Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Vagney (88) : requiem pour l’église Sainte-Cécile
Piraterie : "Pour les armateurs, le Nigeria est une catastrophe, ils sont à cran !"

Harcèlement à l'école

NVB a proposé de nouvelles mesures contre un fléau qui toucherait près de 400 000 enfants du CE2 au lycée, 700 600 si l'on inclut les victimes de harcèlement modéré, tandis que 4,5 % des collégiens subissent du cyberharcèlement. Deux numéros verts contre le harcèlement, lancés fin 2013, seront remplacés par un numéro à quatre chiffres, plus facile à retenir. Le harcèlement à l'école peut aller jusqu'à conduire certains enfants au suicide. Mais oui, Jean-Jacques Rousseau, les enfants peuvent être très méchants, et seule une éducation profondément et authentiquement catholique peut venir à bout de cette méchanceté.

Commentaires

gipsy

Auront -ils droit au suicide assisté sans accord obligatoire des parents et dispensé par l'infirmière scolaire ?
Pauvre france ...

ODE

lu votre lien vers l'article de l'Obs, quelle tristesse...
même les lecteurs de l'Obs écrivent en dessous de l'article qu'ils en sont réduits à faire justice eux-mêmes, à mettre les enfants dans le privé, ils disent que les proviseurs et les profs sont "à la ramasse"...
même dans les établissement catholiques on confond autorité avec gestion des problèmes.
l'article est stupéfiant, on y apprend que le proviseur n'a strictement rien fait alors qu'il avait eu vent des problèmes de la jeune fille. Et qu'après le suicide de celle-ci il a refusé de s'excuser auprès des parents, en disant que ça allait passer avec le temps... un tel manque d'empathie est sidérant...
on ne manque pas seulement de professeurs compétents mais aussi de proviseurs compétents car les établissements scolaires c'est comme les boîtes, ils sont à l'image du proviseur. Or c'est un métier si prenant et si mal payé que personne ne se bouscule au portillon... idem pour les profs. Boulot éreintant, mal reconnu et mal payé... à quoi bon y rester quand on a des diplômes et qu'on est intelligent? Sans compter que le métier offre peu de perspectives d'avenir, de possibilités de reconversion.
sans compter que c'est devenu un métier comme les autres, avec de la "pédagogie" et de la "didactique", mais rien sur le sens profond et la valeur du métier qui est à la base de tout, puisqu'il est TRANSMISSION, passage de flambeau...
l'article reproduit aussi les insultes lancées entre élèves, via facebook ou par SMS... ça fait peur!!! comme vous dites seule une solide éducation chrétienne peut calmer cette violence, inhérente en chaque homme comme on l'avait compris depuis l'Antiquité grecque (la mythologie ne parle que de ça).
pour cela encore il faut des éducateurs chrétiens, des gens qui élèvent les âmes, et croyez-moi il y en a peu... y compris dans l'enseignement catholique.
celui-ci aime brasser du vent, poser des questions sans réponse et assurer qu'il "réfléchit aux problèmes" grâce à des commissions et des comités divers.
par contre, évangéliser par l'enseignement, ce n'est vraiment pas sa tasse de thé.

cette violence alliée à l'extrême pauvreté de ces gens, matérielle et culturelle, ne pourra que nous exploser à la figure. Et comme l'enseignement catholique ne cherche pas à faire émerger une élite chrétienne... nous devrons faire face tous seuls.

Comme partout ailleurs, dans l'enseignement il y a de nombreuses bonnes volontés, chez les enfants il y a un grand désir d'idéal et de vérité, mais on manque de chefs décidés, enthousiastes et généreux.

Goupille

On ne peut pas faire tourner une société sans Dieu. Et les chefs d'établissement sont totalement coupables : ils ferment les yeux et retournent la situation, quand les parents osent les alerter. Ce sont les agressés qui provoquent et ne s'intègrent pas, selon eux. Ils leur recommandent même d'aller voir un psy.

Comme les profs qui ont des difficultés ne savent prétendument pas tenir leur classe...

Ce sont des lâches, qui ouvrent le parapluie, redoutent le qu'en dira-t-on et l'impact sur la réputation de leur turne, et leur retard sur le tableau d'avancement.
Des larves irresponsables.

JEJ

Encore des dépenses inutiles.

Que l'on embauche des surveillants et que l'on rétablisse les punitions et une grande part des problèmes seront réglés.

Gerard

L'école de la république est un lieu de plus en plus malsain et dangereux pour les enfants.

Haye

Pour avoir vécu ce type de harcèlement aussi bien au sein d'établissements scolaires catholiques hors contrat que sous contrat dans les années 80, et egalement au sein meme d'une meute de louveteaux, pour l'avoir également fait subir à d'autres dans le meme contexte, trop heureux d'y échapper par ce moyen, le harcèlement morale est répandu partout, et les adultes y participent amplement. Je garderai toujours le souvenir de professeurs et de cheftaines qui soit fermaient les yeux, soit se joignaient a la meute.
Alors n'imaginez pas que cela n'arrive que dans le public: je l'ai vécu partout dans le privé dans les annees 80. N'imaginez pas que seuls les enfants sont cruels, eux au moins ont l'excuse de l'âge, et certains, bien peu, ont su faire preuve de courage pour défendre l'objet de l'opprobre du groupe.
Si une éducation authentiquement catholique est censée immuniser contre ce fléau, alors posons-nous cette question: l'éducation des écoles privées sous ou hors contrat est-elle réellement catholique ?

Arwen

Juste une remarque: je ne pense pas qu utiliser le terme "méchant" pour qualifier un enfant ( et meme un adulte d ailleurs) soit très approprie ni éducatif. Un enfant peut faire des choses terribles, dire ou penser des choses méchantes mais cela n en fait pas un "méchant", condamne à rester tel.
Mon aîné, après une confession, m a bien fait comprendre cela et, désormais je n utilise plus ce genre d expressions. Cela peut paraître anodin, mais il me semble que cela peut pourtant etre tres blessant et de constructeur pour l enfant.

creoff

La loi de la cour de récré s'inspire de plus en plus de la loi des caids de banlieue celle des gangs, où il faut faire peur pour avoir le pouvoir. Gare aux rebelles, aux fortes têtes, aux gentils.

"Ils doivent apprendre à se défendre" disent les profs et les directeurs de collèges en détournant la tête. Quelques nez ou vertèbres cassés, quelques "petits viols entre amis" dans les toilettes, cela apprend à vivre..

Cela fait 30 ans qu'ils ferment tous les yeux...Que le réveil de nos politiques est pathétique!Qu'il est difficile de protéger nos enfants de ces beaux exemples virils!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.