Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Canada : interdire à un médecin d'aider au suicide viole les libertés...
4 mars : débat sur le Christianisme et l'Europe entre Alain de Benoist et Rémi Brague

Un jour, un texte ! La guerre, Un grand chef par le Maréchal Philippe PETAIN (8)

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c'est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d'entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots.

Notre premier ministre a déclaré que la France est en guerre. Mais l'ennemi est chez nous, au sein même de la population française. Il ne s'agit plus d'envoyer des professionnels, formés et aguerris combattre loin de nos terres, mais de se battre contre un ennemi sournois et impitoyable, qui use pour ses attaques de toutes nos libertés et des droits des citoyens français. Avant de faire une telle déclaration, encore eût-il fallu cultiver au sein du peuple français les valeurs qui font la force morale des nations. Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d'actualité, aujourd'hui : la guerre, Un grand chef par le Maréchal Philippe PETAIN (8)

(Le Maréchal Foch)

« Désormais, le but de la guerre apparaît dans toute son ampleur et sa cruelle netteté : il est devenu la destruction non d'une armée, mais d'une nation.

La vaste bataille, entamée le 18 juillet 1915 sur les bords de la Marne, approche de son dénouement. Le 12 octobre, les Allemands ont consommé la presque totalité de leurs réserves ; le moment semble venu de lancer l'attaque décisive.

Cependant, l'admirable manœuvre ne s'accomplira pas. Le grand Soldat, qui avait fait de l'attaque décisive l'aboutissement de sa doctrine et la clef de voûte de son enseignement, devra reposer son épée avant d'avoir détruit son adversaire. L'armistice qu'il signe le 11 novembre 1918, en territoire français, épargne à l'orgueilleuse armée allemande un humiliant désastre et lui permet de repasser le Rhin sans être inquiétée.

Pourtant la victoire, quoique inachevée, était éclatante. Elle couvrait le maréchal Foch d'une gloire impérissable, plus pure que celle des grands conquérants, parce qu'il l'avait acquise au service du Droit, plus retentissante et plus rare, parce qu'il avait sauvé, non seulement son Pays mais le monde civilisé.

A cette victoire, la France entière participait, car, à ce long effort, chacun avait apporté sa contribution. Le triomphe venait récompenser non seulement la valeur des chefs, mais aussi l'héroïsme des soldats, le labeur des usines et les vertus patriotiques de tout un peuple.

Une fois de plus, à une heure grave de son histoire, la France a vu surgir des profondeurs de la race, pour réunir, diriger et exalter ses forces combatives, une haute Intelligence et un grand Caractère. Car, en définitive, la force de la Pensée et celle de la Volonté sont les traits essentiels de la physionomie de Foch.

Dans les situations à demi désespérées, arc-bouté sur sa conviction, se refusant à tout abandon, contraignant ses subordonnés à la même attitude, au besoin presque malgré eux, il leur communiquait la flamme qui l'animait. S'il a pu conduire ses opérations avec une pareille maîtrise, c'est qu'une pensée exceptionnellement ferme lui en avait montré clairement le but. Cette pensée, il l'avait nourrie aux sèves de l'Histoire. Travailleur acharné, il avait fouillé le passé pour y trouver, non des exemples à copier, mais des leçons à méditer, et sur ces leçons il avait profondément réfléchi. Selon son expression, il avait appris à penser. »

Maréchal Philippe PETAIN

Extrait de : « Actes et Ecrits »,
discours de réception à l'Académie française en 1931

Ed. Flammarion – 1974

Commentaires

nemo

Un vieil oncle, décédé aujourd’hui, m'avait raconté qu'en 1915 après un assaut le soldat allemand (bavarois) qu'il venait de tuer portait sur lui un sacré coeur et un chapelet ...
le patriotisme a ses limites !

la guerre de 14 (on peut le dire avec un siècle de recul) fut une guerre civile européenne entre pays d'origine chrétienne .

L'Europe en est sortie affaiblie exsangue et laicarde .

piques-à-sots

Texte admirable sur un chef d'exception par un homme lui-même hors du commun ! Notre pays se distingue souvent par l'immolation injuste de ses dirigeants (Louis XVI , Pétain et d'autres moins en vue ) apportant les germes des révolutions ou de la guerre civile . quelle tristesse !!!!!!

fh

Sur les protagonistes de cette éloge : l'article de P.de Gmeline sur le général de Castelnau paru récemment dans "France catholique" apporte un éclairage intéressant.

Weil

nemo,
Évidence sur terre tout a des limites, même l'Eglise et la civilisation chrétienne...

Le grand responsable c'est Guillaume I,(à sa décharge pouvait-il imaginer ?) exigeant l'Alsace-Lorraine. A un degré moindre Léon XIII et sa politique de ralliement. En effet une République laïcarde fortement remise en cause par les Catholiques et/ou Royalistes, lui aurait interdit la guerre, maintenant il restait la décision de l'Allemagne ?
Rassurez-vous nemo, de nos jours le patriotisme en Europe n'existe plus et l'Eglise le suit, là je sens que vous êtes moins rassuré

DUPORT

@nemo
En 1914 certains ont célébré Noël tous ensembles !
http://www.rtbf.be/info/regions/detail_revivre-la-treve-de-noel-comme-en-1914?id=8620725

nemo

à Weil :

"Rassurez-vous nemo, de nos jours le patriotisme en Europe n'existe plus et l'Eglise le suit, là je sens que vous êtes moins rassuré"

Je crois à l'Europe chrétienne mais en 2015 c'est plus rêvé que réel ....

Roumens Baudouin

Ce texte de Pétain est étrange, car c'est de lui qu'il parle en encensant Foch.C'est lui le stratège de cette grande offensive qui devait faire capituler l'armée allemande et que Foch a fait avorter en obéissant aux Wilson, Clémenceaux et autres criminels.
Foch n'est que la mouche du coche sur les victoires de Pétain.

nedelec

Merci de réhabiliter le Maréchal Philippe Pétain, un grand soldat

Weil

@nemo
Il n'y a même plus assez de patriotisme en UE pour refuser l'immigration-remplacement.
@Roumens Baudoin,
Pétain a choisi à bon escient : une stratégie générale défensive.
Les Allemands avait usé en vain leurs troupes
d'élite(Stosstruppen) et les Spartakistes bloquaient la production d'armement les transports et démoralisaient l'Allemagne.
@fh Castelnau fut un grand chef, "L'art de commander" par Yves Gras.

MEIERS

A rappeler que 64 ans après sa mort le Maréchal Petain est toujours l'objet d'une haine tenace d'une élite sociale autoproclamée et ne peut reposer en paix à Verdun, au milieu de ses soldats!

PERRY

l'ignorance peut s'excuser, mais pas si elle va jusqu'à l'injure adressée à un grand soldat! Le Maréchal Foch, une mouche du coche au service de Wilson et de Clémenceau ? Où avez-vous vu cela ? pas dans ses écrits personnels, toujours ! Mon grand-père, qui fut son officier d'ordonnance ,se serait fait un plaisir de vous remettre les idées en place et de vous apprendre le respect du aux grands serviteurs de la France !

Weil

Le Maréchal Pétain sauva avec Castelnau et le sacrifice de centaines de milliers d'hommes la France à Verdun.
A Vichy, il développa une bénéfique politique familiale et sociale avec l'aide de syndicalistes anticommunistes(CGT-Belin)et la FNC(Castelnau)et il entretint d'excellentes relations avec l'Eglise.
A comparer avec la situation depuis au moins D'Estaing etChirac).
L'héritage de Vichy de C. Desprairies, Armand Colin;

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.