Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Un jour, un texte ! Le soldat et sa famille, par le Père Michel Gasnier, O.P (3/3)
Démission au PS

Les responsables musulmans doivent dénoncer les violences à la mosquée, à l’école, dans leur quartier

Président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le cardinal Jean-Louis Tauran est interrogé dans La Croix à propos de l'État islamique en Irak et en Syrie. Extraits :

"Indéniablement, des responsables musulmans ont pris la situation au sérieux et se sont prononcés d’une manière courageuse. Mais il faut continuer et ne pas donner l’impression qu’on s’exprime uniquement quand la communauté internationale s’agite : ces responsables doivent dénoncer ces violences à la mosquée, à l’école, dans leur quartier… Depuis un an, nous essayons de mettre sur pied une petite commission gouvernementale de dialogue entre chrétiens et musulmans en Irak : le travail a été interrompu par les événements de l’été, mais j’espère que nous y parviendrons.

Les musulmans qui se sont exprimés lors des rencontres auxquelles j’ai assisté sont d’accords pour dire que c’est toute une culture qui a rendu possible ces exactions : dès leur plus jeune âge, les petits garçons sont habitués à jouer avec des armes ; et à l’école, dans leurs manuels d’histoire ou de géographie, les enfants apprennent que les chrétiens sont des « mécréants ». Seule l’éducation pourra changer les choses : l’éducation religieuse, mais aussi l’éducation en général dans les familles… [...]

Je vois bien qu’aujourd’hui l’islam fait peur : l’opinion publique ne comprend pas comment on peut dialoguer, d’un côté, alors que, de l’autre, certains commettent la violence au nom de la religion. A mes yeux, une partie du problème vient de l’ignorance réciproque : même après tant d’années, nous ne nous connaissons pas suffisamment ! D’où l’importance, là encore, de l’éducation à l’école, mais aussi dans les séminaires et les noviciats : on ne peut penser aujourd’hui être prêtre en France ou en Allemagne sans avoir un minimum de connaissances sur l’islam ! Nous chrétiens, par notre présence auprès des musulmans, nous devons leur poser question. C’est le sens, par exemple, des familles de l’association Le Rocher qui vivent dans des cités populaires : dans le monde dur dans lequel nous vivons, le témoignage d’une communauté chrétienne attire l’attention. [...] De toutes façons, il n’y a pas d’alternative : soit nous choisissons le dialogue, soit c’est la guerre…"