Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Previous month:
novembre 2014
Next month:
janvier 2015

Echec des européistes en Grèce

Stavros Dimas, l’ancien commissaire européen qui était le candidat du gouvernement grec à l’élection présidentielle, soutenu par la nomenklatura de Bruxelles, a définitivement perdu lundi l’élection devant le Parlement, ce qui implique que celui-ci sera dissous dans les dix jours, et que des législatives anticipées vont avoir lieu.

Il devait réunir 180 voix sur son nom lors de ce troisième et dernier tour mais n’en a réuni que 168, soit exactement le même score qu’il y a six jours au deuxième tour (après 160 au premier tour). Le Premier ministre conservateur grec, Antonis Samaras, a proposé lundi des élections anticipées pour le 25 janvier. 


«Comment parler aujourd'hui de Dieu»

Benoît-et-moi rapporte un extrait d'un entretien du Père Horn, religieux salvatorien et un des responsables du Ratzinger Schülerkreis, la réunion annuelle des anciens élèves du professeur Ratzinger autour de ce dernier, fin août. Le père Horn répondait à une question sur le thème de la rencontre d'août 2015 :

"Normalement, le Schülerkreis, lors de la réunion à Castel Gandolfo, propose trois arguments et les noms de plusieurs personnalités pour l'année suivante. Après la rencontre, je vais voir le Saint-Père pour les lui présenter. Cette fois, après une réflexion ultérieure, fin novembre, le Pape émérite Benoît a choisi le thème «Comment parler aujourd'hui de Dieu», en invitant le professeur Tomás Halík, un prêtre tchèque, un homme spécial, avec différentes expériences du monde moderne."


Les Démocrates suédois deviennent le seul parti d’opposition

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Il y a deux mois, les Démocrates suédois faisaient tomber le gouvernement, deux mois seulement après son installation. Le Premier ministre était donc contraint d’organiser de nouvelles élections. Lesquelles risquaient de voir les Démocrates suédois gagner encore des voix et des sièges. Mais l’UMPS locale a trouvé la solution : une union de la droite et de la gauche. Pour cela, le Premier ministre accepte le contre-budget de l’opposition (celui qui avait été voté par les Démocrates suédois pour mettre le gouvernement en minorité), moyennant quelques modifications de façade, à quoi s’ajoute l’engagement pris par l’opposition de… ne pas s’opposer jusqu’à… 2022…

Les principaux partis se félicitent bruyamment de cet accord qui met hors jeu le diabolique « parti anti-immigration »."


Pas de miséricorde pour la Curie

Dans le JDD, Nicolas Diat, l'auteur de "L'homme qui ne voulait pas être Pape", analyse le violent discours du pape François à la Curie :

"Comment interpréter la salve du pape François contre la curie? Est-ce une déclaration de guerre?

C'est le signe d'un malaise profond qui s'épaissit au fil des mois. Il faut se souvenir que, l'année dernière lors du même exercice. François avait déjà dénoncé les « bavardages» à l'intérieur de la curie. Quelques semaines auparavant, il avait même demandé à la gendarmerie du Vatican de faire cesser ces commérages. Le retentissement de cette « correction fraternelle » assez sèche avait cependant été moindre. Ce qui est impressionnant cette fois, c'est le catalogue des quinze maladies. Benoît XVI consacrait cette séance des voeux à faire la synthèse des voyages effectués au cours de l'année, il en tirait un certain nombre d'enseignements et de conclusions. A part la traditionnelle et brève introduction du doyen, le cardinal Sodano, le style a aujourd'hui changé...

Quelles seront les conséquences d'un tel discours?

Il laissera des traces profondes, même s'il n'aura aucune conséquence à court terme. Le pape aime la provocation, il est volontiers dans l'outrance, c'est sa nature. Sur la centaine de convives, personne n'a fait de commentaires pour répondre au pape. Ces quinze maladies curiales, dont certaines relèvent presque de la psychiatrie, énoncées tel un syllabus, n'ont suscité aucune réaction, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas une incompréhension, une lassitude. Le plus dommageable, c'est qu'il n'a pas eu un mot pour les personnes extraordinaires de la curie, et elles existent. Des religieuses dont personne ne parle mais qui servent leur dicastère avec une abnégation totale... Ces accusations à la limite de la diffamation ont blessé.

Pour faire plier les oligarques, n'est-il pas obligé de prendre l'opinion publique à témoin quand Benoît XVI n'a eu d'autres recours que la démission?

C'est sans doute en partie vrai, mais c'est très réducteur. Depuis deux ans qu'il est installé sur le siège de Pierre, François a été effaré par certains «malades» victimes de ce vide spirituel qu'il dénonce. Mais pourquoi le pape a-t-il choisi la médiatisation alors qu'il aurait fort bien pu faire ces reproches dans le secret de certaines réunions? C'est un peu comme si le président de la République française avait lancé une canonnade contre son gouvernement devant les caméras du monde entier. Le 24 novembre dernier, François recevait à huis clos, dans une ambiance très détendue, l'ensemble des chefs des dicastères. Lorsqu'il a engagé la réforme des finances, il a été d'une parfaite discrétion.

Est-ce une réponse du pape à une curie hostile à ses souhaits d'ouverture en direction des divorcés et des homosexuels ?

Depuis le début de l'année 2014, au fil des mois, les divergences perçues sur la question de la famille et plus largement sur la place de la morale se transforment en fracture, non pas au sein de la seule curie mais dans toute l'Église. La curie n'est pas monolithique. Les médias se sont plu à transformer le cardinal Raymond Leo Burke en chef de l'opposition. C'est un homme intègre qui ne souffre d'aucune des quinze maladies curiales. Le cardinal George Pell, entré dans le C9, l'équipe qui pilote la réforme de la curie, est sur la même ligne que lui sur la question des divorcés. Il s'agit pourtant d'un « ami » du pape... Loin de Rome, le cardinal sud-africain Wilfrid Fox Napier, plutôt un libéral, s'est élevé contre «les graves dérives» du synode. S'il n'appartient pas à la curie, il traduit le sentiment du continent africain. Les quatre représentants des États-Unis au prochain synode ne partagent pas, non plus, les vues réformistes du pape. Destiné à obtenir un consensus le plus large possible, ce synode devient un rêve inaccessible. Le pape ne peut pas tout."


Mehmet Ali Agca fleurit la tombe de Jean-Paul II

Mehmet Ali Agca, celui qui a tenté d'assassiner le pape Jean-Paul II en 1981, a déposé des fleurs samedi sur la tombe de l'ancien souverain pontife.

Agca avait demandé une entrevue avec le pape François lors de la visite du souverain pontife en Turquie, le mois dernier. Elle lui a été refusée tout comme l'audience qu'il a demandée ce week-end à Rome. "Il a déposé des fleurs sur la tombe de Jean-Paul II. Je pense que cela suffit", a estimé le porte-parole du pape François, Federico Lombardi.


Enfants nés de mère porteuse : 40 il y a un an, 2000 aujourd'hui. Et demain ?

Lettre ouverte d'Astrid Marais, professeur à l’Université de Bretagne occidentale, à l'attention de Manuel Valls :

"40, ils n'étaient que 40 en janvier 2013, ces enfants, nés à l'étranger d'une mère porteuse et revenus en France avec le couple qui était à l'origine de leur naissance, ces enfants à propos desquels un certificat de nationalité française était demandé. C'est pourquoi, lorsque la "circulaire Taubira" fut prise, imposant aux greffiers la délivrance du certificat de nationalité française, l'on affirma à ceux qui s'inquiétaient de ses répercussions qu'il ne fallait pas se monter la tête : cette circulaire ne s'intéressant qu'à des enfants déjà nés, elle ne libéralisait en rien le marché des mères porteuses.(...) Le Conseil d'Etat nous tint à peu près le même langage pour valider vendredi dernier la circulaire Taubira.

Oui mais voilà, les chiffres parlent d'eux-mêmes pour attester d'une réalité bien différente : ils seraient aujourd'hui 2000, ces enfants sans état civil français, issus d'un prêt ou d'une location d'utérus, réalisés à l'étranger (Libération, 16 déc.). N'est-ce pas la preuve du développement spectaculaire du marché des mères porteuses ?(...)

Evidemment, devant l'intérêt des enfants, on ne peut que s'incliner. Et pourtant, le refus d'établir en France leur lien de filiation en fait-il des « fantômes de la République », comme cela est parfois avancé ? Non ! Les enfants peuvent vivre en France, éduqués par ceux qui se sont rendus à l'étranger pour les faire naître. Dès lors, ils ont le droit de réclamer la nationalité française, sur le fondement de l'article 21-12 du Code civil. Inutile pour cela d'invoquer un lien de filiation, il suffit que l'enfant ait été recueilli par des Français, en France, pendant 5 ans. (...)

Ils sont aujourd'hui 2000 et demain, combien seront-ils si aucun frein n'est mis au développement de ce tourisme procréatif ? Car déjà on voit poindre le prochain argument des militants pour la légalisation des contrats de mère-porteuse : l'interdiction française étant totalement « inefficace » en fait, pourquoi ne pas autoriser, en France, le prêt d'utérus en vue de créer un enfant ? (...)

Monsieur le Premier Ministre, 2000 enfants vivent en France aujourd'hui, nés d'une mère porteuse. Les 170 signataires de la pétition qui avancent ce chiffre vous demandent de reconnaître le lien de filiation de l'enfant avec ceux qui, en fraude de la loi française, ont eu recours à une mère porteuse à l'étranger. En octobre dernier, après les arrêts rendus par la Cour européenne des droits de l'Homme, vous l'aviez refusé « car cela équivaudrait à accepter et normaliser la GPA » et vous opposiez ainsi à la marchandisation des corps (Le Monde, 3 oct. 2014). Tant que des moyens n'auront pas été trouvés pour rendre efficace l'interdiction française de location ou de prêt d'utérus, votre position est la seule qui puisse freiner l'instrumentalisation des femmes et des enfants.

Monsieur le Premier Ministre, le droit ne vous impose pas d'aller contre le droit des femmes et des enfants, le droit ne vous impose pas d'aller contre vos convictions."


Les Russes Blancs approuvent la Russie

Dans une déclaration intitulée Solidaires de la Russie, rédigée par le prince et la princesse Dimitri et Tamara Schakhovskoy, des descendants d'émigrés russes approuvent la politique de Poutine :

"[...] Malgré leur rejet total de l’Union soviétique, nos parents et grands-parents ont été bouleversés par les souffrances du peuple russe lors de la Deuxième guerre mondiale. A notre tour, nous refusons l’indifférence et le silence – devant l’extermination programmée des populations du Donbass, la russophobie délirante, l’hypocrisie de procédés totalement contraires aux intérêts d’une Europe qui nous est chère. Nous voulons espérer que les pays qui ont accueilli nos familles retrouveront bientôt la voie de la raison et de l’objectivité."


L’Eglise orthodoxe russe condamne l’UNICEF pour sa promotion de l’homosexualité

Lu sur C-Fam :

"La Commission sur la famille de l’Eglise orthodoxe russe, présidée par le Patriarche, a publié un communiqué cinglant où elle critique une déclaration de principe de l’Unicef appelant les Etats à protéger les droits LGBT parce que, dit-elle, c’est dans le « dans l’intérêt supérieur des enfants ». La commission renverse les rôles et affirme que « faire éduquer les enfants par des couples de même sexe est une grave violatin des droits et de l’intérêt supérieur de l’enfant ».

La Commission orthodoxe s’est dite « très inquiète » de constater que l’Unicef prêterait son autorité à ce qu’elle qualifie de notions « vides de tout fondement juridique international » et « contraires aux [traditions culturelles] et des normes de la nature et de la morale religieuses dans la plupart des Etats ». D’après elle, cela est donc nocif pour toute la communauté internationale, et finira par ébranler la légitimité de l’Unicef et des autres institutions de l’Onu. »

La déclaration de l’Unicef reconnaît qu’ « il n’existe aucun accord international contraignant qui se penche spécifiquement sur la question de la discrimination sur le fondement de l’orientation ou l’identité sexuelle ». Par ailleurs, elle cite une opinion non contraignante de certains experts de l’Onu siégeant au comité sur les droits de l’enfant, chargé du suivi du respect de la Convention sur les droits de l’enfant, selon laquelle l’orientation et l’identité sexuelle devraient être élevées au même niveau que les catégories protégées contre la discrimination, comme par exemple les races, le sexe ou la religion.

Ce même comité de l’Onu a osé dire à l’Eglise catholique que sa doctrine sur la question de l’avortement constituait une violation des droits de l’homme, et à Israël que la circoncision constituait une violation de l’intégrité corporelle de l’enfant.

La déclaration de principe va bien au delà d’une simple reconnaissance de l’interprétation du comité sur les droits de l’enfants. Elle prétend également instruire les Etats sur la méthode à suivre pour rédiger leur rapport destiné au comité pour les droits de l’enfant : « Les Etats membres du comité du droit de l’enfant et ses signataires devraient inclure à leur rapport des développements sur le respect de l’orientation sexuelle et l’identité de genre, en particulier eût égard à la discrimination et aux intimidations dans les écoles et les établissements d’éducation ».

L’Unicef invite les Etats à abroger leurs législations pénalisant la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs, ou qui interdisent l’association des personnes LGBT avec des mineurs, comme la nouvelle loi russe datant de l’année dernière. Elle les invite également à « rendre l’âge minimal de consentement aux relations sexuelles égal pour les relations hétérosexuelles et homosexuelles ». [...]"


Pape François : "L'Etat a tout intérêt à investir sur les familles nombreuses"

Dans son discours à l'Association des familles nombreuses, citant Saint Jean-Paul II (Exhortation apostolique Familiaris consortio, n°44), le pape François a appelé les familles à

"grandir dans la conscience d’être protagonistes de la politique familiale de la société" et à "assumer la responsabilité de transformer la société : sinon les familles seront les victimes de ces maux qu’elles se sont contenté d’observer avec indifférence".

 


Libreville : le fronton d'une église avec des azulejos du Portugal

CUne grande crèche un peu originale est en cours de construction : il s'agit de la construction de l'église de l'Institut du Christ-Roi à Libreville, sur le territoire de la paroisse Notre-Dame de Lourdes, dont le curé est un prêtre de l'Institut, le chanoine Bergerot.

Le fronton représentera une adoration des Mages, de plusieurs milliers de carreaux carrés de 15cm environ de côté.


Avortement : pourquoi l'Espagne a reculé

Jeanne Smits a traduit un texte de Mgr Reig Pla, dont voici un extrait :

"[...] Récemment le président du gouvernement espagnol et du Partido Popular a retiré la réforme de la loi de l’avortement qui prétendait « limiter » quantitativement l’horrifique saignée des « enfants assassinés avant de naître » (pape François, 25-11-2014), certainement un crime abominable (Concile Vatican II, Gaudium et Spes, 51), un holocauste continu de vies humaines innocentes (saint Jean-Paul II, 29-12-1997). Sur tout cela je me suis déjà exprimé dans un message du 24 septembre dernier : « Appeler les choses par leur nom. Une véritable tâche pour les catholiques. » Mais quels sont les véritables motifs de ce retrait ?

Le plat de lentilles : aujourd’hui un poste au Conseil de Sécurité des Nations unies, mais également l’accès à d’autres sphères de pouvoir et au financement

Pour bien comprendre cette décision du président du gouvernement il ne suffit pas de recourir à des analyses électoralistes. Avec tout le respect dû à sa personne, il faut dire qu’une décision aussi grave répond à d’autres exigences comme nous le montre le document : « Priorités de l’Espagne aux Nations unies. 69e période de sessions de l’Assemblée plénière », un document que l’on peut trouver sur le site web du ministère des Affaires étrangères. Ces « priorités » font partie de ce que le gouvernement de l’Espagne était disposé à faire (il le faisait déjà en parfaite continuité avec les législatures qui l’ont précédé) pour obtenir un place au Conseil de sécurité des Nations unies. La place a été obtenue, aujourd’hui nous savons pourquoi : ils ont fait ce qu’ils viennent de faire et ce qu’ils vont continuer de faire avec entière diligence, tant au niveau national qu’à celui des gouvernements autonomes. [...]

Avec le document Priorités de l'Espagne aux Nations Unies, 69ème période de session de l'Assemblée plénière que nous sommes en train de commenter, se confirmer une fois de plus ce que nous savions tous : nous nous sommes convertis en serviteurs des institutions internationales pour la promotion de ce qu'on appelle la gouvernance globale ou Nouvel Ordre mondial au service de l'impérialisme transnational de l'argent, qui a forcément fait pression pour que l'Espagne ne soit jamais un exemple pour l'Amérique latine et pour l'Europe pour ce qu'il considère comme une « régression » inadmissible en matière d'avortement est pour ce qu'on appelle les droits LGBTIQ.

[...] C'est pour cela que notre combat, comme nous le rappelle l'apôtre Paul, « n’est pas contre la chair et le sang, mais contre les principautés et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres » (Eph. 6, 12). C'est pour cela qu'il est nécessaire, comme nous y exhortait le même apôtre, de nous revêtir des armes de Dieu : « Tenez donc ferme, ayant vos reins ceints de la vérité, revêtus de la cuirasse de la justice, les pieds chaussés de zèle pour l’Evangile de la paix, prenant par-dessus tout le bouclier de la foi, au moyen duquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin » (Eph, 6, 14-16). Nous catholiques, en ce moment nous sommes devant une véritable croisée des chemins, et il est nécessaire de nous demander qui nous sommes disposés à servir : ou bien les dieux et leur messagers de cette nouvelle religion laïque, ou le Dieu véritable. Comme aux temps de Josué notre réponse ne peut-être autre que celle-ci : « Moi-même et ma maison, nous servirons le Seigneur » (Jos. 24,15)."


Convertis de l’islam

Ils s’appellent Joseph (Fadelle), Myriam, Hayette, Paul, Christophe, Eric, Laurence. Ils sont Irakiens, Marocains, Algériens, Maliens, Français. Il y a 5 ans, 10 ans, 30 ans, jamais ils n’auraient imaginé vivre ce qu’ils ont vécu. Ils étaient musulmans, à la recherche de Dieu. Ils sont devenus catholiques. Aujourd’hui, ils témoignent à visage caché pour certains, à visage découvert pour d’autres. Ils dévoilent leur foi chrétienne alors même que certains risquent la mort pour cela. Ils évoquent simplement, sans aucune rancœur ni rancune, leur rejet de l’islam par amour de Dieu, leur découverte de la Bible qu’ils ont lue en cachette. Ils ont ainsi fait une rencontre, parfois mystique, avec le Christ et son Eglise, et cette rencontre a bouleversé intégralement leur vie d’alors. C’est un document inédit que reinformation.tv vous propose, loin des clichés habituels diffusés par les médias de masse. Un document animé de l’esprit de vérité, plein d’espérance et de charité pour les musulmans.


Une église saccagée la veille de Noël

A Berry-au-Bac, près de Laon. Un ou plusieurs individus se sont introduits dans l’église en cassant la grille qui protégeait un vitrail, puis le vitrail lui-même. Une fois à l’intérieur, ils ont fait main basse sur trois statues, dont deux avaient une valeur historique. L’une, représentant une Vierge, date du XVIIIe siècle et l’autre, à l’effigie de sainte Marthe à la Tarasque, du début du XVIe siècle. D’autres statues ont été jetées au sol. Les trois tabernacles ont été fouillés, mais ils ne contenaient aucun objet.

Puis, les cambrioleurs se sont emparés d’un extincteur et l’ont entièrement vidé dans l’édifice, dispersant jusque dans les moindres recoins une fine couche de poussière blanche. Ils sont ensuite sortis par la porte principale, qu’ils ont cassée.

Le maire a déposé plainte pour le cambriolage et le saccage de l’église.


À Noël, Dieu reprend possession paisiblement, joyeusement, de sa création

Voici un morceau de l'homélie de la nuit de Noël, prononcée par Dom Hervé Courau, abbé de Triors :

"Il se trouve que cette année, la crèche fait la une de l'actualité. Elle scandalise et excite des susceptibilités d'une façon inattendue comme chez l'hérétique antique, Marcion. Exposée naïvement dans les maisons ou sur la voie publique, la crèche rappelle avec simplicité ce qui s'est passé il y a plus de 2000 ans. Jésus est né sur la voie publique, dans une crèche, car il n'y avait de place à l'hôtellerie (Luc 2,7). Dieu s'invite ainsi sans attendre l'invitation de César ; néanmoins César malgré lui, à son insu, a tout fait pour qu'il en soit ainsi (Cf. Luc 2,1ss).

C'est vrai, la voie publique n'est pas toujours bien famée, mais le Sauveur vient justement pour racheter tout vice et rendre à Adam son honneur perdu. À Massabielle, la grotte était un mauvais lieu ; c'est la visite de l'Immaculée en 1858 qui l'a ennoblie, et avec elle la ville de Lourdes toute entière. On a dû encercler le domaine du sanctuaire des apparitions pour préserver la neutralité de la voie publique, dont on se glorifie avec affectation comme d'un progrès absolu. Il n'empêche que Dieu toujours se présente sans attendre de permission là où Il veut, car il est le maître de tout, à Lui est la terre et ce qui la remplit, le monde et ceux qui l'habitent (Ps. 23,1). À Noël, Dieu reprend possession souverainement, paisiblement, joyeusement, silencieusement de sa création ; il renoue partout désormais avec l'humanité, sans rien demander d'autre à l'homme que son désir de salut et de bonheur, de joie et de pureté. Pour cela, il faut croire à l'amour, ainsi que le dit S. Jean (I Jn. 4,16), croire à l'amour que Dieu répand en nos cœurs (Cf. Rom. 5,5).

Comment ne pas penser en cette nuit à ceux qui ont tout perdu en Syrie et en Irak, chassés de leur Nazareth, mis sur les routes, vivant le statut humilié des réfugiés ? Pour eux, Noël a un goût de fuite en Égypte et de chemin de Croix ; mais c'est toujours Jésus qui nous sauve. La crèche de notre église s'unit à eux, installée sous une tente semblable aux leurs."


Rassurant

Lors d’un contrôle pour trafic éventuel de drogue opéré à Ciney, à une quarantaine de kilomètres de Givet, dans les Ardennes, un homme originaire de cette commune a été interpellé. Dans sa voiture, les policiers ont saisi du matériel informatique. En fouillant dans ces pièces confisquées, les enquêteurs ont découvert qu’une clé USB contenait les plans de la centrale nucléaire de Chooz.

Selon Vincent Macq,  procureur du Roi de Namur,

«On ne peut pas dire qu’on s’est retrouvés face à quelqu’un qui s’apprêtait à exécuter un projet terroriste. Mais il y a une accumulation d’éléments. Et, dans ce genre de matière, on ne peut pas non plus être trop fleur bleue. Il ne faut pas être trop alarmiste, mais pas trop naïf non plus .»

Le Givetois, qui aurait des antécédents judiciaires pour des faits de coups et blessures, aurait suivi une formation spéciale pour travailler dans une centrale nucléaire.

Dans la voiture, les policiers ont aussi retrouvé un Coran. Le procureur estime que le danger numéro 1, c'est le "padamalgan" :

«Le propos n’est évidemment pas de dire que tous les musulmans qui travaillent ou veulent travailler dans une centrale nucléaire sont des terroristes potentiels». «Mais c’est l’ensemble des informations collectées lors de ce contrôle qui sont à prendre en considération. L’important, c’est d’avoir transmis toutes ces données aux autorités françaises. C’est à eux de donner la suite qui convient à ce dossier.»

Bonnes vacances et dormez sereins...


Neuvaine pour Vincent Lambert

Le 7 janvier prochain, la cour européenne des droits de l'homme jugera le cas de Vincent Lambert, ce jeune homme qui, handicapé à la suite d'un accident, est conscient mais sans moyen de se nourrir seul, ni de communiquer.

La "justice" française l'a condamné à mourir de façon atroce, de faim et de soif. Sa dernière chance réside dans le fait que la cour européenne des droits de l'homme défende... la dignité de tout être humain, même malade, même handicapé.

Par ailleurs, comme vous le savez, après le jugement concernant "l'affaire Lambert", le mois de janvier sera particulièrement charge et menaçant pour la dignité de nos frères humains les plus fragiles. Le gouvernement actuel a notamment décidé de resouder sa majorité sur le dos des vieillards, des malades et des handicapés qu'il considère manifestement comme des "parasites" et des "poids lourds" pour la Sécu.

Face à ces démons homicides, les catholiques de France ont le devoir de résister. Et ils ont, en particulier, à leur disposition des armes efficaces que le Fils de Dieu Lui-même nous a conseillées: le jeûne et la prière.

En attendant de nous retrouver à la Marche pour la Vie du 25 janvier prochain, nous vous invitons donc à vous joindre à notre neuvaine pour Vincent Lambert et pour éloigner de la France le fléau de l'euthanasie active, en récitant chaque jour une dizaine de chapelet à ces intentions et, si cela vous est possible, en jeûnant une fois au cours de ces neuf jours.

Nous réciterons cette neuvaine du 28 décembre, fête des saints Innocents, au 5 janvier, veille de l'Epiphanie et donc veille du jour où nous fêtons la première manifestation de la gloire de Notre-Seigneur, qui a déjà vaincu la mort.

Je profite de cette occasion pour vous souhaiter à tous, amis lecteurs, une sainte et heureuse année 2015 - riche en grâces... et en combats !

Guillaume de Thieulloy, directeur du Salon beige


Souriez, vous êtes fliqués

Le gouvernement a publié en catimini mercredi 24 décembre le décret d'application du très contesté article 20 de la loi de programmation militaire (LPM). Ce texte prévoit un accès très vaste des services de l'État aux télécommunications (téléphone, SMS, Internet, etc.) des Français, et à toutes les informations qui transitent par les réseaux nationaux.

La mesure de surveillance, pudiquement nommée "accès administratif aux données de connexion", avait été votée fin 2013 et entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Le spectre terroriste permet au gouvernement de faire passer des mesures très floues et de tirer pleinement parti des systèmes d'information de plus en plus performants afin de surveiller la population.

Le décret du 24 décembre présente "le groupement interministériel de contrôle [...], un service du Premier ministre chargé des interceptions de sécurité et de l'accès administratif aux données de connexion". Ce groupement est chargé de centraliser les demandes des agents et de les transmettre aux opérateurs concernés, en les épurant de toute information sensible.

En effet, si les services de l'État doivent justifier leurs requêtes auprès du Premier ministre (qui nomme une "personnalité qualifiée"), il est hors de question de transmettre ces explications aux opérateurs. Les fournisseurs d'accès ne sauront même pas de quel service ou ministère émane une demande, ni à quelle date elle a été formulée.

Peuvent donc être interceptés les

"informations ou documents traités ou conservés par les réseaux ou services de communications électroniques, y compris les données techniques relatives à l'identification des numéros d'abonnement ou de connexion à des services de communications électroniques, au recensement de l'ensemble des numéros d'abonnement ou de connexion d'une personne désignée, à la localisation des équipements terminaux utilisés ainsi qu'aux communications d'un abonné portant sur la liste des numéros appelés et appelants, la durée et la date des communications".

La formule "y compris" n'est aucunement exhaustive : difficile de faire plus vaste.

Trois ministères sont habilités à émettre des demandes. Le décret détaille le nombre impressionnant de services pour lesquels les vannes du Web français sont ouvertes :

- Au ministère de l'Intérieur :

  • la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI),
  • la Direction générale de la police nationale (unité de coordination de la lutte antiterroriste, Direction centrale de la police judiciaire, Direction centrale de la sécurité publique, Direction centrale de la police aux frontières),
  • la Direction générale de la gendarmerie nationale (sous-direction de la police judiciaire ; sous-direction de l'anticipation opérationnelle ; service technique de recherches judiciaires et de documentation ; sections de recherches),
  • la préfecture de police (Direction du renseignement ; direction régionale de la police judiciaire ; service transversal d'agglomération des événements ; cellule de suivi du plan de lutte contre les bandes ; sûreté régionale des transports ; sûretés territoriales).

- Au ministère de la Défense :

  • la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE),
  • la Direction de la protection et de la sécurité de la défense,
  • la Direction du renseignement militaire.

- Au ministère des Finances et des Comptes publics :

  • la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières,
  • le service de traitement du renseignement et d'action contre les circuits financiers clandestins.

Voilà un outil de surveillance de la population française qui aurait fait pâlir d'envie les pires dictateurs de l'histoire.


21 janvier : mobilisation contre l'euthanasie

Le jour même du grand débat sur la fin de vie, à l'Assemblée, le collectif Soulager mais pas tuer organise une mobilisation. Cette journée d’action se traduira par des initiatives multiples, dans toute la France, et un rassemblement dans la capitale, à proximité de l’Assemblée nationale.

Cette mobilisation est complémentaire à la manifestation nationale qui se déroulera à Paris le dimanche suivant 25 janvier.

S


Allumons une bougie ! Flamme et lumière d’espérance pour la paix en Syrie

A l’occasion des fêtes de la Nativité, Sa Béatitude Gregorios III, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem, a lancé un appel pour que chaque soir une bougie soit allumée « Flamme et lumière d’espérance pour la paix en Syrie ».

Sa Béatitude appelle tous les fidèles de l'Église grecque-melkite catholique du monde arabe comme ceux de la diaspora dans le monde entier, tous les croyants répandus à travers le monde, les organisations humanitaires, les institutions sociales... à allumer chaque soir une bougie et à faire une prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde.

Priez pour la paix en Syrie !

Prière pour la paix en Syrie

Dieu bon et tout puissant, fais en sorte de répandre la paix dans les cœurs en Syrie, tout comme à l'époque Tu as su convertir Saint-Paul sur le chemin de Damas, et que les gens qui ont fui puissent rapidement rentrer chez eux.

Bénis tous Tes fils qui sont devenus des refugiés et qui n'ont plus de maison. Témoigne de Ta miséricorde à tous ceux qui sont exilés, sans-abri et affamés.

Bénis tous ceux qui leur offrent de l'aide ; éveille la générosité et la compassion dans nos cœurs, par Jésus, le Christ, notre Seigneur, amen.


Marche pour la Vie : un ou deux cars au départ de Saumur (49) [correctif]

Adresse mail corrigée.

Départ le 25 janvier 2015 à 8h30 pour se rendre à la Marche pour la vie à Paris. Retour vers 22h.

Tarifs aller-retour : 35 €, couples 50 €, ecclésiastiques, étudiants, personnes en difficultés financières: 15 €, familles: 70 €.

Réservations au 06 88 67 43 10 ou [email protected]

La Marche pour la Vie recherche toujours des volontaires, pour coller et tracter en amont, mais aussi pour la journée du 25.


Les priorités des cardinaux chargés de la réforme de la Curie ne sont pas celles des journalistes

HondurasLe pape François a nommé neuf cardinaux pour le conseiller sur la réforme de la Curie romaine et chargé Mgr Oscar Andres Rodriguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa au Honduras, de coordonner les travaux de ce "C9". Lors de son interview, la journaliste de Paris-Match n'a pas pu s'empêcher de demander à ce dernier si le mariage des prêtres ou celui des homosexuels faisaient partie des réformes à venir. Extrait :

"[...] Quelles sont les priorités de votre C9 ?

D’abord assainir la banque du Vatican, l’IOR, c’est-à-dire réformer l’économie interne pour plus de transparence. Après l’affaire VatiLeaks, il était essentiel de faire un audit – récemment on a encore fait d’étonnantes découvertes, ainsi ces quelque 57 millions d’euros oubliés dans les bilans officiels de l’IOR –, importait de se pencher sur les questions sociales, les mêmes que celles de la société civile d’aujourd’hui. Je reviens à nouveau sur la pauvreté qui, d’une façon plus générale, ne pénalise pas seulement les catholiques mais ceux qui souhaitent fonder une famille et n’ont même pas les moyens de se loger… Comment penser avoir des enfants lorsqu’on n’a pas de quoi manger, qu’on est au chômage ? La paix dans le monde est une autre priorité [...]. N’oublions pas le sort tragique des immigrés, et le geste du Pape à Lampedusa a commencé à alerter la communauté internationale sur ce drame. Sans oublier, en Amérique latine, le trafic des êtres humains, des enfants vendus autour de 5 000 dollars aux Etats-Unis… Sa Sainteté tient à dénoncer la corruption politique qui appauvrit nos pays [...]! Je ne reviens pas sur les problèmes de pédophilie, vivement combattus par le cardinal américain Sean Patrick O’Malley…

Et le mariage gay ?

C’est un sujet international récurrent, car les hommes politiques de bon nombre de pays craignent le lobby gay, qui représente un réel poids électoral. Le plus affligeant est que l’Onu, dont la première vocation devrait être le maintien de la paix et de la sécurité internationale, soit aujourd’hui une organisation en faveur de l’avortement et du mariage gay.

Parlez-moi des femmes dans l’Eglise.

Il va y en avoir davantage dans les dicastères [ministères du Vatican], concernant les questions familiales notamment. Des laïques seront demain dans des dicastères, mais pas à leur tête. J’espère aussi qu’elles occuperont des places dans les instances internationales catholiques.

Croyez-vous proche le mariage des prêtres ?

Quelle drôle de question ! Nous sommes mariés à l’Eglise, à laquelle nous consacrons notre vie. C’est un choix. Ne m’opposez pas le clergé catholique de rite oriental, qui correspond à une culture différente et à d’autres formes de vocation ! En Amérique latine, c’est le cas dans mon pays, je ne pourrais pas entretenir 150 prêtres diocésains s’ils avaient une famille. Sur ce continent, nous vivons de la charité publique, il n’y a pas de salaire minimum… D’ailleurs, les anciens pasteurs anglicans – qui, eux, peuvent être mariés – n’acceptent pas, quand ils sont convertis au catholicisme, d’aller dans les paroisses pauvres ou sur les terres de mission car leurs femmes ne sont pas prêtes à les suivre là où il n’y a pas d’école… Vous comprenez pourquoi je ne puis envisager le mariage pour les prêtres. [...]"


Devenez porte-parole du gouvernement

... au sein de votre propre famille. C'est le nouveau jeu inventé par les communicants d'on ne sait quel ministère, payés par vos impôts.

Site

Vous n'aimez pas les réponses toutes faites ? Voici une variante plus créative : choisissez l'un des 24 thèmes du site gouvernemental et rédigez votre propre réponse en 5 lignes maximum dans les commentaires.


Double meurtre autorisé en Irlande

La mère et l'enfant qu'elle porte :

"La Haute Cour de justice irlandaise a autorisé aujourd'hui l'arrêt de l'appareillage permettant le maintien en vie artificiel d'une femme enceinte en état de mort cérébrale, dans la mesure où l'enfant n'a aucune chance de voir le jour.

Malgré son caractère très particulier, l'affaire a relancé le débat sur le droit à l'avortement, toujours très restrictif en Irlande. L'état de mort cérébrale consécutif à une grave chute a été constaté le 3 décembre, mais, craignant d'être poursuivis pour négligence ou même pour meurtre, les médecins ont refusé d'arrêter les appareils, malgré la demande en ce sens de la famille de la victime".


L'Homélie du Saint Père de la messe de Minuit

Merci à l'Abbé Lelièvre :

"« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi » (Is 9, 1). « L’ange du Seigneur se présenta devant eux [les pasteurs] et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière » (Lc 2, 9). C’est ainsi que la liturgie de cette sainte nuit de Noël nous présente la naissance du Sauveur : comme une lumière qui pénètre et dissout l’obscurité la plus dense. La présence du Seigneur au milieu de son peuple efface le poids de la défaite et la tristesse de l’esclavage, et instaure la joie et l’allégresse.

Nous aussi, en cette nuit sainte, nous sommes venus dans la maison de Dieu en traversant les ténèbres qui enveloppent la terre, mais guidés par la flamme de la foi qui éclaire nos pas et animés par l’espérance de trouver la ‘‘grande lumière’’. En ouvrant notre cœur, nous avons, nous aussi, la possibilité de contempler le miracle de cet enfant-soleil qui éclaircit l’horizon en surgissant d’en-haut.

L’origine des ténèbres qui enveloppent le monde se perd dans la nuit des temps. Repensons au moment obscur où a été commis le premier crime de l’humanité, quand la main de Caïn, aveuglé par la jalousie, a frappé à mort son frère Abel (cf. Gn 4, 8). Ainsi, le cours des siècles a été marqué par des violences, des guerres, la haine et des abus. Mais Dieu, qui avait placé ses propres attentes en l’homme fait à son image et à sa ressemblance, attendait. Il a attendu tellement longtemps que peut-être à un certain moment il aurait dû renoncer. Mais il ne pouvait renoncer, il ne pouvait pas se renier lui-même (cf. 2 Tm 2, 13). C’est pourquoi, il a continué à attendre avec patience face à la corruption des hommes et des peuples. Combien est difficile de comprendre la patience de Dieu envers nous !

Au long du chemin de l’histoire, la lumière qui perce l’obscurité nous révèle que Dieu est Père et que sa patiente fidélité est plus forte que les ténèbres et la corruption. C’est en cela que consiste l’annonce de la nuit de Noël. Dieu ne connaît pas d’accès de colère et l’impatience ; il est toujours là, comme le père de la parabole du fils prodigue, dans l’attente d’entrevoir de loin le retour du fils perdu. La patience de Dieu !

La prophétie d’Isaïe annonce l’apparition d’une immense lumière qui perce l’obscurité. Elle naît à Bethléem et elle est accueillie par les tendres mains de Marie, par l’affection de Joseph, par l’étonnement des bergers. Quand les anges ont annoncé aux bergers la naissance du Rédempteur, ils l’ont fait avec ces paroles : ‘‘Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » (Lc 2, 12). Le ‘‘signe’’ c’est l’humilité de Dieu porté à l’extrême ; c’est l’amour avec lequel, cette nuit, il a assumé notre fragilité, notre souffrance, nos angoisses, nos désirs et nos limites. Le message que tous attendaient, le message que tous cherchaient dans la profondeur de leur âme, n’était autre que la tendresse de Dieu : Dieu qui nous regarde avec des yeux pleins d’affection, qui accepte notre misère, Dieu amoureux de notre petitesse.

En cette sainte nuit, tandis que nous contemplons l’Enfant Jésus qui vient de naître et d’être déposé dans une mangeoire, nous sommes invités à réfléchir. Comment accueillons-nous la tendresse de Dieu ? Est-ce que je me laisse rejoindre par lui, est-ce que je me laisse embrasser, ou bien est-ce que je l’empêche de s’approcher ?" (suite).


Cuba la rouge restitue les biens de l'Eglise

Lu ici

"Les autorités cubaines ont commencé la restitution de maisons, d’églises paroissiales, de terres et de bâtiments à leurs anciens propriétaires. Ces biens avaient été pris par le gouvernement lors du triomphe de la révolution.

Ceci est le résultat d’un discret processus porté par le pape François devenu médiateur entre Cuba et les États-Unis pour obtenir un dégel historique, processus qui a abouti la semaine dernière lorsque les dirigeants des deux pays ont annoncé le rétablissement des relations diplomatiques après plus de 50 années d’hostilités.
« Nous demandons au Seigneur de continuer ce processus de réconciliation et de paix que le Pape François a (…) encouragé et soutenu », a déclaré le cardinal cubain Jaime Ortega au cours de son homélie de la messe de Noël dans la cathédrale de La Havane.
Un comptage des biens rendus mené par l’Associated Press indique qu’il ne concerne à présent qu’une douzaine de biens  » C’est un geste positif de la part des autorités. C’est en quelque sorte le rétablissement de ce qui appartenait à l’église, et cela produit un climat de confiance » dit le Père José Felix Perez, secrétaire adjoint de la Conférence des évêques catholiques de Cuba. «Cela se fait progressivement, il faut le noter ».

En plus de la chapelle de l’Université, rendue à la fin de 2009, le processus comprend quelques propriétés prestigieuses du pays, a déclaré un membre de l’église. Parmi les bâtiments rendus, deux églises à Santiago de Cuba, San Jose Obrero et San Benito; un presbytère et quelques bâtiments qu’occupaient des commerces. Plusieurs temples, qui étaient à l’intérieur d’usines de sucre ont été rendus avec des terrains et une chapelle dans le diocèse de Bayamo-Manzanillo".


Le Qatar fait son entrée dans le capital de vente-privée.com

La nouvelle vient d'ici (le site) : 

"Le Qatar, via son fonds souverain Qatar Investment Authority, a fait son entrée au capital du site de déstockage en ligne vente-privée.com, dont il est désormais un "actionnaire minoritaire de poids", indique le site dans un communiqué.

Dans cette publication parue sur le site internet du déstockeur, Jacques-Antoine Granjon indique qu'il a également "renforcé sa position à la direction de vente-privee.com et sa participation au sein du capital de la société" qu'il a fondée en 2001.

"Je garde le contrôle total de l'entreprise avec mes associés historiques", a déclaré Granjon au Monde.

La structure du nouvel actionnariat et le niveau des participation du Qatar et de Granjon ne sont pas détaillées.

L'arrivée des Qataris, qui ont déjà investi dans plusieurs hôtels de luxe et détiennent de nombreuses participations dans des grandes entreprises françaises, pourrait notamment permettre à vente-privee.com "d'entretenir des relations privilégiées" avec les marques, notamment de luxe, dans lesquelles l'émirat a déjà investi".

Ca donne ça sur le site : 

 


La femen seins nus qui a dérobé l'enfant de la crèche place Saint Pierre pourrait être jugée au Vatican

Justice devrait être rendue

"La "femen" qui avait tenté jeudi de dérober la statuette de l'enfant Jésus sur la place Saint-Pierre était détenue aujourd'hui au Vatican, et pourrait être jugée, pour "offense, actes obscènes dans un lieu public et vol", a indiqué leVatican

La jeune femme blonde originaire d'Ukraine a été placée en cellule à la Gendarmerie vaticane. Le jour de Noël, elle avait couru seins nus jusqu'à la crèche au milieu de la place, alors bondée, avec écrit au feutre noir sur la poitrine "God is woman" (Dieu est une femme). Elle s'était emparée de la statuette de l'enfant Jésus qu'elle avait tenue à bout de bras avant d'être arrêtée par un gendarme. 

Elle pourrait avoir à répondre devant la justice vaticane d'"outrage, actes obscènes dans un lieu public, et vol", a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. Elle reste incarcérée dans l'attente que le juge du Vatican confirme son état de détention. La justice du petit Etat peut décider de juger directement les actes commis sur son territoire, ou d'expulser vers l'Italie leurs auteurs. 


Un autre prêtre assassiné

Lu ici

"Le cadavre d'un prêtre enlevé lundi a été trouvé hier dans l'Etat de Guerrero au Mexique, avec une balle dans la tête, deux mois après la découverte du corps d'un autre prêtre dans un fosse clandestine du même Etat, ont annoncé les autorités policières.

Le corps du père Gregorio Lopez Gorostieta a été retrouvé près du village de Tlapehuala, situé dans la zone de Tierre Caliente, en proie à la violence des narcotrafiquants, a indiqué un responsable de la police régionale.

L'enlèvement du prêtre avait provoqué mardi une manifestation de quelque 300 personnes, dont des dizaines de prêtres, dans les rues de Pungarabato, à 20 kilomètre du village, jusqu'à la cathédrale de la ville, pour supplier ses kidnappeurs de le laisser en vie.

Lopez Gorostieta avait été enlevé par un commando alors qu'il suivait les cours d'un séminaire à Pungarabato".


Noël et croix interdits

Cela se passe en Chine :

"Le gouvernement de Wenzhou, dans l’est de la Chine, a interdit tout événement lié à la fête de Noël 2014 (...). Une note diffusée dans tous les établissements de la ville par le responsable de l’éducation du gouvernement local estime en effet que les écoles doivent fêter les célébrations traditionnelles chinoises, comme le solstice d’hiver, et non Noël, qui s’apparente selon ce texte à une « tradition occidentale ». (...)

Dans d’autres parties du pays, comme à l’université de Xi’an, capitale de la province du Shaanxi (centre du pays), les étudiants sont contraints, depuis plusieurs années, de regarder un documentaire sur Confucius le soir de Noël. Tout étudiant quittant la salle est sanctionné.

Par ailleurs, une campagne de démolition de croix et d’églises, menée par le pouvoir chinois dans la province du Zhejiang, au sud-est du pays, s’étend. Plusieurs centaines de croix ont déjà été détruites.

Selon l’ONG « China Aid Association », les destructions se répandent à présent dans d’autres provinces du pays. Dans le seul Zhejiang, 426 croix chrétiennes ont été démontées en novembre, rapporte l’agence d’information catholique Asianews.

À Dingqiao, des heurts ont eu lieu entre des représentants du Bureau des affaires religieuses, des ouvriers chargés du démantèlement de la croix et des fidèles locaux qui ont essayé de les empêcher d’agir. Des paroissiens ont été blessés dans les échauffourées, et certains ont été hospitalisés. (...)

Dans la province du Henan, la destruction d’une croix, le 18 décembre, a été le théâtre d’une lutte acharnée. Les autorités locales ont saisi le terrain appartenant à l’église et au pasteur. Ce dernier a été condamné à 12 ans de prison."


Un jour, un texte!

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c'est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d'entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots

Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d'actualité, aujourd'hui : la Patrie. (20 et fin)

Quelques livres à lire pour appronfondir le sujet

« Catéchisme de la Patrie », par le colonel REMY (Ed. Confrérie Castille)

A la question : « Pour qui ou pour quoi meurt-on ? », le soldat répond : « pour la Patrie ! ». Et même si l'Europe, éternel serpent de mer, manifeste sporadiquement des velléités d'existence, on est encore très loin d'un patriotisme européen qui effacerait les préférences nationales. C'est donc toujours pour la France que se bat et, s'il le faut, que meurt le soldat.

Encore faut-il savoir ce qu'est la France, ce qu'est la Patrie française. C'est à un grand, un très grand Français que nous laisserons le soin de le définir. « Notre REMY, a déclaré le Général de Gaulle, fut des premiers parce qu'il est des meilleurs. Et c'est pourquoi, après tout ce qu'il a fait – qui est si grand ! – il sait qu'il reste tant à faire ».

Le Colonel REMY, illustre figure de la Résistance, héros mondialement connu, fondateur du réseau « Confrérie Notre-Dame » qui fournit des renseignements essentiels aux Alliés, a regroupé dans « Catéchisme de la Patrie » tout ce qu'il faut savoir sur ce thème.

La France a fêté, en 1996, son quinzième centenaire et un timbre officiel a même commémoré cet anniversaire. Ces quinze siècles d'existence, une certaine idéologie voudrait les réduire à deux et faire naître notre communauté nationale en 1789. Ce serait faire bon marché des treize siècles précédents où la France, « mère des arts, des lettres et des armes » (J. du Bellay), brilla d'un éclat jamais retrouvé depuis. C'est donc sur notre « vieux Pays », pour paraphraser Donald RUMSFELD, que se penche le Colonel REMY. De Clovis à Louis XVI, de la Révolution à la Vème République, en passant par la Restauration, les deux Empires, la Commune, les quatre Républiques et les différents conflits et occupations qui les accompagnent, ce grand Français nous fait découvrir la France, son âme et sa vocation. Il nous donne les vraies raisons de vivre et de mourir pour Elle.

A l'issue de cette lecture, on sait ce que signifie être Français, quels sont les devoirs liés à ce nom, quel est l'héritage qu'il implique et dont nous pouvons légitimement être fiers. Ce petit livre nous invite à aimer notre Patrie, à en être dignes, sans tomber pour autant dans un nationalisme agressif ou excessif mais sans renier non plus l'amour naturel que nous lui devons.

Bref, la réponse aux questions : « Pourquoi meurt-on ? », « pourquoi se bat-on ? » est dans cet ouvrage bien écrit, facile à lire et passionnant. Lisez-le, faites-le lire et rappelez-vous qu'un homme bien formé est difficile à manipuler.

« Les deux patries. Essai historique sur l'idée de Patrie en France », par Jean de VIguerie (Ed. Dominique Martin Morin)

A travers cet essai magistral, Jean de Viguerie veut démontrer l'existence de deux patries en France. On pourrait justement les qualifier, paraphrasant Maurras, de "patrie légale" et de "patrie réelle". La première cherchant par tous les moyens, en particulier par un détournement du patriotisme, à absorber la seconde pour la détruire. Est-elle déjà arrivée à ses fins et, dans ce cas, la France est-elle morte ? A cette question, Viguerie répond oui. Et il est vrai que la logique de son raisonnement, si l'on reste sur le plan historique, est particulièrement convaincante.

La "patrie réelle" est la terre des Pères. Saint Thomas d'Aquin la définit comme « les concitoyens liés entre eux ». Elle se rattache donc au monde naturel, elle n'a rien de surnaturel : elle est donc mortelle.

Elle vit par ses membres et est donc économe de leurs vies, contrairement à la « patrie romaine, abstraction divinisée, réclamant des sacrifices. »

L'auteur prend l'exemple de Jeanne d'Arc qui, « elle, n'a pas la moindre idée d'une patrie de type romain. Sa doctrine est simple et traditionnelle : que ceux qui ont la charge de gouverner ou de combattre fassent tous et jusqu'au bout leur devoir. Cela suffira". "Les hommes d'armes batailleront..."; "Travaillez, Dieu travaillera"; "Le Roi exercera sa charge, et le pays sera relevé". La Pucelle ne demande qu'à un petit nombre d'exposer leurs vies. La libération n'a pas besoin des grands massacres. Elle veut sauver la France et non pas lui enlever la vie qui lui reste. Le salut du royaume ne dépend pas pour elle de nouveaux sacrifices, mais de l'observation par tous de la justice, chacun faisant son entier devoir ».

L'autre patrie est fille de la Révolution, des Lumières et, plus en arrière, de la Renaissance. Les sanglantes paroles de la Marseillaise expriment son idéal. Elle n'est pas la France, "mais la France est son support et son instrument".

Depuis 1789, notre Histoire est celle de la substitution progressive, et aujourd'hui achevée, de la Patrie révolutionnaire à la Patrie française. Celle-là se nourrissant des fils de celle-ci : que de morts ont coûté à notre pays les guerres révolutionnaires, puis impériales, coloniales, et, enfin, les deux conflits mondiaux de la IIIème République ! Le point culminant aura été atteint avec 14-18. Que d'héroïsme, que de sacrifices, que de souffrances, et pour quoi ? Au final pour parachever la mainmise de l'idéologie des Droits de l'Homme sur notre pays exsangue.

Et pendant que tous ces Français tombaient, les persécutions religieuses de la IIIème République continuaient. « On ne voit pas du tout que si les républicains continuent leurs persécutions contre les catholiques même pendant la guerre, c'est qu'ils ne peuvent s'en dispenser. Ils sont des patriotes révolutionnaires, et les catholiques sont autant leurs ennemis que les Allemands. Car si les Allemands sont des "barbares", les catholiques sont des "fanatiques", et c'est pareil ».

L'entre-deux guerres puis l'après-guerre vont se caractériser par une mutation révélatrice : « La France a toujours le même rôle d'instrument, mais dans la seconde phase on détruit l'instrument. Le patriotisme de type jacobin ne disparaît pas complètement. Les rites en sont gardés : les défilés militaires, les fêtes nationales, les cérémonies des monuments aux morts. Cela pour l'illusion. Les Français doivent continuer à croire que la France existe toujours ».

L'abandon de l'Algérie, pourtant partie intégrante de la France, n'est autre que « l'adhésion de tout un peuple à la démission et au parjure. »

Alors quel avenir?

« De la France morte, quelques Français, il est permis de l'espérer, garderont l'héritage... »

Ce livre, qui pèche contre l'espérance, a, en tout cas, l'immense mérite d'ouvrir un débat passionnant, et présente des arguments de poids pour une thèse pour le moins non conventionnelle. Ne serait-ce qu'à ce titre, sa lecture est très vivement recommandée.

 « France, notre seule Patrie » - Ed. de Chiré, 2001, de François-Marie ALGOUD

Florilège très abondant de textes sur la patrie française.

« Histoire de France » de Jacques Blainville

Une histoire "vraie" de la France, par un des grands historiens français.

"Les lois de la Politique française"- Éd. Arthème Fayard, 1927, de Charles BENOIST

Le peuple français a une identité particulière et son gouvernement obéit à des lois spécifiques, fonction de son caractère, dont on ne peut s'affranchir sous peine de désordres graves.

« Les enfants humiliés » de Georges BERNANOS

Bernanos, l'imprécateur, veut redonner la fierté aux Français.

« Mon pays, la France » - Ed. France-Empire, 1962, de Bachaga BOUALAM

Poignant récit du drame des harkis, morts pour avoir trop aimé la France, vécu par l'auteur dans sa chair et dans son cœur.

« Lettre ouverte à ceux qui ont mal à la France » - Éd. Albin Michel, 1984, du R.P. BRUCKBERGER

Les "coups de gueule" du célèbre Dominicain qui s'en prend, avec son non-conformisme habituel, à ceux qui détruisent la France, aux nouveaux "bien-pensants".

« Création de la France » - Ed. Dominique Martin Morin, 1982,d'Henri CHARLIER

Récit historique des premiers pas de la France.

« France, fais ta prière » - Éd. Albin Michel, 1984, d'Yves de HAUTECLOQUE

Recueil d'allocutions d'un élu rural, ex-président des maires du Cher.

« La Patrie » – Numéro spécial de la Revue ITEM, juin 1976.

Numéro spécial d'une revue disparue qui rassemble une cinquantaine de textes d'auteurs très divers qui, chacun selon sa sensibilité, développent leur amour de la Patrie.

« La mission divine de la France » -  du Marquis de La Franquerie

La France, fille aînée de l'Église, a une mission spécifique au milieu des peuples. – Sa prospérité ou son infortune sont fonction de sa fidélité ou de son infidélité à cette mission.

« Les Manants du Roi », de Jean de LA VARENDE

Recueil de nouvelles d'honneur et de fidélité à travers l'histoire d'une famille de hobereaux normands de l'Ancien régime à nos jours.

« Le Pacte de Reims » - Ed. Saint-Michel, 1962, de Claire MARTIGUES

A la lumière du Testament de saint Rémi, qui baptisa Clovis, l'auteur analyse les heurs et malheurs de la France directement liés à sa fidélité à sa vocation.

« Histoire de l'Unité française » - Ed. du Conquistador, de Marie-Madeleine MARTIN

Comment s'est réalisée l'unité française.

« Histoire du Génie de la France » - Éd. Bastions, 1943, de Jean OUSSET

Les caractéristiques de la France parmi les nations, ce qui fait son génie.

« Patrie, Nation, Etat » - Éd. Montalza.

Réflexions sur les notions de Patrie, de Nation et d'État.

« Œuvres poétiques » - La Pléiade, de Charles PEGUY

Un élément essentiel de la littérature française que ces chants merveilleux, au rythme unique, de la France, de son histoire, de ses héros, de ses saints et de ses hauts-lieux. La beauté de la langue alliée à la noblesse du cœur et à l'amour de la Patrie.

« Catéchisme de la Patrie » - Ed. Confrérie Castille du Colonel REMY

Le chef légendaire du réseau de résistance « Confrérie Notre Dame » nous parle de la Patrie. Excellent livre.

« Historiquement correct, pour en finir avec le passé unique » - Ed. Perrin, 2003, de Jean SEVILLIA

Rétablir la vérité historique face aux manipulations et aux mensonges dont pullule l'histoire officielle. Déjà plus de 80 000 exemplaires en moins d'un an. Indispensable pour redonner à chacun de nous et à nos enfants la fierté d'être Français.

« Patrie française et Défense nationale » - Ed. Ulysse, 1999, de Roger TEBIB

Réflexions sur la France, le monde de la Défense et l'armée, par un ancien auditeur de l'IHEDN.

« L'Art Politique Français » - Ed. C.L.C., 1984, de Jacques Trémolet de Villers

Les règles éternelles d'une bonne politique française.

« Les deux Patries » - Ed. Dominique Martin Morin, de Jean de VIGUERIE

Depuis 1789, il existe officiellement deux Patries en France, celle des droits de l'homme et celle de la terre des pères. Histoire de l'absorption de l'une par l'autre.


Le pape François dénonce la persécution brutale des djihadistes dans le monde

Le traditionnel message "Urbi et Orbi", adressé par le Pape François au monde entier :

 

"Chers frères et sœurs, joyeux Noël !
Jésus, le Fils de Dieu, le Sauveur du monde, est né pour nous. Il est né à Bethléem d’une vierge, réalisant les antiques prophéties. La vierge s’appelle Marie, son époux Joseph.

Ce sont les personnes humbles, pleines d’espérance dans la bonté de Dieu, qui accueillent Jésus et le reconnaissent. Ainsi, l’Esprit Saint a éclairé les bergers de Bethléem, qui ont accouru à la grotte et ont adoré l’Enfant. L’Esprit Saint a ensuite guidé les vieillards, Siméon et Anne, dans le Temple de Jérusalem, et ils ont reconnu en Jésus le Messie. « Mes yeux ont vu le salut » - s’exclame Siméon – « le salut que [Dieu] préparait à la face des peuples » (Lc 2, 30).

Oui, frères, Jésus est le salut pour chaque personne et pour chaque peuple ! À lui, Sauveur du monde, je demande qu’il regarde nos frères et sœurs d’Irak et de Syrie qui, depuis trop de temps, souffrent des effets du conflit en cours et, avec ceux qui appartiennent à d’autres groupes ethniques et religieux, subissent une persécution brutale. Que Noël leur apporte de l’espérance, comme aux nombreuses personnes dispersées, déplacées et réfugiées, enfants, adultes et personnes âgées, de la région et du monde entier ; que l’indifférence se change en proximité et le refus en accueil, pour que tous ceux qui à présent sont dans l’épreuve puissent recevoir les aides humanitaires nécessaires pour survivre à la rigueur de l’hiver, revenir dans leurs pays et vivre avec dignité. Puisse le Seigneur ouvrir les cœurs à la confiance et donner sa paix à tout le Moyen-Orient, depuis la Terre bénie de sa naissance, en soutenant les efforts de ceux qui s’engagent efficacement pour le dialogue entre Israéliens et Palestiniens.

Jésus, Sauveur du monde, regarde tous ceux qui souffrent en Ukraine et donne à cette terre aimée de surmonter les tensions, de vaincre la haine et la violence et d’entreprendre un nouveau chemin de fraternité et de réconciliation. Christ Sauveur, donne la paix au Nigeria, où à nouveau du sang est versé et trop de personnes sont injustement soustraites à l’affection de leurs proches et tenues en otage ou massacrées. J’invoque aussi la paix pour d’autres parties du continent africain. Je pense particulièrement à la Libye, au Sud Soudan, à la République Centrafricaine et à différentes régions de la République Démocratique du Congo ; et je demande à tous ceux qui ont des responsabilités politiques de s’engager par le dialogue à surmonter les oppositions et à construire une cohabitation fraternelle durable.

Que Jésus sauve les trop nombreux enfants victimes de violence, faits objet de trafic et de traite des personnes, ou contraints à devenir soldats.Les enfants abusés, si nombreux. Qu’il donne réconfort aux familles des enfants tués au Pakistan la semaine dernière. Qu’il soit proche de tous ceux qui souffrent de maladies, en particulier les victimes de l’épidémie d’Ébola, surtout au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. Tandis que de grand cœur je remercie tous ceux qui œuvrent courageusement pour assister les malades et leurs proches, je renouvelle une invitation pressante à assurer l’assistance et les thérapies nécessaires.

L’enfant Jésus. Je pense à tous ces enfants aujourd’hui tués ou maltraités, soit avant d’avoir vu le jour, privés de l’amour généreux de leurs parents et enterrés dans l’égoisme d’une culture qui n’aime pas la vie ; je pense à ces enfants réfugiés à cause des guerres et des persécutions, abusés et exploités sous nos yeux et dans notre silence complice. Je pense à ces enfants massacrés sous les bombardements, même là où le fils de Dieu est né. Encore aujourd’hui leur silence impuissant crie sous l’épée de tant d’Hérodes. Sur leur sang trône aujourd’hui l’ombre des Hérodes de notre temps.

Vraiment, il y a tant de larmes en ce Noël, avec les larmes de l’Enfant-Jésus ! Chers frères et sœurs, que l’Esprit Saint éclaire aujourd’hui nos cœurs, pour que nous puissions reconnaître dans l’Enfant-Jésus, né à Bethléem de la Vierge Marie, le salut donné par Dieu à chacun de nous, à chaque homme et à tous les peuples de la terre. Que le pouvoir du Christ, qui est libération et service, se fasse sentir dans beaucoup de cœurs qui souffrent des guerres, des persécutions, de l’esclavage. Qu’avec sa mansuétude, ce pouvoir divin touche la dureté des cœurs de tant d’hommes et de femmes immergés dans la mondanité et dans l’indifférence. La globalisation de l’indifférence. Que sa force rédemptrice transforme les armes en charrues, la destruction en créativité, la haine en amour et en tendresse. Ainsi nous pourrons dire avec joie : « Nos yeux ont vu ton salut ».

Joyeux Noël à tous !"