Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



En fin de vie, de nombreuses personnes vivent un combat intérieur spirituel
Monseigneur Arbach : "nous sommes optimistes pour la Syrie"

Notre Marche pour la vie n'est pas une démarche idéologique mais un témoignage, un appel et une protestation

Voici le discours prononcé par Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, lors du départ de la Marche pour la vie dimanche :

M"Nous voici une nouvelle fois réunis pour dénoncer la logique mortifère dans laquelle nous a entraînés la loi Veil promulguée il y a déjà quarante années.

Au fil du temps l'avortement à l'origine simplement dépénalisé en cas de détresse a été remboursé par la Sécurité Sociale puis un « délit d'entrave à interruption de grossesse a été créé » et enfin ce qu'ils appellent l'IVG qui n'est pas une interruption mais une cessation est tout récemment devenu un « droit de la femme ». Demain, inéluctablement, la clause de conscience sera déniée aux médecins et au personnel hospitalier. Logiquement les principes et les prémices faux déploient leurs conséquences tragiques. Accepter de tuer un être humain innocent déjà conçu ou dénier à ce même être sa nature humaine ne peut être que l'origine de tragédies sans fin.

Depuis dix années nous avons marché et prêché plus ou moins dans le désert. Mais ce qui apparaissait comme un combat d'arrière-garde mené, prétendument, par quelques vieillards cacochymes et obscurantistes est en train de devenir une annonce prophétique. Le nombre croît, surtout parmi les plus jeunes, de ceux qui prennent conscience que c'est effectivement un changement de civilisation qui est en train de s'opérer sous leurs yeux. Ils ne veulent pas d'un monde où l'homme serait réduit à la simple dimension de producteur ou de consommateur. L'originalité de notre civilisation qui fut chrétienne est d'avoir toujours accordé une place de choix aux plus faibles de ses membres : enfants à naître, orphelins, veuves, malades, personnes âgées… La société matérialiste et sécularisée dans laquelle nous vivons n'a, sous des dehors de compassion larmoyante, que mépris pour les plus faibles de ses membres qui sont même privés de leur simple dignité d'êtres humains : embryons utilisés comme matériaux de laboratoire, malades acculés à la mort sous couvert d'apaisement des souffrances, vieillards jugés indignes de vivre, etc.

SIl faut parfois accepter d'être seul avec la réalité, on découvre ensuite qu'on ne l'était pas. Notre Marche pour la vie n'est pas une démarche idéologique mais un témoignage, un appel et une protestation. Un témoignage car notre présence publique manifeste que selon l'expression d'Alexandre Soljenitsyne le mensonge existera mais sans notre participation. Un appel aux consciences et aux responsables politiques pour sortir des idéologies et renouer avec le réel. Comment la violence ne submergerait-elle pas nos sociétés s'il est légal qu'une mère puisse tuer son enfant ? Une protestation car nous sommes la voix des sans voix : enfants non nés, malades agonisants, vieillards abandonnés.

Enfin l'originalité de notre marche est de ne rien demander pour nous. Nous ne défendons aucun acquis social ni privilège plus ou moins justifié. Nous défendons une vision de l'homme qui dépasse notre intérêt personnel. Notre combat n'est pas un combat du passé mais un service de l'éternelle jeunesse de la Vérité. Demain la vie triomphera car ceux qui sont généreux dans la transmission et l'accompagnement de la vie prendront naturellement et biologiquement le pas sur les tenants de la culture de mort.

Nous le savons depuis au moins 2000 ans : La vie a vaincu la mort."