Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Previous month:
avril 2015
Next month:
juin 2015

Nigel Farage reste à la tête de l'Ukip

Lu ici :

Nigel_Farage_of_UKIP"Le comité exécutif de l'Ukip, parti que Farage a cofondé en 1993, n'entendait cependant pas se passer aussi longtemps de son charismatique leader : il a refusé d'entériner la démission de Farage, qui reste donc de fait à la tête du parti.

"Comme promis, Nigel Farage a remis officiellement sa démission en tant  que leader de l'Ukip au parti. Elle a été refusée à l'unanimité par les  membres du comité (...) Sur ces bases, Nigel Farage a retiré sa  démission et reste président de l'Ukip"

Nigel Farage va désormais concentrer ses efforts pour que le référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne promis par le premier ministre David Cameron pour 2017 soit organisé plus tôt, « avant Noël 2015 », réclame-t-il.


Jean-Marie Le Pen va créer une formation qui ne sera pas concurrente du FN

Jean-Marie Le Pen était ce soir l'invité de Henri de Lesquen sur Radio Courtoisie. Voici quelques uns des ses propos relayés en partie sur son compte twitter :

"Marine Le Pen est devenue la prisonnière de gens qui se sont rendus indispensables. Pour Florian Philippot, Marine Le Pen n'est plus que quelqu'un dont on se sert. Je ne veux pas que le Front national devienne l'aile droite d'une majorité pour que Florian Philippot devienne ministre. Je suis attristé de cette situation. Je pense que Marine Le Pen a de grandes valeurs, de grandes qualités.

Je ne vais pas créer un autre parti. Je vais créer une formation qui ne sera pas concurrente du FN. Un parachute contre le désastre qui recueillera ceux qui sont indignés par la ligne actuelle du FN dans le but de peser pour rétablir la ligne politique qui est celle qui a été suivie depuis des décennies. Je suis un poisson combattant, par conséquent, je me battrai tant que j'en ai la force.

Il faut voter FN, il faut essayer de corriger les erreurs qui ont été commises dans notre propre camp. Il faut que Marion Maréchal Le Pen se présente. Je pense que Marine Le Pen devrait le faire également dans le Nord.

Si Marine Le Pen retrouve les chemins de la liberté de penser, tout est encore possible. Je voterai pour Marine Le Pen en 2017 si sa ligne est celle du FN officiel."   

Selon le Figaro :

"Cette «formation» envisagée par le président d'honneur du Front national devrait porter le nom d'Association des amis de Jean-Marie Le Pen. La structure, qui ne serait pas envisagée sous la forme d'un parti politique, ne sera aucunement liée au FN ni au Rassemblement Bleu Marine. Aucun accord ou alliance ne serait envisagé en ce sens au sein du parti frontiste. Le projet de Jean-Marie Le Pen n'a pas étonné le député européen Bruno Gollnisch, qui a confirmé lundi soir au Figaro, avoir déjà échangé avec lui sur le sujet. Lui aussi confirme que le projet n'est pas envisagé dans l'esprit d'un parti politique concurrent. «Je l'ai même entendu l'exclure explicitement», précise Bruno Gollnisch en confirmant, par ailleurs, le souhait de Jean-Marie Le Pen de rassembler des sensibilités proches dans un courant de pensée fidèle à ses idées."


Vous ne pouvez pas marcher ? Vous pouvez aider le pèlerinage

AQuel que soit votre profil, vous pouvez certainement aider le prochain pèlerinage de Pentecôte dans l'un ou l'autre des nombreux services de la direction des soutiens :

  • circulation - Service d'ordre : sécurité sur la colonne, circulation, transports des pèlerins fatigués, encadrements des enfants (par des jeunes filles)
  • Equipes logistiques mobiles : service de l'eau, propreté, transport des sacs, toilettes, etc.
  • Equipes logistiques fixes sur les bivouacs : accueil bivouac, montage des tentes, fontainiers, électricité, sono, restauration cuisines, service du pain
  • Equipes logistiques transport de matériels : besoin urgent de permis super poids lourd, de permis CACES,
  • Autres : chorale, liturgie, montage des lieux de Messe, service médical

SN'hésitez pas à proposer votre aide pour l'un de ces services !

Pour écrire au responsable: cliquez ici


Les 26 millions de russes morts sont-ils un détail ?

C'est la question que pose le MNR dans ce communiqué :

"Les cérémonies commémorant les 70 ans de la victoire sur l'Allemagne nazie se sont tenues à Moscou en présence de Vladimir Poutine et de plusieurs chefs d’État, dont le président chinois, Xi Jinping, l’Indien Pranab Mukherjee, l’Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi, le Vénézuélien Nicolas Maduro, le Sud-Africain Jacob Zuma ou bien encore le Cubain Raul Castro. Ainsi, aucun chef d'État occidental n'était présent, Moscou étant accusé de soutenir en Ukraine les insurgés du Donbass.

Il faut rappeler que V. Poutine avait assisté aux cérémonies commémorant le débarquement allié en Normandie. En l'occurrence, il s'est montré beaucoup plus beau joueur qu'eux, rendant hommage aux peuples de « Grande-Bretagne, de France et des Etats-Unis pour leur contribution à la victoire. » Quoi qu'on doive  penser des conséquences de la guerre en Europe de l'Est, rien ne justifie d'oublier la contribution soviétique à la victoire sur le nazisme. Les occidentaux voudraient-ils faire renaître la « guerre froide » ? Comme l'a déclaré l'écrivain Vladimir Fédorovski , « Les Russes sont terriblement offensés par cette absence des Occidentaux.» Mais peut-être que les 26 millions de victimes russes de la deuxième guerre mondiale sont un « détail » !!!? (...)"


Profanations sataniques à La Réunion

Après la Vierge au Parasol profanée le 28 avril dernier, cinq autre lieux ont été la cible de profanations sataniques sur l'île de La Réunion depuis le week-end dernier :

20583b79d2f6085732cd3b8630d3351b"Un cinquième site a été visé par des inscriptions sataniques. Tout a été marqué sur les murs du cimetière de l’Est à Saint-Denis. Un "Satana" dans l’enceinte et des "333", "666" et autres pentacles sur l’extérieur. Un trident a aussi été dessiné sur une dalle à l’intérieur.

Depuis ce week-end, quatre lieux ont été ciblés par des tags sataniques. Le temple tamoul de Bois Rouge à Saint-André, celui de Bel Air à Sainte-Suzanne mais aussi l’oratoire de la Vierge de Notre Dame de Lourdes à Sainte-Anne.

Sur ces trois sites religieux, des tags "333", "666" et "Satan" ont été découverts. Dans l’enceinte des temples, les restes de ce qui semble être des rites de sorcellerie ont été retrouvés."

Faudra-t-il attendre qu'une mosquée ou une synagogue soit profanée à son tour pour que Manuel Valls réagisse ? 


Avortement : il sera possible de recevoir l'absolution lors du Jubilé de la miséricorde

... et donc également l'indulgence plénière si l'on en remplit les conditions. Ô miracle, la dépêche de l'AFP qui nous l'annonce, reprise ça et dans les media, parle d'avortement et non d'IVG et précise que la décision du pape n'altère en rien la position de l'Eglise. En voici un extrait :

"Les femmes ayant avorté et les personnes qui les ont aidées à avorter pourront être pardonnées à l'occasion du prochain Jubilé de la miséricorde. Cette décision, prise par le pape François, n'altère en rien la condamnation sans appel par l'Église de cette pratique. Selon le droit canon de l'Église catholique, l'avortement est une faute particulièrement grave punie d'excommunication automatique, à moins qu'il n'ait eu lieu sous la contrainte. Mais le pape argentin, qui qualifie cet acte d'« horreur », a montré à plusieurs reprises qu'il était sensible au sort individuel des millions de femmes - parmi lesquelles de nombreuses catholiques -qui interrompent leur grossesse chaque année.

Alors que le Jubilé extraordinaire, prévu de décembre 2015 à novembre 2016, est une occasion pour les catholiques d'obtenir le pardon de leurs péchés, l'archevêque italien Rino Fisichella, coordinateur du Jubilé, a révélé ces derniers jours à l'agence italienne Ansa que l'avortement ferait partie des péchés pouvant être absous. Pour cette Année sainte, des milliers de prêtres seront missionnés pour apporter la miséricorde aux personnes vivant dans les endroits les plus reculés de la planète et leur donner le sacrement de la « réconciliation », à l'occasion de la pénitence exprimée lors de la confession. « Parmi les possibilités de pardon accordées aux missionnaires de la miséricorde, il y aura aussi l'avortement », a déclaré Mgr Fisichella.

Les évêques peuvent déjà autoriser certains prêtres de leur diocèse - voir tous - à pardonner cette faute à des moments particuliers des temps liturgiques comme l'Avent (avant Noël) ou le Carême (avant Pâques) ou lors d'événements spéciaux, par exemple dans le diocèse de Turin à l'occasion de l'ostension du Saint Suaire, a rappelé le cardinal. Ce pardon pourra être accordé aux femmes ayant avorté, mais aussi aux médecins ou à toute personne qui les aura aidées à avorter. À condition, évidemment, d'exprimer un « vrai repentir ».

Pour éviter toute mauvaise interprétation de cette décision du Pape, Mgr Velasio De Paolis, un cardinal conservateur, a tenu à rappeler que « l'avortement reste un péché et que le pape n'a pas décidé de ne plus le considérer comme tel ». « Il est normal, à l'occasion d'un jubilé, qui plus est un jubilé sur la miséricorde, que l'Église (...) lève tous les obstacles pouvant empêcher l'absolution d'un péché très grave comme l'avortement », a-t-il expliqué au journal La Nazione. Dans le cadre de ce jubilé, le pontife argentin entend multiplier les initiatives concrètes pour toucher le plus grand nombre de catholiques. Ainsi, plutôt que d'obliger chacun à venir à Rome pour franchir les « portes saintes » des quatre grandes basiliques en vue d'obtenir le pardon de ses péchés, il a demandé que les fidèles puissent, plus simplement, franchir une « porte sainte » dans leur cathédrale."


La France veut (aussi) imposer des quotas de migrants

On apprend que la volonté du président de la Commission européenne d'imposer des quotas obligatoires de migrants à chaque pays de l'Union européenne est non seulement soutenue par le gouvernement français mais que ce dernier en revendique en être à l'origine :

"La France soutient la politique de redistribution des réfugiés entre les pays de l'Union européenne, que proposera mercredi l'exécutif européen, a déclaré lundi le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

"Cette proposition (...) s'inspire d'une partie des propositions faites par la France", a-t-il dit sur RTL. "Il est normal qu'il y ait une répartition du nombre des demandeurs d'asile entre les différents pays de l'Union européenne", a-t-il ajouté."

L'Union européenne tourne donc définitivement le dos aux conseils que le premier ministre de l'Aaustralie, Tony Abbott, avait prodigué à l'Union européenne en avril dernier :

"Des centaines, peut-être des milliers de personnes se sont noyées en essayant d'atteindre l'Europe depuis l'Afrique. Le seul moyen d'empêcher ces tragédies est de mettre fin (à l'arrivée) des bateaux. Il est urgent que les Européens adoptent une politique très ferme qui puisse mettre fin au trafic d'être humains en Méditerranée"

On peut donc se demander pourquoi la Bulgarie envisage d'étendre de plus de 130 kms ce mur de barbelés qui la sépare de la Turquie :

Image2


Condamnée à de la prison ferme, Sylvie Andrieux (ex-PS) est toujours députée

Lu sur le blog de L'Obs :

"L'analyse du scrutin du vote sur le projet de loi Renseignement, votée en majorité par les députés le 5 mai, est riche de renseignements (...) C'est à ce moment que je réalise que Sylvie Andrieux (ex-PS) condamnée en appel en septembre 2014 à quatre ans de prison dont un ferme est toujours députée (...)

Pour rappel, Sylvie Andrieux a été condamnée pour détournement de fonds publics (...) Sylvie Andrieux a beau clamer qu'elle aurait agi "en son âme et conscience", il n'en reste pas moins qu'elle a été condamnée pour avoir déversé des "charrettes de billets" auprès d'associations fictives dans un but électoraliste (...) Si on résume, Sylvie Andrieux a été condamnée une première fois à 5 ans d'inéligibilité en 2013 pour des faits datant des années 2000 et elle a vu sa peine alourdie en appel en septembre 2014 d'une année de prison supplémentaire (...)

Si le fait de se pouvoir en cassation "suspend" l'exécution de la décision du tribunal permettant à Sylvie Andrieux de siéger encore à l'assemblée, le fait d'y voir une députée pourtant lourdement condamnée pour avoir usé de l'argent public à son seul profit est tout bonnement scandaleux (...)

Une classe politique trop préoccupée d'elle-même et qui n'a de démocrate que le nom, un changement promis à chaque élection et qu'on ne voit jamais venir. Une classe politique qui semble se protéger, s'émancipant des règles qu'elle produit pour les autres.

L'exemple de cette élue, pourtant condamnée en 2013, puis en 2014 et toujours présente parmi ses pairs n'est qu'une illustration de plus de cette déconnexion entre la vie ordinaire et la vie politique (...) A l'heure des promesses de transparence, d'exemplarité, de République irréprochable sans cesse répétées, la présence (très très discrète) de Sylvie Andrieux à l'assemblée devient insupportable (...)

Comment peut-on justifier aujourd'hui, alors que le fossé entre politiques et peuple n'en finit plus de se creuser, qu'une élue qui a volé l'argent de ses concitoyens et électeurs puisse deux ans après avoir été condamnée être encore payé(e) par ces mêmes contribuables (6755€ par mois hors indemnités selon sa déclaration) qu'elle a spoliés ?"


Il s'est rendu à la foire-expo de la GPA à Bruxelles

Xavier Lombard témoigne dans FigaroVox, qui précise la fourchette de prix du bébé en vente au salon de la GPA à Bruxelles le 3 mai dernier : entre 60 000 € et 150 000 €

"(...) Le médecin en profite pour donner son avis sur la nécessité de privilégier les situations altruistes. Il paraît sympathique, jusqu'à ce qu'il précise que «son agence peut tout sélectionner moyennant supplément de prix, notamment le sexe, la couleur de peau, les tests génétiques, la sélection des embryons», nous sommes en plein eugénisme commercial assumé.

Dans la salle se trouve aussi, Stéphanie Raeymaekers, elle a fondé l'association DonorKinderen, pour défendre le droit fondamental d'accès à ces origines. La GPA dans la plupart des cas ne permet pas un accès sérieux à ces origines, en particulier pour certaines GPA commerciales ou internationales. Stéphanie interpelle en privé plusieurs organisateurs. «Je constate qu'aucune place n'est accordée à l'enfant. Aucun enfant né par gestation pour autrui n'est venu témoigner aujourd'hui. Ça en dit long!». La journaliste du Soir Ann Charlotte Bersip, la cite «J'ai été achetée. Et aujourd'hui, mon association est parfois mal vue. Je suis un produit qui parle, et donc qui dérange. Nous sommes dans un pays où il est plus facile de tracer l'origine de la viande au rayon charcuterie, que celle du parent biologique d'un être humain!»

Il faut avoir fait l'expérience de cette foire-expo de la vente d'enfant, pour comprendre la fiction que représente la pratique des mères porteuses éthiques. Légaliser le marché de la GPA avec un cadre strict est une fiction. (...)"


Cette histoire ne se déroule pas à Ploërmel

Mais en Chine :

"Un nouveau projet de loi présenté par les autorités dans la province du Zhejiang, où la campagne antichrétiens bat son plein depuis deux ans, prévoit ainsi d'interdire de placer des croix au sommet des édifices religieux catholiques et protestants."

Province où le gouvernement local a fait abattre plus de 400 croix et démoli, totalement ou partiellement, six églises depuis 2014.


Béziers : le tribunal déboute une association "antiraciste" [add]

Saisi en référé par la Coordination contre le racisme et l'islamophobie (CRI), le tribunal administratif de Montpellier a débouté l'association, qui réclamait que la commune de Béziers cesse "tout acte de collecte, d'enregistrement, d'organisation, de consultation et d'utilisation de traitement des informations sur la religion des élèves scolarisés." Pour le tribunal, "l'existence de ces fiches n'étant pas démontrée, il ne pouvait pas demander à la commune de cesser d'élaborer de tels fichiers". La mairie de Béziers relève que le jugement confirme en outre "que l'accès aux listes des élèves par le maire est légal."

Le parquet, toujours à la recherche du fichier qui n'existe pas, poursuit son enquête.

Add : La lettre de Robert Ménard aux députés

 


Angleterre : David Cameron doit-il sa victoire aux catholiques ?

La semaine dernière, lors des élections en Grande-Bretagne, le poids des catholiques a sans doute été déterminant. En effet, David Cameron a très largement gagné, suite à la déroute de Labour en Écosse, où le parti indépendantiste a raflé 56 des 59 sièges.

Or, l’Écosse compte 16 % de Catholiques (soit 1 Écossais sur 6). Et les catholiques écossais sont très majoritairement indépendantistes, beaucoup plus que toutes les autres catégories de la population. L'information n'a pas encore franchi la Manche... mais c'était un vrai sujet en Écosse lors du référendum sur l'indépendance.


La liberté d'expression, ça n'existe pas et surtout pas pour vous !

Récit d'un membre du collectif "Hollande dégage" habitant l’île de Saint-Barthélemy lors de la visite du président de la république le 8 mai :

10154959_398638643654662_7034716092596630583_n"J’ai mis mon drap sur mon mur pile sur la route principale. Du coup, les gendarmes de St Barth, qui connaissent mon appart, m’ont cherché partout pour que je l’enlève.... Quand ils m'ont vu à la mairie ils sont venus à 6 pour me dire de rentrer chez moi le retirer. J'ai refusé et ils sont repartis voir des gros bras en civil (protection rapprochée Elysée). Donc, 4 RG m'entourent et me collent au mur. L’un me prend les banderoles et arrache le tee-shirt et les 3 autres me fouillent. Un autre arrête mon pote qui prends des photos. Je leur ai dit: "liberté d’expression, art 432-4cp vous pouvez être poursuivi je veux vos matricules". Le chef du groupe m'a dit "on nous répète tout le temps liberté d'expression, mais ça et 432-4cp n'existent pas aujourd'hui et surtout pas pour vous".

 J'ai donc commencé à crier "police politique dictature socialiste, on m'agresse Français réveillez-vous”... Les RG m’ont dit : mais on pense comme vous monsieur... J’ai été obligé d'appeler un avocat qui était là en cinq minute. Ensuite, j'ai voulu allez voir le discours ils m'ont suivi partout à deux mètres de moi et moi je continuais à crier (...). J’avais caché sur moi des impressions avec ‘Hollande dégage’ Ils m'ont attrapé par le bras et rebelote. Soit 1h30 la première fois et 1h la seconde fois... Convocation lundi au commissariat.."


Christiane Taubira traite François Hollande d'imbécile

Lu ici :

"(...) Depuis la Martinique, étape précédente de sa vaste tournée dans la Caraïbe qui le mènera ensuite à Cuba et en Haïti, François Hollande a fustigé les « nouveaux négriers » de migrants en Méditerranée tout comme l’exploitation des enfants soldats, entre autres formes modernes d’esclavage. On sent bien dans les propos présidentiels la volonté de ne pas réduire cette inauguration à la seule culpabilisation du peuple français (...)

Christiane Taubira, qui accompagne le président dans tout son périple, a, quant à elle, critiqué la confusion entre « l’esclavage historique » et l’esclavage moderne faisant notamment valoir que le premier était « codifié, régulé » alors que le second n’est « pas un système autorisé ». Pour la Garde des sceaux, « on doit combattre l’esclavage aujourd’hui, mais la confusion est mauvaise conseillère et en plus elle est l’apanage des imbéciles ». Si l’on comprend bien, Christiane Taubira a donc traité François Hollande d’imbécile.

Aucune réaction officielle à cette heure. Les médias n’ont pas relayé avec force ces propos en relevant la polémique, ou alors en la minimisant (...) Mais quels services a-t-elle donc rendus à la République depuis ses positions en faveur de l’indépendance de la Guyane, pour bénéficier d’une telle mansuétude ?

Bref, on attend cette-fois-ci la réaction du président de la République au retour de son périple dans les Caraïbes. Logiquement elle devrait être sanctionnée à la hauteur de son insulte et poursuivie pour injure envers le président de la République, mais peut-être que notre président aura trop peur de se faire traiter alors de raciste."


Crash de l'A400M : M comme "maudit" ?

"M le maudit", c'est ainsi que l'A400M, premier avion de transport militaire stratégique de la gamme d'Airbus, a été surnommé. Avec le drame du crash du 23e appareil d'une série de 174 exemplaires, Le Point revient sur les difficultés de la naissance de l'A400M, conçu pour être tellement polyvalent qu'on se demande s'il ne devait pas aussi servir le café. Trop polyvalent, au risque de sa performance et de la sécurité ?

Airbus-crash-3186778-jpg_2845211_652x284

Cet avion, qui devait contenter tout le monde, finit par ne plus contenter personne, coûtant plus cher que prévu initialement, et livré avec quelque 4 années de retard, ce qui handicape les armées qui l'avaient commandé, dont l'armée française. Il faut peut-être en conclure que les "programmes" européens, censés fédérer les besoins afin d'y répondre collectivement et à moindre coût, finissent par coûter beaucoup plus cher aux Etats. Chère Union européenne...


L'agenda des veilleurs et des Sentinelles [màj]

A noter : Sentinelles tous les soirs à Poitiers à partir de 18h devant l'Hôtel de Ville, pour que le lobby LGBT ne soit pas seul à organiser sa "semaine de la visibilité"
 
Lundi 11 mai 2015
  • Bergerac - Place du palais de justice à 20h
  • Châlons-en-Champagne - Face au Palais de Justice, de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • La Roche sur Yon, Place Napoléon, de 21h à 22h
  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles
Mardi 12 mai 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cambrai - marches de l Hôtel de ville de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Compiègne - Place hôtel de ville de 20h30 à 21h30
  • Lille - Place de l'Opéra à 21h. Thème : l'économie est-elle toute puissante ?

Lille

  • Limoges - place d'Aine de 21h à 22h
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Montpellier - Place de la Préfecture de 20h30 à 22h
  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles
  • Reims - Place Royale de 20h30 à 21h
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Nantes - Monument des 50 otages de 20h30 à 21h30
  • Sélestat - Place Vanolles de 21h à 22h15
Mercredi 13 mai 2015
  • Bondy - place de la gare (rer E) de 19h à 20h
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles
  • Rambouillet - Sur le parvis de la gare à 20h30. Invité : François d'Orcival
Jeudi 14 mai 2015
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles
Vendredi 15 mai 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay- Place Cadelade de 18h30 à 19h30
  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles

Samedi 16 mai 2015

  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles

Dimanche 17 mai 2015

  • Poitiers - devant l'Hôtel de Ville à partir de 18h : Sentinelles

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter : [email protected]


Le sous-entendu anti-catholique proprement haineux du livre de Todd

Dans le JDD, Franck Margain, vice-président du parti chrétien-démocrate, répond aux propos d'Emmanuel Todd. Extraits :

"[...] Mais il y a un aspect fondamental et pour le coup très grave qui n'a pas suffisamment été relevé et dénoncé. C'est le sous-entendu anti-catholique proprement haineux de ce livre. Il assimile, de manière sous-jacente, le catholicisme au racisme, à la traîtrise, à l'antirépublicanisme, le mot catholique sous sa plume prend des allures d'insulte.

Il parle ainsi de la France "antidreyfusarde, catholique, vichyste" ; de l'esprit inégalitaire du traité de Maastricht qui "nous vient du catholicisme et de Vichy". Pourquoi ces rapprochements douteux? C'est le répugnant slogan "catho-facho" habillé d'un bas de soie. Il explique que l’influence du catholicisme sur les mentalités est à l'origine de "l’accès d’hystérie" du 11 janvier. Le catholicisme est donc assimilé à une cause de folie.

Il parle de la "France périphérique, historiquement antirépublicaine", là où l'on trouve les "catholiques zombies". Les catholiques antirépublicains? Ou héritiers d'un esprit antirépublicain ou qui habitent des régions historiquement antirépublicaine donc quelque part antirépublicains? Et il n'a trouvé que ce terme très dépréciatif de "catholiques zombies" pour désigner les gens dont la culture est influencée par le catholicisme, sans être eux-mêmes réellement catholiques.

C'est ainsi qu'il désigne François Hollande, dont les parents sont catholiques, comme "la parfaite incarnation du catholicisme zombie". Il explique par exemple que l'incapacité à décider de ce président vient des traces de catholicisme qui subsistent en lui. Emmanuel Todd confond dans cette page humilité et indécision, et montre là toute son ignorance du catholicisme. En tout cas, ce qu'il semble détester chez Hollande c'est la trace (hypothétique) de catholicisme qu'il détecte chez lui! Si même une légère influence le répugne...

Donc, si on suit bien sa sémantique et ce qu'on détecte comme un présupposé idéologique, on a l'impression que pour lui, le catholique est un fasciste, traître à son pays, antirépublicain, fou, voire un être maléfique mort-vivant. Les catholiques seraient-ils devenus la nouvelle "anti-France", Monsieur Todd?

Si on remplaçait le mot "catholique" par tout autre groupe religieux, ce livre aurait certainement connu un autre sort. Mais qu'importe. Ce pseudo-intellectuel médiocre dans tout ce qu'il fait, se décrédibilise tout seul. Et il peut, autant qu'il le souhaite, déplorer l'existence des racines chrétiennes de la France, ça ne changera rien. Si tous les évènements historiques de ces derniers siècles n'ont pas réussi à éliminer le catholicisme de notre pays, ce n'est pas lui qui y réussira."


L’avortement supprime la possibilité de vivre et d’aimer

Dans le cadre du débat sur la dépénalisation de l'avortement au Chili, Sonia Bastidas a témoigné de son propre avortement :

"L’avortement n’est pas une solution! Le gouvernement nous ment. Je leur dis que l’avortement n’est pas la solution, l’avortement est une porte de plus que la mort t’envoie et qui t’accompagne. L’avortement supprime la possibilité de vivre et d’aimer. L’avortement a éteint ma capacité d’aimer. Après (cet avortement), j’ai eu une fille et je n’ai pas pu l’aimer. Au bout de 32 ans, je commence juste à l’aimer. Le programme Esperanza m’a aidé à guérir les blessures laissées par l’avortement. J’ai été victime d’un avortement thérapeutique en Équateur où il était légal. Personne ne m’a accompagné. On a pris mon enfant de mon ventre, mais pas de mon cœur et de ma tête. Je le porte pour la vie (...)

Une vie pleine de douleur, de culpabilité, d’anxiété, d’angoisse, où la boulimie alimentaire, les paquets de cigarettes et l’alcool sont les seuls réconforts. Après un avortement, vous restez avec la douleur, un ventre vide et un cœur plein d’amour, de douleur, de tristesse et de culpabilité. Ce sentiment de culpabilité découle de votre propre conscience parce que pour une mère, la douleur de perdre un enfant est inépuisable, mais plus douloureuse encore est-elle quand la mère décide que son enfant ne naitra pas, qu’elle décide de tuer cet enfant."


Après la génération Le Pen, la génération Philippot ?

Alors que Florian Philippot possède depuis 2013 son site et ses comptes facebook et twitter intitulés sobrement Génération Philippot elle-même définie comme la "Communauté politique qui se reconnaît à travers les idées et les valeurs gaullistes, patriotes et républicaines portées par Florian Philippot", il n'est pas inutile de lire ces deux articles (ici et ici) de Challenges, consacrés au vice-président du FN, dont voici des extraits :

"(...) Jean-Marie Le Pen détrôné, Marine Le Pen n’en devient pas reine pour autant. Jour après jour, la vérité des luttes internes au sein du FN finit par émerger. Nous n’assistons par au vrai sacre de Marine, longtemps reporté pour cause d’omniprésence paternelle, mais à la prise du pouvoir par Florian Philippot (...) La liquidation politique de l’héritage de Jean-Marie Le Pen par Florian Philippot a été conçue de longue date (...) Le Congrès nécessaire à la destitution du titre de "président d’honneur" accordé à Jean-Marie Le Pen n’aura jamais lieu. C’est par vote internet ou par courrier que les militants seront appelés à se prononcer sur le sort du "Menhir". La méthode douce, en douce. Pas de réunion publique. Pas de salle surchauffée. Pas de débats passionnés. Pas de procès médiatisé. Pas de caméras indiscrètes. Pas de Petit journal persifleur. Pas de direct continu sur BFMTV. Pas de remous médiatique. Pas de bruit. Qui se souciera du destin de Jean-Marie Le Pen à la fin du mois de juillet ou au début du mois d’aout? Pas grand monde en vérité. D’ici là, l’opinion, et surtout les militants du FN auront acté que le règne de Jean-Marie Le Pen est terminé. En silence (...)

Aujourd’hui, l’évidence est patente. Le vrai patron du Front national, c’est Florian Philippot. Il en est l’inspirateur et l’organisateur. L’idéologue et l’apparatchik. Selon ses détracteurs internes, au siège du parti, il s’est constitué une petite cour de permanents qui surveillent en permanence les activités des uns et des autres, notamment sur les réseaux sociaux (...) Marine Le Pen n’est plus rien sans Philippot. Elle lui doit tout. Elle en est devenue tout à la fois l’otage et la création. Et le Front national avec. Elle ne peut plus défaire, en l’état, ce qu’a fait Philippot pour la délivrer de sa statue du Commandeur (...)

En vérité, l’héritière apparaît désormais comme dépossédée du Front National (...) Plus elle laisse Philippot éloigner le FN de ses fondements d’origine, abandonner le post-pétainisme paternel pour un néo-gaullisme réactionnaire, plus elle le laisse "délepéniser" le FN, plus elle prend le risque de se délégitimer aux yeux des militants. A terme, la question se posera : pourquoi garder une Le Pen à la tête d’un parti qui n’a plus rien de Le Pen ? (...)

Pour asservir l'appareil frontiste, Philippot a su jouer de la rivalité père et fille. Une leçon de manipulation politique appliquée à la psychanalyse. Du grand art. Entre Marine et Florian, le rapport de soumission n’est donc pas celui qui est apparent. Le maître est dépendant du serviteur. Situation de plus en plus problématique pour Marine Le Pen, qui ne paraît pas consciente du danger que cela représente, sur un temps long.

Question : combien de temps encore, avant que Florian Philippot, numéro 2 et maître effectif d’un FN "délepénisé" de fond en comble, ne finisse par décider qu’il est temps pour lui de devenir numéro 1? (...)

Quoi qu’il en soit, le patriarche s’en va et c’est lui, le nouveau venu, le grand gagnant de cette crise. « Jamais un second n’a eu autant d’influence », confirme Nicolas Lebourg, historien spécialiste de l’extrême droite et du FN (...) Une victoire pour ce jeune loup, surnommé Philippot Ier en interne, qui se rêve à Matignon (...)"

Cerise sur la gâteau et suite à un article sur la génération Chirac, voici ce que Florian Philippot pense de Jacques Chirac, position très éloignée du "Chirac, c'est Jospin en pire", du fondateur du Front National :

"On a beau faire, c'est impossible de détester Chirac. Et pourtant on a des raisons de lui en vouloir. Mais le détester, ça non (...)  J'ai le souvenir d'un Mitterrand presque impérial et d'un Chirac qui était, pour moi, le dernier doté d'une stature de chef d'État"


Viols d'enfants en Centrafrique: la mise au point d'un Général français

Le magazine Challenges publiait début mai une tribune du général Philippe Beny, présent à Bangui depuis un an, dans laquelle il pointe les difficultés - et incohérences - de l'enquête sur les viols qui pourraient avoir été commis par des militaires français sur des enfants en Centrafrique :

13956947

"J’ai un petit avantage sur ceux qui écrivent ou pérorent sans trop rien connaître de la réalité de cette affaire : je suis à Bangui depuis longtemps, je connais le contexte général, les lieux et nombre des acteurs en cause. Je suis en outre ce qu’on pourrait appeler un "vieux soldat" qui en a pas mal vu, notamment en Afrique, et je pense être capable de poser un regard un peu plus discursif que d’autres sur tout cela.[...]

Des faits

Le camp de Mpoko, proche de l’aéroport, est situé à un endroit où par la géographie des lieux plusieurs forces internationales ont pu avoir contact avec les occupants : avec beaucoup de soldats africains ce sont la MISCA (force interafricaine) puis la MINUSCA (force ONU) ; avec beaucoup de soldats français et/ou européens ce sont SANGARIS (force française) et EUFOR (force européenne).

Il faut alors très précisément s’intéresser aux dates des faits, parfois à 24 heures près, car ces forces avaient ou pas mandat d’être là en protection, parfois proches les unes des autres, parfois au fil des relèves, parfois sur un mode différent entre le jour et la nuit, parfois en renforcement temporaire l’une l’autre, etc… tout cela au profit d’une sécurité toujours précaire à assurer avec des effectifs toujours contraints. Tout cela pour dire que savoir exactement qui était à tel endroit à telle période est bien difficile, surtout quand la période avancée ici et là court de décembre 2013 à juin 2014 selon les sources.

Le commandement SANGARIS et donc l’Etat-major des armées à Paris ont connaissance des allégations le 29 juillet 2014. Ils réagissent aussitôt, conformément aux lois et usages (enquête de la Gendarmerie Prévôtale, enquête de commandement, action de Justice). Mais considérons bien qu’à ce moment-là, les acteurs qui restent 4 mois en RCA ont déjà pu être relevés 2 fois sur la durée évoquée : pas facile de les trouver quand un flou total règne sur les dates de commission des faits.

En RCA, si l’on veut bien admettre qu’un mineur en grande difficulté dans un camp de déplacés est prêt à accepter un acte sexuel contre une boîte de ration, ce qui est sans doute très malheureusement vrai, on voudra aussi bien admettre que le même est prêt à dire ou témoigner de n’importe quoi contre une somme dérisoire remise par celui qui aurait besoin ou intérêt à la production d’un tel témoignage.

Des interrogations

Pourquoi une ONG ayant connaissance de ce type de comportement n’en réfère pas immédiatement au commandement de la force en cause ? [...] Etrange de préférer "faire des rapports et des entrevues d’enfants" plutôt que de communiquer cela le plus rapidement possible aux autorités locales (alors notoirement déficientes, hélas !) ou, plus sûrement, au commandement de l’une ou l’autre des forces en cause.

Pourquoi cette affaire de nature à fragiliser le rôle de la France en RCA sort-elle via un média anglo-saxon juste avant l’ouverture du "Forum de Bangui", une étape clé de la gestion de la crise en RCA ? [...]

Article à lire en intégralité sur le site de Challenges.


L'UE veut imposer des quotas de migrants

L'Union Européenne montre au quotidien sa volonté de ne respecter ni la volonté des peuples ni la souveraineté des nations qui la composent : 

"L'équipe Juncker veut mettre en place un «mécanisme de distribution» pour les seuls réfugiés qui «ont clairement besoin d'une protection internationale», d'après le document de travail consulté par Le Figaro. Pour chacun des pays de l'UE, la clé de répartition tiendrait compte du PIB, de la population, du taux de chômage et du nombre de demandeurs d'asile déjà volontairement pris en charge.

Ce serait un système temporaire, face à l'urgence, en application de l'article 78.3 du traité de Lisbonne. Mais l'ambition est affichée de pousser plus loin, dès la fin de l'année: un système «permanent», «automatique» et «obligatoire» de transfert à travers toute l'Europe des échoués de la Méditerranée et autres demandeurs méritant l'asile, selon les textes en préparation. Ces quotas, quel que soit leur nom, sont de la dynamite politique."


La Macédoine va-t-elle subir le sort de la Serbie ?

Lu dans Le Parisien :

"Un accrochage sanglant a eu lieu samedi entre la police macédonienne et des assaillants retranchés dans un quartier musulman. La Macédoine évoque une attaque terroriste pilotée depuis le Kosovo voisin. L'inquiétude est à son comble dans les Balkans.

Un bilan fait état de 22 tués, dont 8 policiers, Les quatorze autres victimes sont des assaillants présumés albanais. 30 policiers ont également été blessés.

Ces incidents éclatent après que le 21 avril un groupe armé d'Albanais venus du Kosovo a brièvement pris possession d'un petit commissariat de police à la frontière nord de la Macédoine, réclamant la création d'un État albanais sur le territoire de cette ex-république yougoslave

La Serbie, qui sait à quoi s'en tenir puisqu'elle a déjà été victime de cette revendication, laquelle fut soutenue par l'OTAN, a aussitôt annoncé qu'elle renforçait ses troupes à cette frontière. 


Le week-end a été calme

  • A Besançon samedi soir, les CRS ont essuyé des tirs de mortier (du type des feux d’artifices du 14 juillet)
  • A Marseille, la police a été caillassée par une cinquantaine d’individus
  • Des policiers circulant en voiture, à Villeneuve-la-Garenne (92), ont subi des jets de projectiles divers, vendredi soir. Ils avaient une trentaine d’individus face à eux.

52% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort

C'est l'information donnée par La Monde. Floris de Bonneville commente ce sondage sur Boulevard Voltaire :

"Il y apparaît que la peine de mort est souhaitée par 52 % d’entre nous ! Soit 15 points de plus que l’an dernier. Et cela, toutes sensibilités politiques et religieuses confondues. 

Mais quelles pourraient être les causes de ce basculement tout à fait inédit depuis des dizaines d’années, pour ne pas dire spectaculaire ? (...)

Seule Marine Le Pen (encore elle) détonne sur la question de l’application de la peine capitale. Elle promet d’organiser un référendum proposant aux Français de choisir entre la peine de mort et la perpétuité réelle. Une peine de prison à vie, comme aux États-Unis où nombre de condamnés ont accumulé des centaines d’années de prison. L’assassin ne sortira de sa cellule que les pieds devant.

On se demande d’ailleurs bien pourquoi la justice française a cette hypocrisie suprême de condamner un assassin à perpétuité pour le laisser sortir 22 ans après. Mais quel que puisse être le résultat d’un tel référendum, tant que la France est dépendante des instances européennes qui, il faut bien le dire, n’ont qu’une lointaine notion de la démocratie, elle ne pourra jamais être appliquée puisque la peine de mort est contraire au protocole du Conseil de l’Europe et à la charte des Nations unies sur les droits de l’homme.

Souhaitons, tout de même, que pour les actes terroristes et les assassins violeurs d’enfants, la France puisse, un jour et très vite, appliquer cette perpétuité réelle (...)"

4630330_6_7406_peine-de-mort_4bd3eba666a7bc19e1ebf9c45954cef5

Mais que chacun se rassure, l'ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, est encore là pour rappeler à quel point l'Union Européenne est démocratique :

"Le rétablissement de la peine de mort est tout simplement impossible pour un membre de l'UE. Le débat a été clos il y a longtemps. C'est une affaire réglée pour tous les membres"

Ce qui a été rapidement confirmé par le président en titre, Jean-Claude Juncker :

"L'abolition de la peine de mort est une condition et un préalable pour rejoindre l'UE et pour y demeurer"


Infantilisation des migrants

Contrairement à ce que raconte Amnesty International, les "migrants" ne fuient pas le chaos en Libye; ils transitent par la Libye en profitant du chaos :

"La "cruauté" et les violences auxquelles les migrants installés en Libye ou transitant par ce pays sont confrontés les poussent à tenter la dangereuse traversée de la Méditerranée au risque de leur vie, pour rejoindre l'Europe, affirme Amnesty International lundi."


Le maire UMP du 9e arrondissement encense les franc-maçons

Delphine Bürkli, maire UMP du 9e arrondissement de Paris, a inauguré un mur du souvenir au siège du Grand Orient de France avec le ministre des anciens combattants. Elle a diffusé sur Facebook son discours. Extrait :

"[...] En tant que Maire du 9e arrondissement de Paris, je mesure le privilège d’abriter le Grand Orient de France, première obédience en France, ici, au 16 rue Cadet. Dans ce quartier historique, un quartier de mémoire et de brassages de cultures, vous êtes une institution centrale, vous faites partie de notre patrimoine. Vous lui donnez vie et le rendez vivant au quotidien. [...]"


Rome : grand succès de la Vème Marche pour la Vie

CEpYeFoWMAUxrAALa Vème édition de la Marche pour la Vie à Rome s’est déroulée ce dimanche 10 mai, avec un extraordinaire succès et une grande affluence. Selon les sources officielles, reprises également par Adn Kronos et par la presse, dont le Corriere della Sera, il y eut plus de 40 000 participants, dont de très nombreux jeunes, familles, prêtres, religieux et religieuses. Parmi lesquels les cardinaux Burke, Amato, Grocholewski, Ouellet, Sepe.

Ils sont venus de toute l’Italie, en train, en voiture, ou par le car : plus de 60 cars ont convergé vers la capitale. Mais outre l’Italie, il faut noter aussi une forte présence internationale : de France, Roumanie, Irlande, Hollande, Allemagne, Suisse, Malte, Slovénie, Etats-Unis, Canada, Australie, et de bien d’autres pays.

CEpzemtWAAAurww.jpg-largeS’ils sont venus nombreux, c’est également pour l’intérêt que présente le Congrès pour la Vie qui chaque année précède la marche. Il s’est tenu la veille, samedi 9 mai, dans une salle de conférence proche du Vatican, réunissant les principales instances pro-life internationales avec des interventions très attendues telles que celles du Cardinal George Pell, Préfet du Secrétariat pour l’Economie, sur « les parents comme meilleurs éducateurs » et du rédacteur en chef de Lifesitenews.com, John-Henry Westen, à propos des problèmes-clés posés par le Synode sur la famille. Enfin, la journée s’est clôturée par l’adoration pour la vie, présidée par le cardinal Raymond Leo Burke.

De la France, étaient présents le docteur Dor et Jean-Marie Le Méné, directeur de la Fondation Jérôme Lejeune, mais aussi Jeanne Smits et Olivier Figueras, ou encore ce couple de français présent chaque année, fier de hisser le drapeau “Espoir et Salut de la France” !

CEpYdlQXIAEQ4JaEn ce dimanche, après l’Angelus du Pape, le cortège est parti de la via della Conciliazione, à quelques mètres de la basilique Saint-Pierre. Passant par le centre historique, au pied du Capitole, le parcours a pris fin à la Bocca della Verità, où tous les groupes pro-life étrangers sont montés sur le podium aux côtés du porte-parole de la Marche, Virginia Coda Nunziante, qui, dans son discours de clôture, a parlé des “symboles, bannières, banderoles, pancartes” de la Marche comme étant “le signe de vie d’un peuple qui ne rend pas, qui combat et qui obtiendra la victoire”, citant à l’appui sainte Jeanne d’Arc qui disait “qu’il nous est demandé seulement de combattre et que c’est Dieu qui donne la victoire”. Puis elle a précisé :

« Notre refus catégorique de tout compromis ne porte pas seulement sur l’avortement, mais sur toute  forme de violation de la loi morale parce que cette loi morale, la loi divine et naturelle, ne connaît pas d’exception. Elle est absolue, car inscrite dans la conscience de tout être humain. Nous savons bien combien et quelles sont les abérrations qui aujourd’hui nous menacent, à commencer par la folie du gender, qui dans un certain sens est plus grave que l’avortement, parce que l’avortement veut détruire la vie physique, tandis que le gender corrompt la vie spirituelle de nos enfants, détruisant leur innocence et les éduquant à la perversion”.

CEpYemkXIAAt9LQEnfin, la porte-parole de la Marche a conclu en ces termes :

« Nous nous adressons à toutes les mères d’Italie et du monde et nous leur disons : réagissez contre cette culture de mort, contre cette dictature du relativisme et du nihilisme. Levez la bannière de la vie spirituelle et morale. Et vous, pères de ces créatures innocentes, ne vous résignez pas, ne vous rendez pas complices de ce délit, combattez avec nous pour le supprimer de l’histoire ».

La Marche de l’an prochain a déjà été annoncée : elle aura lieu à Rome le deuxième dimanche de mai. 

CEpmxfKWgAAYdFR


Les Français lassés par les "valeurs républicaines"

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, pour deux tiers des Français (65%) les termes "républiuqe" et "valeurs républicaines" ne parlent plus vraiment car ils ont été trop utilisés et ont perdu de leur force et de leur signification. Jérôme Fourquet de l'Ifop apporte quelques explications :

"Il n’y a qu’un tiers des Français (...) qui se déclare encore sensibles à ces termes quand les politique les emploient, et qui possède une fibre républicaine très développée (...) Dans les deux grandes familles politiques aujourd’hui, il y a environ une personne sur deux qui est assez peu sensible à l’usage de ces termes par les politique, et inversement une autre moitié qui garde toujours la fibre républicaine bien chevillée au corps. C’est intéressant parce que l’UMP comme le PS emploient ces termes, or chacun dans leur camp ne touche que la moitié des sympathisants (...)

70% [d'insensibilité] au Front national : là on est sur un vrai écart. Au FN, cela peut s’expliquer par le fait que dans cet électorat, quand on entend parler de « République », c’est souvent pour dénigrer ou disqualifier le parti dont on se sent proche, avec par exemple le fameux « front républicain » qui est régulièrement mis en pratique contre le FN dans les élections, ou bien la non-invitation de Marine Le Pen à la « marche républicaine du 11 janvier » car elle est considérée comme hors du cercle républicain. On pourrait multiplier les exemples, notamment avec les déclarations de Valls, du déni de brevet de républicanisme accordé au Front. Cela peut expliquer pourquoi une large majorité d’électeurs frontistes, quand ils entendent ce terme, se montrent insensibles (...)

Commenatires de Vincent Tournier, maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble :

"Ce résultat s’explique d’abord par le manque de crédibilité de la parole politique. Les électeurs sont devenus très méfiants. Il faut donc s’attendre à ce qu’ils soient encore plus sceptiques lorsque les responsables politiques font appel aux grands principes.

Mais il faut aussi tenir compte du fait que, au fil du temps, le terme de République a perdu de sa substance. Que signifie-t-il aujourd’hui ? Qui est en mesure de dire aujourd’hui à quoi correspondent les valeurs républicaines ? Les notions sont assez floues. Cela tient notamment au fait qu’il n’y a plus de conflit sur la nature républicaine des institutions. La République est devenue une notion consensuelle : tout le monde ou presque est républicain, que ce soit à gauche ou à droite."


C’est arrivé un 11 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 11 mai 1573 : Henri, duc d'Anjou, est élu roi de Pologne sous le nom d'Henri Ier.

La noblesse polonaise, depuis la mort de Sigismond II sans descendance, recherche un souverain. Le duc d'Anjou est élu, sous le nom d'Henryk Walezy (Henri de Valois), lors de la Confédération de Varsovie. Le futur Henri III de France ne règne que jusqu'au 12 mai 1574, car le décès de son frère Charles IX entraîne son retour en France. Il est sacré à Reims le 13 février 1575. (cf. la chronique du jour)

  • le 11 mai 1689 : bataille de la baie de Bantry.

Première victoire franco-jacobite sur la flotte anglaise, elle a lieu lors de la tentative de contre-révolution menée par Louis XIV et Jacques II d'Angleterre dans le cadre de la guerre de la ligue d'Augsbourg. Les 24 navires français de l'amiral Châteaurenault battent 19 navires anglais. Cette victoire permet aux troupes franco-jacobites de débarquer en Irlande, où elles seront finalement battues par les Anglais.

La bataille de Bantry vue par un illustrateur de la fin du XIXème siècle.

  • le 11 mai 1708 : décès de Jules Hardouin-Mansart, architecte français.

Né le 16 avril 1646 à Paris, Jules Hardouin-Mansart, comte de Sagonne, est un architecte français qui dessine le château de Clagny pour Madame de Montespan. En 1681, il devient architecte du Roi Louis XIV, puis surintendant des bâtiments du Roi en 1699. Il effectue d'importants travaux, en particulier aux châteaux de Versailles, ou de Marly et sur la place Vendôme. Il meurt le 11 mai 1708 à Marly-le-Roi.

  • le 11 mai 1745 : victoire française à la bataille de Fontenoy.

Cette bataille a lieu au cours de la guerre de succession d'Autriche. Les Français, commandés par Maurice de Saxe, remportent une brillante victoire sur les Anglais et les Hollandais à Fontenoy en Belgique. Le Royaume de France est alors allié à la Prusse de Frédéric II et à la Bavière face à l'Angleterre, l'Empire d'Autriche et la Hollande.

La puissante artillerie royale française brise deux attaques ennemies, Les Français n'ont eu que peu de pertes en comparaison des Anglo-Hollando-Hanovriens. Démoralisés, les Hollandais se replient avant de tenter des attaques sans grand entrain. La bataille est longtemps indécise ; charges de cavalerie et tirs d'artillerie causent de nombreuses pertes des deux côtés. Cependant, l'infanterie française, résistant à de terribles assauts va à son tour attaquer les rangs ennemis et les enfoncer.

Voyant ses premiers rangs se faire littéralement écraser, le duc de Cumberland sonne la retraite. Il avait dit avant la bataille : «Je marcherai sur Paris ou je mangerai mes bottes».

En récompense, le Roi nomme Maurice de Saxe maréchal général et lui offre le château de Chambord. S'agenouillant au pied de son Souverain, le Maréchal de Saxe déclare :

«Sire, j'ai assez vécu, je ne souhaitais vivre que pour voir Votre Majesté victorieuse», avant d'ajouter : «Vous voyez à quoi tiennent les batailles… ».

Et Louis XV de répondre : «Tout vient de Dieu et de Maurice de Saxe»

Les résultats de cette victoire sont annulés par le traité de paix d'Aix-la-Chapelle, signé le 8 octobre 1748 : Louis XV voulant traiter "non en marchand mais en Roi", restituera ses conquêtes. Pourtant au commencement de cette guerre, Louis XV est allé à Cambrai recommander à Notre Dame de Grâce ses troupes au cours de l'hommage du Cœur d'Or que les souverains français font à Notre Dame de Boulogne. La réponse est éclatante.

A son fils, le Roi dit sur le champ de bataille :

« Voyez tout le sang que coûte un triomphe ! Le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes ; la vraie gloire est de l'épargner. »

Fontenoy, 1745, par Van Blaerenberghe,

  • le 11 mai 1798 : coup d'État du 22 floréal de l'an VI.

Les cinq Directeurs qui exercent le pouvoir exécutif, cassent les élections des Assemblées. C'est le deuxième coup d'État du Directoire, après celui du coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), dirigé contre les royalistes.

  • le 11 mai 1868: le régime de la presse est libéralisé.

C'est la fin de la censure et du tarif du timbre abaissé.

  • le 11 mai 1960 : lancement du Paquebot France à Saint-Nazaire.

Le paquebot est lancé et baptisé à Saint-Nazaire, au cours d'une cérémonie. Mme De Gaulle, marraine du navire, coupe le ruban qui retient la bouteille de champagne. À 16h15, le magnum de six litres se brise sur l'étrave. Le France se met en mouvement.

Il est pendant longtemps le plus grand paquebot du monde ; et est surnommé le « petit frère du « Normandie ».

Revendu d'abord à un homme d'affaires saoudien, en 1977, puis à un armateur norvégien en 1979, rebaptisé Norway, il assure des croisières en mer des Caraïbes. Revendu à un ferrailleur, il est rebaptisé Blue Lady en 2006 et son démantèlement prend fin en 2009 en Inde, sur le chantier d'Alang.

  • le 11 mai 1968 : Paris.

Le gouvernement est aux abois. Le premier ministre Pompidou se heurte à son ministre de l'éducation Peyrefitte qui exprime son désaccord à la réouverture de la Sorbonne et appuie la politique de fermeté de De Gaulle. A l'Elysée, ce dernier reçoit les ministres des armées, Messmer, de l'intérieur, Fouchet, de la justice, Joxe et le secrétaire général aux affaires africaines Foccart ( !) pour évoquer l'intervention de l'armée.


Quand un Africain rétablit la vérité sur la traite des esclaves

Entre les gesticulations "mémorielles" de la communiste Angela Davis aux commémorations anti-esclavage de la ville de Nantes, les exigences sonnantes et trébuchantes du CRAN auprès de la famille Seillière, dont la fortune, opportunément issue de la traite, pourrait permettre de juteuses compensations, entre François Hollande qui inaugurait aujourd'hui  le plus grand centre au monde d'expression et de mémoire sur la traite et l'esclavage à Pointe-à-Pitre, et les imprécations menaçantes de Christiane Taubira, qui ne perd pas une occasion de rappeler ses origines et de se poser en passionaria de la cause noire, les Français dits "de souche" n'ont plus qu'à se résigner : ils sont d'horribles esclavagistes, et doivent faire leur mea culpa.

Mais la réalité a la peau dure et mauvaise volonté, et fait voler en éclats les images d'Epinal de Madame Taubira et autres spécialistes de la culpabilisation. Outre-mer 1ère interrogeait, le 29 avril 2014, l’anthropologue et économiste sénégalais Tidiane N’Diaye, auteur de "Le génocide voilé" (éditions Gallimard, 2008). Un Africain, un Noir, donc. Il dit (extraits) :

 "Alors que la traite transatlantique a duré quatre siècles, c’est pendant treize siècles sans interruption que les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains et de la castration généralisée."[...]

Traite_arabe

"J’ai l’habitude de rappeler que mon travail ne cherche à communautariser ni l’histoire ni les mémoires. Ce qui serait la porte ouverte à une hiérarchisation victimaire, donc une approche dénuée de tout caractère scientifique.[...]Par conséquent [...] je n’ai pas oublié de rappeler d’abord, que les premières victimes de cette calamité furent les Slaves, que les Vénitiens et les Marseillais allaient razzier en Europe centrale et orientale, pour les vendre aux notables du monde arabo-musulman. Cela devait durer toute l’époque carolingienne au Xème siècle sous les monarques saxons Henri l’oiseleur et Otton Ier. Comme on sait, il fallut l’émergence d’États puissants en Europe de l’Ouest et l’arrêt de l’expansion arabe aux Pyrénées pour que cela cesse. Et c’est pour combler ce déficit en eunuques et esclaves blancs, que les Arabo-musulmans allaient massivement se tourner vers les peuples négro-africains.[...]

Quelles ont été les caractéristiques de la traite arabe par rapport à la traite transatlantique ?
Tidiane N’Diaye :
"Pour la traite transatlantique, en dépit de la monstruosité des traitements, des humiliations et autres calamités, un esclave avait une valeur vénale. Le maître le voulait productif et rentable à long terme. Le but n’était donc pas l’extermination d’un peuple malgré la querelle sémantique opposant certains chercheurs à ceux qui veulent qualifier ce crime contre l’humanité de génocide. Alors que pour ce qui est de la traite arabo-musulmane, plus que le crime des occidentaux, les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés, ont presque tous disparu du fait des traitements inhumains, de l’infanticide et de la castration généralisée, pour qu’ils ne fassent pas souche dans le monde arabo-musulman. Il faut dire qu’à partir du moment où l’Afrique noire devenait leur principale source d’approvisionnement en esclaves, dans l’inconscient collectif des Arabes, l’homme noir devenait aussi symbole ou synonyme de servitude. Et sa couleur de peau sera même associée à un déni d’islam. Alors que cette religion comme toutes les autres, a hérité du joug de l’esclavage. Et si l’islam tolérait, voire recommandait l’asservissement de non convertis, il n’a jamais clairement ciblé les peuples noirs comme particulièrement prédestinés à l’asservissement. Mais des érudits respectés et très écoutés dans le monde arabe, allaient interpréter les textes sacrés, pour justifier et perpétuer la traite et l’esclavage des Noirs. Ainsi bien avant que les chercheurs européens de l’anthropologie physique n’élaborent au 19ème siècle les théories raciales fantaisistes que l’on sait, dans le monde arabe on avait déjà figé dans le temps et de manière presque irréversible l’infériorité de l’homme noir. Ce qui explique sans doute que les traitements inhumains et la mutilation généralisée des captifs noirs étaient acceptés et passaient pour un moyen commode pour empêcher que ces « animaux » ne prolifèrent sur leurs lieux de déportation. Le résultat est que de nos jours, ils ont presque tous disparu en Turquie, au Yémen, en Irak et on en trouve très peu au Maghreb ou en Arabie Saoudite." [...]

On arrive ainsi à une évaluation proche des 17 millions de morts ou de déportés dont la plupart étaient des survivants castrés par les Arabes. Force est donc de reconnaître, que cette traite arabo-musulmane fut un véritable génocide de peuples noirs par razzias sanglantes, massacres et castration massive. A titre de comparaison, si de nos jours près de 70 millions de descendants ou de métis d’Africains peuplent le continent américain, des États-Unis au Brésil passant par les Iles de la Caraïbe, seule une infime minorité de Noirs a pu survivre en terres arabo-musulmanes." [...]

Aussi, force est de reconnaître que les misères, la pauvreté, la longue stagnation démographique et les retards de développement actuels du continent noir, ne sont pas le seul fait des conséquences du commerce triangulaire, comme bien des personnes se l’imaginent, loin de là. Rien n’est comparable à l’infamie qui a ravagé les populations africaines, avec l’arrivée des Arabes et la traite négrière à grande échelle qu’ils inaugurèrent. L’Afrique en subit encore les conséquences."[...]

Pourquoi la traite arabo-musulmane est-elle si peu connue et étudiée, sinon carrément occultée ?
Tidiane N’Diaye :
"En fait cette traite, qu’il est difficile de ne pas qualifier de génocide de peuples noirs par massacres, razzias sanglantes puis castration massive, chose curieuse, très nombreux sont ceux qui souhaiteraient le voir recouvert à jamais du voile de l’oubli, souvent au nom d’une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C’est comme un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux, qui aboutit à ce déni. L’entente tacite est bien réelle. Parce que dans cette sorte de « syndrome de Stockholm à l’africaine », Arabo-musulmans et Africains convertis s’arrangent sur le dos de l’Occident. Les descendants des victimes sont devenus des obligés, amis et solidaires des descendants des bourreaux, sur qui ils décident de ne rien dire. Ce silence ou la sous-estimation du mal arabe permet de mieux braquer les projecteurs, uniquement sur la traite transatlantique. Ceci comme un ciment devant réaliser la fusion des Arabes et des populations négro-africaines, longtemps « victimes solidaires » du colonialisme occidental."

"Alors, que des lettrés et autres intellectuels arabo-musulmans, tentent de faire disparaître jusqu’au simple souvenir de cette infamie, comme si elle n’avait jamais existé, peut encore se comprendre. Ces derniers ne se décident toujours pas à regarder leur histoire en face et à en débattre avec leurs compatriotes. Ce qui explique que ce pan de l’histoire de l’humanité, reste encore profondément enfoui dans la mémoire coupable de ces peuples qui en sont responsables. En revanche, il est difficile de comprendre l’attitude de nombreux chercheurs - et même d’Africains américains qui se convertissent de plus en plus à l’Islam - qui n’est pas toujours très saine et fortement animée par une sorte d’autocensure. Comme si évoquer le passé négrier des Arabo-musulmans revenait à essayer de minimiser la traite transatlantique. C’est ainsi qu’un voile de silence a longtemps recouvert cette sombre page de notre histoire commune, parce qu’on y observe une étrange amnésie même de la part des élites noires. Elles ont du mal à passer d’une vision mémorielle affective de ce génocide, pour des raisons de solidarité religieuse, à tout simplement une approche distanciée et scientifique de l’histoire qui elle, ne traite que de faits avérés, comme c’est le cas pour la traite transatlantique."[...]

Il ne reste plus à Monsieur N'Diaye qu'à rappeler que les Africains ont été eux-mêmes les acteurs de leur déportation vers l'esclavage, certaines tribus n'hésitant pas à vendre leurs voisins aux prédateurs arabo-musulmans. La vérité finit toujours par triompher.


Roubaix : la famille qui a dénoncé les voyous a subi des représailles

La famille qui est allée camper, la semaine dernière, dans le hall de la mairie de Roubaix, pour essayer de trouver du soutien, a subi des représailles. Dans la nuit de samedi à dimanche, la voiture que le père s'était fait prêter a été la proie d'un début d'incendie.

La police leur a conseillé de fuir. L’adjointe au maire chargée du logement leur a proposé de financer un hébergement d'urgence en hôtel, en attendant une solution à long terme.