Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le laïcisme « républicain » a nourri la terreur révolutionnaire
Campagne d'affichage pour arrêter la pratique d'enlèvement quelques heures après la naissance

Le pape François admire le courage des parents d’un enfant gravement malade qui refusent l’avortement

Lu sur I-Media :

"Comme il l’avait fait deux ans plus tôt, le pape a accueilli pendant près d'une heure dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican, une vingtaine d’enfants gravement malades, la plupart âgés de 7 à 14 ans, mais aussi de très jeunes enfants. Avec leurs parents, a expliqué le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, ils participent à des pèlerinages à Lorette (Italie) et Lourdes (France) organisés par l’association italienne UNITALSI. 

Au cours de cette rencontre, a rapporté le père Federico Lombardi, “le pape a exprimé son admiration pour le courage des parents qui refusent l'avortement, qui est une fausse solution au problème de la souffrance“. Le pape François, a poursuivi le ‘porte-parole’ du Vatican, a salué “l’héroïsme“ des parents “qui portent avec courage la souffrance des enfants et la préoccupation pour le sort de leurs enfants s’ils demeurent seuls dans la vie en leur survivant“. 

Le pape réagissait notamment aux propos du père du jeune Andrea Maria, gravement malade, qui avait témoigné des grossesses difficiles de son épouse et de l’accueil de leur fils “malgré sa grave infirmité, en refusant le conseil qu’ils avaient reçu d’avorter“, a encore rapporté le père Lombardi. La jeune Mascia, également handicapée, avait quant à elle rappelé la même rencontre avec le pape, intervenue deux ans plus tôt, évoquant “tous ceux qui étaient déjà présents et certains enfants désormais au ciel“. Le pontife a pris le temps de rencontrer chacun des enfants et a prié avec l’ensemble du groupe. 

Les atteintes à la vie humaine sont bien souvent au cœur des interventions du pape François. Il n’a ainsi de cesse de fustiger avec force “la culture du rejet“ dont sont victimes des enfants comme des personnes âgées, ou encore “la culture de la mort“. En novembre 2014, devant plusieurs milliers de médecins catholiques italiens, il avait soutenu que les atteintes à la vie étaient “un péché contre Dieu créateur“. Il avait particulièrement dénoncé la “pensée dominante“ qui propose une “fausse compassion“ pour justifier des pratiques comme l’avortement, l’euthanasie, la PMA ou encore la recherche sur les embryons."