Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



C'est arrivé un 14 février...
Aide à la restauration de l'église de Tréal, dans le Morbihan

Un jour, un texte! Les Français dans la guerre, “Le sang n’a que trop coulé aujourd’hui…” ou le Pater de d’Elbée par Stéphane HILAND.(14)

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c’est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d’entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots.

Notre premier ministre a déclaré que la France est en guerre. Mais l’ennemi est chez nous, au sein même de la population française. Il ne s’agit plus d’envoyer des professionnels, formés et aguerris combattre loin de nos terres, mais de se battre contre un ennemi sournois et impitoyable, qui use pour ses attaques de toutes nos libertés et des droits des citoyens français. Avant de faire une telle déclaration, encore eût-il fallu cultiver au sein du peuple français les valeurs qui font la force morale des nations. Cette nouvelle rubrique sur la guerre a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d’actualité, elle est un peu modifiée pour montrer : Les Français dans la guerre,Le sang n’a que trop coulé aujourd’hui…” ou le Pater de d’Elbée par Stéphane HILAND.(14)

« La révolte vendéenne est maintenant générale. La Convention rameute des troupes depuis Paris pour la vaincre. C’est ainsi que, le 29 mars 1793, le général Berruyer arrive à Angers. Commandant militaire de Paris, il est chargé de ramener l’ordre en Vendée....

... Les méthodes employées par les républicains sont des plus rudimentaires. Et des plus cruelles. En pleine trêve pascale, ils pénètrent dans les Mauges et pratiquent la terre brûlée. L’un des premiers villages traversés, La Barre, est victime de leur folie meurtrière. Les maisons du bourg sont livrées aux flammes et les habitants, parmi lesquels des femmes et des enfants, sont fusillés sans ménagement.

Dans la campagne environnante, la nouvelle de ces cruautés se répand comme une traînée de poudre. Le tocsin des églises sonne un peu partout, appelant les hommes à reprendre les armes...

Le dimanche 7 avril, ils sont seize mille à se retrouver à Cholet autour de d’Elbée et Cathelineau. Quatre jours plus tard, les paysans sont à Chemillé, sur les bords de l’Hyrôme, où est annoncée l’arrivée des colonnes de Berruyer. Le général républicain attaque avec impétuosité les positions vendéennes, défendues par trois pièces d’artillerie. D’Elbée, en personne, commande le feu des canons et repousse par trois fois les assauts ennemis. C’est alors que Duhoux, officier en second de l’armée républicaine, prend l’initiative de contourner le champ de bataille pour surgir sur les arrières des Vendéens. Sa stratégie est payante. La panique se met dans les rangs des soldats paysans. Au soir de ce 11 avril, la situation de l’armée catholique et royale semble désespérée.

Heureusement, la nuit commence à tomber. Dans l’obscurité, les républicains hésitent à avancer. Les chefs vendéens rallient leurs hommes et lancent une contre-attaque. L’épée à la main, d’Elbée combat avec honneur. A ses côtés, Perdriau, l’un des premiers compagnons d’armes de Cathelineau, s’écroule le corps percé de plusieurs balles. Jacques Cathelineau, sentant que l’issue du combat est proche, monte sur un chariot pour haranguer ses « gars » :

- Courez sur l’ennemi, et faites jouer vos baïonnettes, clame-t-il du haut de son perchoir improvisé. Soldats de Jésus-Christ, ne cessez pas de combattre avant que les « bleus » ne soient terrassés.

Une gigantesque clameur répond à son appel. En quelques minutes, les troupes de Berruyer font retraite, poursuivies par les cavaliers vendéens. La victoire est acquise, mais à quel prix ! Des centaines d’hommes gisent sur le sol. Ce spectacle désolant ravive la colère des paysans. Ivres de vengeance, ils courent vers l’église Saint-Pierre, où sont enfermés une centaine de prisonniers républicains. Apprenant la nouvelle, d’Elbée se précipite à leur rencontre pour éviter une nouvelle effusion de sang. Il attend de pied ferme la foule en colère qui se présente devant le porche du vieux monument :

- Ecartez-vous, mon général, vocifère une voix menaçante. Ce sont des meurtriers sanguinaires. Ces « patauds » ne méritent pas de vivre. A mort, à mort, les « bleus » !

Déjà, une petite dizaine d’hommes armés de fourches et de faux s’avance d’un pas décidé. Mais d’Elbée les tient en respect :

- Mes amis, ne devrions-nous pas plutôt remercier Dieu de nous avoir accordé la victoire ? Allons, mettez-vous à genoux et récitez le Notre Père.

Aussitôt, les paysans s’exécutent. D’Elbée accompagne la prière qui débute :

- Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ...

La voix de d’Elbée se fait alors entendre de tous, interrompant les saintes litanies :

- Mes frères, oseriez-vous maintenant mentir à Dieu en allant massacrer ces malheureux ? Allez-vous en. Retournez en paix. Le sang n’a déjà que trop coulé aujourd’hui.

L’ordre donné fait son effet. La foule se calme et se disperse, vaincue par le Pater de d’Elbée. »

Stéphane Hiland

Extrait de : « Au nom du Christ-Roi. Jacques Cathelineau, général vendéen. »

Ed. Téqui

Commentaires

CVV

Sauf que ce fût une gravissime erreur militaire de ne pas les fusiller comme plus tard avec le "grâce aux prisonniers" de Bonchamps: j'espère que la même erreur ne se fera pas en Ukraine en laissant survivre les troupes d'élite encerclées (en fait l'élite des commandos étrangers US, Légion française, services secrets allemands, lettons, etc... fomentant la WW3 tant désirée par les USA)
Mais l'esprit de la maçonnerie (Charette avec ses orgies et Cie) infestait les rangs des chefs vendéens qui ont fait tuer Cathelineau à Nantes, lui qui voulait foncer du Mans sur Paris et ils auraient gagné immédiatement... Ste Jeanne d'Arc disait qu'une armée pécheresse ne pouvait gagner.
C'est le "pas de quartier" nécessaire à la Foi en tant de guerre, sinon Dieu donne la défaite (voir aussi les Christeros pourtant victorieux), St Charlemagne l'avait bien compris à Verdin ! Comme d'ailleurs les prophéties qui nomment le futur Grand Monarque "mille fois boucher": vous avez dit bizarre ?

odile

Et ça servi à quoi? on en est au même point aujourd'hui. Finalement les vendéens auraient mieux fait de rester chez eux.

Sylvie


Les Vendéens ont perdu à la déroute de Cholet en 1793, mais ont fini par gagner au niveau de la liberté religieuse.
Les Confédérés vaincus par l'armée nordiste, triompheront dix années plus tard en 1876, lors d'élections au Congrès et à la chambre des représentants.
Les Cristéros avaient vaincu les troupes fédérales mexicaines et étaient à deux doigts de l'emporter quand le Vatican influencé par la Franc-Maçonnerie U.S. en décida autrement.
Les Allemands encerclés à Stalingrad auraient pu briser définitivement la résistance de l'armée rouge si ces derniers n'avaient pas été aidés par les Américains et les pays pétroliers du Golfe.
Actuellement, les Chrétiens d'Orient et les Ukrainiens de l'Est pro-russes peuvent finir par l'emporter contre les atteintes à la foi et à la liberté religieuse. Ils constituent des peuples fidèles à leurs traditions et à leurs histoires. Rien ne pourra les vaincre...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.