Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Pape François : "Nous devons dire non à la colonisation idéologique contre la famille"
Le défi du week-end

Un jour un texte ! Le soldat et sa famille par Benoist-Mechin

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c'est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d'entrer dans le Paradis des Robots. »

Georges Bernanos, La France contre les robots

Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d'actualité, aujourd'hui, à l'heure où le pouvoir politique incapable de gouverner le pays, déclenche une guerre tous les 6 mois : le soldat et sa famille (17)

Vingt ans !

Lettre de Raphaël Laporte, aspirant au 215ème régiment d'infanterie, tombé au champ d'honneur à Crugny (Marne), le 28 mai 1918.

A ses parents

Langres, 18 mars 1915.

Cher Papa et chère Maman, je vous envoie tout simplement ce petit perce-neige, cueilli dans les jardins de l'hôpital, le 16 mars 1915, date bénie de mes vingt ans.

Vingt ans ! l'âge tant désiré et tant regretté. A cette heure, je n'ose leur sourire. Que vais-je bien en faire, de mes vingt ans ? Aidez-moi, j'ai trop peur de les gaspiller follement et de les perdre à tout jamais.

J'ai bien réfléchi à toutes ces belles années passées. Plus j'y songe, plus je vous aime. Merci de tout cœur. Vous les avez faites belles, bien belles ; vous m'avez gâté et à quel prix ! Grand merci de votre soldat plein de reconnaissance. Mille fois pardon pour tous les soucis, les peines grandes et petites, les larmes que pendant vingt ans je vous ai coûtées… Pardon, je vous aime bien quand même.

Vingt ans, être soldat : c'est tout ma fortune en ce moment, et malgré moi, de mon cœur à mes lèvres monte la belle phrase, le beau geste du zouave de Patay. Mon cher papa et ma bien chère maman, ne vous inquiétez plus si, dans quelques semaines, je tombe frappé en faisant mon devoir : j'aurais encore le courage de redire et de tout mon cœur :

Mon âme à Dieu, mes vingt ans à la France ! …

Je vous aime.

Extraits de: "Ce qui demeure. Lettres de soldats tombés au champ d'honneur

(1914 – 1918)" (Éditions Albin Michel, 1942),

réédité aux Editions Bartillat en 2000 de Benoist-Mechin .

 

Commentaires

nedelec

Aujourd'hui...qu'en serait-il..?
Il n'y a plus de Raphaël...nosjeunes, dans leur grande majorité,
n'ont plus le sens de la Patrie, de l'Honneur...de Dieu !
Je ne suis pas Charlie...eux sont souvent des Charlots

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.