Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Crucifix vandalisés dans un cimetière du Calvados
21 février : projection des Cristeros à Halluin

Un jour, un texte! les Français dans la guerre,“Une arme modeste, mais glorieuse…” par Georges BLOND (18)

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c’est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d’entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots.

Notre premier ministre a déclaré que la France est en guerre. Mais l’ennemi est chez nous, au sein même de la population française. Il ne s’agit plus d’envoyer des professionnels, formés et aguerris combattre loin de nos terres, mais de se battre contre un ennemi sournois et impitoyable, qui use pour ses attaques de toutes nos libertés et des droits des citoyens français. Avant de faire une telle déclaration, encore eût-il fallu cultiver au sein du peuple français les valeurs qui font la force morale des nations. Cette nouvelle rubrique sur la guerre a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d’actualité, elle est un peu modifiée pour montrer : les Français dans la guerre,Une arme modeste, mais glorieuse…” par Georges BLOND (18)

Le commandant Raynal, héroïque défenseur du fort de Vaux, vient faire sa reddition au Kronprinz qui l’accueille de façon très chevaleresque.

« - Admirables, mon commandant. Votre ténacité et votre vaillance, ainsi que celles de vos hommes, ont été admirables.

Le Kronprinz, debout, regardait l’officier français prisonnier, debout devant lui. La dernière semaine du Fort de Vaux avait marqué ce visage. Menton fort, front haut, yeux vifs écartés, un visage bien français. Le Kronprinz observait volontiers les visages des prisonniers français. Curieux mélange de races où l’on voyait rarement surgir un caractère physique exceptionnel. Heureux mélange, sans doute, puisque c’étaient ces gens-là, ce peuple bavard et divisé qui tenait en échec la solide armée allemande, l’organisation allemande. Malgré les affirmations de Falkenhayn, de Knobelsdorf et des autres, le front français ne pouvait plus maintenant être enfoncé à Verdun, voyons, c’était clair. La percée décisive, il fallait en faire son deuil. La guerre d’usure avait recommencé, ici comme ailleurs. « Naturellement, je ne dirais pas cela devant le front des troupes, pensait le Kronprinz, mais je l’écrirai peut-être un jour : on pourrait presque dire dès maintenant que les Français ont remporté une victoire, une victoire défensive, puisqu’ils ont soutenu notre choc. Grâce à l’incroyable résistance d’hommes comme celui-ci. »

Le commandant Raynal regardait attentivement le Kronprinz debout devant lui. L’accueil avait été courtois et franc. « Le Kronprinz n’est pas laid, pensait le commandant Raynal. Il n’est pas ce singe des caricatures. Un cavalier mince et souple, en réalité, élégant et non sans grâce. Rien de la raideur allemande. Les caricaturistes allemands, il est vrai, ne se gênaient guère pour représenter Joffre comme un poussah. Quelle forme idiote de la guerre ! »

Un aide de camp s’était approché. Le Kronprinz prit ce qu’il apportait.

- Désireux d’honorer votre vaillance, mon commandant, j’ai fait rechercher votre épée, que je me dois de vous rendre. Malheureusement, on n’a pu la retrouver. Je n’ai pu me procurer que cette arme modeste d’un simple soldat et je vous prie de l’accepter.

Arme de simple soldat, en effet : un coupe-chou de sapeur du génie. L’officier français haussa les sourcils, son visage se durcit.

- L’arme est modeste, mais glorieuse, mon commandant, reprit le Kronprinz. J’y vois, comme dans l’épée la plus fière, le symbole de la valeur française.

Déjà Raynal se détendait. Étrange dialogue où le prince appelait l’autre « Mon commandant ». Le Kronprinz, au courant des moindres nuances des usages militaires, parlait comme un officier qui veut honorer exceptionnellement un camarade d’un grade inférieur au sien. Le commandant prit le coupe-choux :

- Ainsi présentée, j’accepte cette arme et remercie Votre Altesse de l’hommage qu’elle rend à la grandeur de mes humbles camarades.

Allons, la réponse n’était pas mal tournée. Un salut militaire, un demi-tour, tout était terminé. Il n’y avait plus que le long voyage vers la captivité. Mais non. Le commandant n’avait pas fait cent pas dehors, son coupe-choux à la main, que l’aide de camp revenait :

- Herr major, Son Altesse impériale vous prie de revenir.

Quoi encore ? Cette fois le Kronprinz tenait à deux mains une épée, un vrai sabre-épée d’officier français.

- J’ai trouvé, mon commandant. Je vous prie d’accepter cette arme plus digne de vous, en échange de celle que je vous avais offerte, à défaut d’autre.

Tandis que le Kronprinz regarde s’éloigner l’officier français avec qui il vient de se montrer si courtois — chevaleresque, voilà le mot, ah le beau mot français ! Et cette élégance ne fait-elle pas partie des plaisirs des princes, des plaisirs de la guerre telle que la font les princes ? — Oui, à peu près à cette heure, la brigade constituée par le général Nivelle, 2e Zouaves et Marocains s’élance vers le fort de Vaux dans la boue, sous la pluie battante. Sous le déluge tombé du ciel et sous la pluie d’obus de 210. »

Georges Blond

Extrait de : « Verdun. »

Ed. Le Livre de Poche.

Commentaires

Esteban80

"La Marne" et "Verdun" de Georges Blond sont excellents ! Seront-ils réédités à l'occasion du centenaire ?

Papon

Sans doute le Kronprinz se souvenait-il comment, un siècle auparavant, l'armée prussienne avait été bousculée puis aneantie par les soldats de Napoleon à Auerstedt et Iena...

BERT

Que c'est beau !
Merci.

burgmeister

Honneur à nos soldats, d'hier comme à ceux d'aujourd'hui.

Weil

Respectons nos soldats.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.