Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



40 Days for Life : 26 bébés sauvés
Le Qatar achète l'ONU comme il s'offre un club de foot

La CEDH « impose progressivement » la gestation pour autrui

Gregor-puppinck-directeur-de-l-european-centre-for-law-and-justice-eclj_articleGregor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice, était interrogé aujourd'hui par Antoine Pasquier pour Famille chrétienne sur les différentes affaires de GPA sur lesquelles s'est penchée la CEDH, dont des affaires mettant en cause des Français. Il estime que cette succession d'affaires vise à établir la libéralisation de la GPA par la CEDH, qui passe au-dessus des droits des Etats, avec leur accord tacite. En France par exemple, où la GPA a rencontré un accueil plutôt négatif dans l'opinion publique, Gregor Puppinck dit que le gouvernement français

"est consentant : il accepte que le droit français soit « violé » jusque dans ses principes d’ordre public. Il ne parvenait pas à imposer lui-même la GPA : des juges de la Cour de Strasbourg le font à sa place, conscients que cette décision sera bien accueillie par l’actuel gouvernement."[...]

Parlant du pouvoir de la CEDH :

"[S]on pouvoir dépasse celui des États, mais avec leur consentement. Elle se dit « conscience de l’Europe », c’est-à-dire arbitre du juste et du bien, autorité morale. Il faut bien comprendre que les « droits de l’homme » ne sont pas du droit mais de la morale, et que la CEDH n’est pas vraiment une juridiction, mais effectivement une « conscience » : le lieu où s’exerce le jugement moral. Sa jurisprudence est d’ailleurs largement structurée sur la philosophie morale et constitue un véritable magistère, autoréférencé, en quête de cohérence et d’universalité. Cette morale entend corriger et encadrer la démocratie politique en ce qu’elle a de contingent.

La supériorité de la Cour n’est autre que celle de la vérité sur le nombre, de la justice sur la politique. On ne sort pas de la théocratie : l’ordre politique doit être sommé, couronné, par un ordre moral, fût-il matérialiste et athée. Le matérialisme et l’athéisme promettent aussi un absolu de liberté, mais à l’encontre des déterminismes, de la vie, de la mort, et finalement de Dieu, pour la plus grande gloire de « l’homme ». Ce rêve surhumain conduit notamment au chlorure de potassium et à la vente d’enfant."

Lire l'article entier ici.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.