Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Vers l'unité de la gauche pour 2017 ?
Arrêtons de diaboliser les actionnaires

Les subventions délirantes de la région lorraine

Lu dans Minute :

"Les élus du Front national, emmenés par Thierry Gourlot, n’en ont pas cru leurs yeux quand ils ont découvert, début avril, la liste des subventions qu’il leur était proposé de voter au conseil régional de Lorraine présidé par le socialiste Jean-Pierre Masseret. Thierry Gourlot, président du groupe FN et membre du comité central du parti, a beau faire de la politique depuis quelques décennies, il a frôlé l’émerveillement ! Il fallait en effet du culot aux socialistes pour proposer l’adoption d’une subvention de 2 500 euros à une école d’arts martiaux – jusque-là, tout va bien – pour un projet intitulé : « J’apprends à me défendre (1re année) » dont le but, c’est écrit noir sur blanc sur le document en notre possession, est de « favoriser le développement de la pratique des sports de combat pour les mères de familles d’origine étrangère » ! Tel que ! Les mères de famille françaises sont sans doute priées d’aller adhérer à une autre association ou de se laisser violer sans rien dire ! On ne sait d’ailleurs pas si l’école d’arts martiaux en question forme les mères du lointain à se défendre des agressions en pleine rue ou dans un cadre familial. « La formation à l’autodéfense, lit-on, permettra aux femmes concernées de reprendre confiance, de se protéger et de se défendre en cas de besoin. » L’exposé des motifs ajoute ceci : « Une psychologue clinicienne sera sollicitée en début et en fin de formation pour travailler sur des points spécifiques en terme de santé mentale. » Si jamais elles ont des remords d’avoir mis leur mari KO ? Les élus FN ont bien sûr voté contre l’attribution de la subvention, ce qui n’a pas empêché son adoption, l’ensemble des autres conseillers régionaux, UMP inclus, ayant voté en sa faveur.

Le même schéma s’est d’ailleurs reproduit pour l’ensemble des autres subventions qui étaient proposées ce jour-là, dont celle (de 4 000 euros) en faveur du Printemps algérien de Villerupt – commune de Meurthe-et-Moselle et non du Constantinois –, une « manifestation intercommunale valorisant le patrimoine culturel, artistique et artisanal, ainsi que les us et coutumes de l’ensemble des ethnies formant l’Algérie » ! Quel rapport avec la Lorraine ? Mystère. On apprend encore que « cette manifestation est laïque » (ouf) et que « les manifestations seront portées par un thème mettant en exergue la femme algérienne ». Elles sont nombreuses, à Villerupt ?

Dans le même esprit, 10 000 euros (tout de même…) ont été accordés à un centre culturel turc basé à Metz pour rémunérer un « ombudsman ». Un quoi ? L’ombudsman, qui est un mot suédois, désigne une sorte de médiateur qui intervient pour régler les litiges entre le citoyen et l’Etat. Il semblerait qu’entre les Turcs et l’administration française, il y avait des différends à éclaircir, qui nécessitaient l’intervention d’une tierce personne. Le même centre culturel a encore bénéficié de 10 000 autres euros l’action « Pour l’émancipation des femmes par l’expression ». On n’est pas certains qu’il s’agisse du développement de l’expression de langue française. On n’en finirait pas d’énumérer les versements de subventions qui n’ont strictement aucun rapport avec la région Lorraine, ni avec… les Lorrains. On s’en voudrait tout de même de ne pas mentionner les 4 000 euros versés à l’Association meusienne pour l’accueil des travailleurs migrants (Amatrami) pour une opération de « soundpainting ». Le soundpainting, explique l’Amatrami, est « le langage gestuel permettant la composition spontanée et pluridisciplinaire de création artistique collective » (s’ils le disent…)."