Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Ralliements tous horizons au FN
Très forte augmentation de la population musulmane en Grande-Bretagne

Commentaires

doumet

A moins de permettre l'avortement aux hommes... l'avortement ne sera jamais un droit fondamental!

Mais le vrai problème, bien sûr, c'est de vouloir faire du chiffre, et d'éviter qu'une femme puisse renoncer à un avortement. Il y a là surtout la volonté de nier qu'une souffrance psychologique puisse blesser, puisse altérer l'humanité de la femme qui aurait prit une telle décision.

Mais on en est au même point avec la pilule du lendemain... là encore on incite à aller très vite, avant même de savoir s'il y a grossesse. Et le plus inquiétant est de vouloir faire entrer cela dans les collèges et lycées, sans l'intervention d'un adulte vraiment responsable. Père d'une adolescente, il me semble que ma responsabilité serait d'aller jusqu'à offrir d'élever son enfant à sa place, si cela devait arriver. Mais là, non, la seule personne que toute personne se posant simplement la question rencontrera, sera quelqu'un qui l'encouragera à avorter. Et on ose parler de choix...

claire

et ils osent parler "d'enrichissement" du texte...

DUPORT

Après l'interdiction d'informer les femmes, maintenant on leur interdit même de réfléchir...

Vous avortez et c'est tout.
Point final.
Circulez ! Il n'y a rien à voir !

- L'enfant ? Quoi le droit de l'enfant ? Mais quel enfant ? Vous êtes fou !

- Le père ? Mais qu'est ce qu'il vient faire ici celui là ? Bien sur qu'il n'a aucun droit, puisqu'on vous dit qu'il n'y a pas d'enfant ! Vous êtes malade !

- La mère ? Si après elle a des regrets ou des soucis de santé elle n'avait qu'à pas avorter ! Enfin quoi personne ne lui a mis un fusil dans le dos ! Vous avez des problèmes vous !

Enfin c'est tout ce que vous avez comme arguments ? Faites vous soigner mon vieux !

damestoy

Comme il y risque de sequelles psychologiques (dues au sentiment de culpabilité) chez l'avortée qui n'a pas eu le temps de réfléchir, y a qu'à autoriser l'avorteur(teuse) à donner l'absolution just'après l'opération.

Meltoisan

"supprimer le délai de réflexion", c'est un manque de réflexion, donc pas un signe de grande intelligence...

Que dire d'autre... ?

Sonia Ducor

Avec la suppression du terme "détresse" dans le texte de loi on supprimait déjà le peu d'humanité qu'il y avait. Aujourd'hui, on supprime le délai de réflexion. Comment appeler cela si ce n'est de l'incitation à avorter ! On est passé de l'exception à l'incitation ! On trompe ainsi la femme en banalisant cet acte grave dont elle gardera des séquelles toute sa vie. Les féministes et les hystériques pro-avortement ont beau jouer à l'autruche, elles le savent bien : elles porteront encore durant de longues années la blessure de cet acte... Cette banalisation est irresponsable et mensongère !

satire

en vidéo ici--> http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6416.delegation-aux-droits-des-femmes--mme-marisol-touraine-sur-le-projet-de-loi-sante-10-fevrier-2015

cril17

ONLR ou on lâche la porno-ripouxblique ?

fblanche

Culture de mort, où est ta victoire ?

Kelkin

Ils vont mêmes jusqu'à adopter la novlangue LGBT : "tou-te-s". Quand on croit qu'ils nous ont mis au fond du fond, ils trouvent encore le moyen de creuser...
Mais quand cela va-t-il s'arrêter, mon Dieu ?!

JA

Si la suppression d’un délai de réflexion est une avancée pour le droit des femmes, alors la réflexion fait reculer le droit des femmes. Les femmes sont donc priées de ne pas réfléchir.
De la part du Ministre des droits de la femme, cela ne manque pas de sel.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.