Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Gérard Leclerc en flagrant délit d'amalgame
10 février : présentation du collège-lycée de l'Immaculée Conception

Un jour, un texte ! La guerre, l’esprit de sacrifice par Étienne de MONTETY (4)

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c'est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d'entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots.

Notre premier ministre a déclaré que la France est en guerre. Mais l'ennemi est chez nous, au sein même de la population française. Il ne s'agit plus d'envoyer des professionnels, formés et aguerris combattre loin de nos terres, mais de se battre contre un ennemi sournois et impitoyable, qui use pour ses attaques de toutes nos libertés et des droits des citoyens français. Avant de faire une telle déclaration, encore eût-il fallu cultiver au sein du peuple français les valeurs qui font la force morale des nations. Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d'actualité, aujourd'hui : la guerre, l'esprit de sacrifice par Étienne de MONTETY (4)

« Dans l'autocar, le silence règne. Les condamnés, assis sur les cercueils, sont encadrés par des soldats de la Wehrmacht, désignés pour former le peloton d'exécution : dix militaires allemands, originaires de Sarre et de Thuringe, assis, eux sur les banquettes. L'intérieur du car est éclairé, pour prévenir toute tentative d'évasion, jetant sur la scène une lumière lugubre. A l'avant du véhicule, un magistrat en uniforme d'officier allemand, l'Oberleutnant Keyser ; il présidait il y a trois mois le tribunal militaire qui a envoyé ces hommes au peloton. A ces côtés, un prêtre, soutane noire et brassard de la Croix-Rouge : l'abbé Franz Stock.

Quelques heures plus tôt, vers 4h30, l'aumônier est venu dans la cellule des trois hommes pour célébrer la messe. En ce jour décollation de Saint Jean-Baptiste, le précurseur du Christ. Pour la circonstance, l'église catholique revêt des ornements liturgiques rouges, du sang de ses martyrs. D'Estienne d'Orves en a fait la remarque à ses amis : cette coïncidence est pour eux une grâce extraordinaire, un signe de promesses. La messe, servie par Doornik, a été suivie avec ferveur par ses compagnons. Tous trois ont communié. Puis les prisonniers ont retenu l'abbé Stock pour que celui-ci prenne le petit déjeuner avec eux. Ils lui doivent tant de sollicitude, de services, de prières. N'a-t-il pas maintes fois passé outre le règlement, communiquant du courrier hors de la prison, le soustrayant au contrôle des autorités militaires ? Jusqu'à ce petit manuel du soldat chrétien réédité par ses soins, qui les a soutenus en captivité au point que les condamnés ont demandé à pouvoir l'emporter jusqu'au poteau d'exécution.

Le convoi traverse Paris, désert à cette heure matinale. Pas de témoins aux fenêtres, c'est encore le couvre-feu. On croise des monuments, des bâtiments publics, dans la pâleur de l'aurore : Saint-Pierre de Montrouge, Montparnasse, les invalides, le Grand Palais, l'étoile. Honoré d'Estienne d'Orves rompt le silence pour faire à ses deux camarades un exposé sur chacun des édifices aperçus. Mais l'heure n'est plus au tourisme. Ensemble, ils récitent la prière des agonisant : Adjutorium nostrum in nomine Domini, « Notre secours est dans le nom du Seigneur ». Puis ils se mettent à chanter. Le trajet dure une heure. Pour ces hommes qui vont mourir, c'est court. Pour les soldats chargés de leur exécution, c'est interminable.

Voici Suresnes et sa colline, et la forteresse qui, jusqu'à la guerre, abritait le 8e régiment du génie. L'endroit offre le double avantage d'être près de Paris et à l'écart. Sur le mont Valérien, il faut suivre un sentier raide, entre les arbres, qui conduit à une petite chapelle désaffectée. Jusqu'au milieu du XIX ème siècle, l'endroit était une des résidences de l'évêque de Nancy. Derrière les remparts de la forteresse s'élève l'élégante demeure du prélat, Mgr Forbin-Janson, dont les fenêtres sont surmontées d'un blason représentant ses armoiries : une croix de lorraine. Les condamnés ont-ils perçu ce détail, clin d'œil insolite du hasard à leur cause ? Ils n'en ont pas le temps. Déjà ils sont conduits par un chemin sous les arbres jusqu'à une clairière encaissée, en contrebas. Dans le fond, un talus contre lequel se dressent des poteaux. Non loin, un tunnel de pierre où se range le convoi et où l'on dispose les cercueils. Les trois condamnés descendent de l'autocar.

D'Estienne d'Orves prend la parole et demande une faveur pour lui et ses camarades : ne pas avoir les yeux bandés, ni les poignets entravés. Requête acceptée. Chacun d'entre eux s'agenouille et reçoit de l'abbé Stock une dernière bénédiction. Leur air apaisé frappe les présents. Ils semblent ne plus appartenir à ce monde.

Honoré d'Estienne d'Orves s'approche du président Keyser et lui déclare : « Monsieur, vous êtes officier allemand. Je suis officier français. Nous avons fait tous les deux notre devoir. Permettez-moi de vous embrasser. »

Et, devant les soldats interdits, les deux hommes se donnent l'accolade. Enfin les condamnés font face au peloton, l'ordre claque, puis les coups de feu. L'on entend distinctement « Vive la France » et les trois hommes s'écroulent. Yan Doornik a encore la force de tracer en l'air un signe de croix, en témoignage de pardon. Il est 7 heures, le 29 août 1941. »

Étienne de Montéty

Extrait de : « Honoré d'Estienne d'Orves, un héros français »

Ed. Perrin

Commentaires

breizh

Le 23 mai 1941, le tribunal militaire allemand condamnait le LV d'Estiennes d'Orves à mort.

le 28 mai 1941, le tribunal maritime de Toulon le condamnait à 20 ans de travaux forcés pour désertion !

Béatrice Bert

Merci pour ce si beau texte ! quelle paix chez ces hommes dans des moments tragiques!
Lorsque j'étais encore très jeune, avec le "Parvis de la France", tous les ans au mois de juillet, nous allions en famille au Mont Valérien, en ce lieu précis évoqué ici, et nous assistions à la messe dans cette petite chapelle désaffectée, dans le souvenir de tous ces hommes qui sont morts pour leur pays.
Nous écoutions la lecture des textes, tels que celui-ci, que ces héros nous avaient laissés. Et cela nous marquaient pour toujours.

grami

Merci à tous : aux héros, aux chrétiens, aux prêtres, aux écrivains et chercheurs de Vérité, à ceux qui nous les transmettent ...

JRFB

De qui tient-on ces détails ? Du prêtre allemand ? Où peut-on les consulter ?

Ines Carvallo Mari

Pour avoir et lu ce livre, ainsi que celui écrit par ses enfants Philippe et Rose, pour bien connaître la famille d'estienne d'Orves, apparentée à l'aînée et a ses petits enfants, je sais quelle était la dimension de cet homme, ses valeurs et son courage.
Mon Père Résistant, déporté et abattu sur les marches de la mort, nous a aussi transmis les mêmes valeurs.
Mais aujourd'hui les français sont-ils prêts à endosser ses valeurs. Que se passerait-il si nous étions confrontés à des circonstances équivalentes. On pleur sur Charlie Hebdo, le crime et grave! Mais dans quelle indiférence 250 soldats ont laissé leur vie au Mali et autres lieux, et les journalistes a qui on coupe la tête ??? Où sont les valeurs qui not forgées la France et les français. Je ne crois pas que nous méritons ceux qui nous "gouvernent". Soyons vigilants et regardons la situation en face pour tenter de réveiller ceux qui cumulant les déceptions, n'attendent plus rien de leur pays. I CM

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.