentatoirement disparitaire...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.