Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Délit d'opinion : Aymeric Chauprade ne se rendra pas à la convocation de la police judiciaire
Homélie du Père Abbé de Fontgombault pour la Fête-Dieu

Faut-il cesser d'alimenter les 1700 anonymes qui sont dans l'état de Vincent Lambert ?

Les signataires de cette tribune parue dans le FigaroVox placent la Cour européenne des droits de l'homme devant ses responsabilités, alors que celle-ci doit se prononcer vendredi sur la vie ou la mort de Vincent Lambert :

"[...] La question qui se pose, dans l'hypothèse où la CEDH confirmerait l'arrêt du conseil d'État, est donc de savoir à quel degré de rigueur la décision sera appliquée. Si l'hôpital cesse les soins d'alimentation et d'hydratation, sera-t-il fait interdiction à toute autre personne, et en particulier à ses parents, de prodiguer de tels soins?

Les proches peuvent mettre en place à domicile de tels soins de base, ou par la sonde actuellement employée, ou même par l'ingestion en très petites quantités d'une nourriture aisée à déglutir. C'est ce que propose de faire la mère de Vincent, en attendant son placement dans une des unités spécialisées dans l'accueil de ces malades, telle celle du docteur Jeanblanc, dans lesquelles on parle à ces patients, on les assoie, on les masse, et bien sûr on les nourrit. (...)

Si Vincent ne souffre pas, pourquoi ne pas accéder à la requête de ses parents qui veulent s'occuper de lui, comme d'autres parents s'occupent des 1700 personnes vivant aujourd'hui en France dans le même état de conscience minimale? Ces gens-là sont-ils tous des fanatiques ou des intégristes ? Ou tout simplement des parents aimants qui assument un handicap irréversible ?

À défaut, et si la vie en état de conscience minimale est jugée comme ne devant pas se poursuivre, alors il faut cesser d'alimenter les 1700 anonymes qui sont dans le même état que Vincent Lambert.

C'est l'heure du choix et c'est l'heure de la cohérence.

Anne-Marie Morgand, mère de Philippe en état de conscience minimale.

Charles Beigbeder, entrepreneur et homme politique.

Dominique Lapierre, écrivain.

Erick Germain, Doyen honoraire de la faculté de droit de Lorraine.

Jean-Marie Andrès, président des Associations Familiales Catholiques.

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune.

Josette Bury, présidente AFTC Lorraine (Association de Familles de Traumatisés Crâniens).

Julie Graziani, porte-parole d'Ensemble Pour le Bien Commun.

Thibaud Collin, philosophe.

Tugdual Derville, délégué général d'Alliance Vita.

Xavier Ducrocq, neurologue en CHU (Nancy)."