Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



C’est arrivé un 27 aout…
Le FN tente de recruter François de Rugy (ex-EELV)

La communion sur la langue, une pratique qui s'impose

Le Père Paul Cocard, né en 1953, est religieux de la Communauté de Saint-Jean. Docteur en histoire, titulaire depuis 2001 d'une licence de l'Institut Pontifical d'Etudes Arabes et Islamiques (PISAI), il a travaillé deux ans de 2003 à 2005 à Rome au Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux. Il vient de publier un petit ouvrage préfacé par l'abbé Barthe, intitulé La communion sur la langue, une pratique qui s´impose. Il y écrit :

I-Moyenne-20197-la-communion-sur-la-langue-une-pratique-qui-s-impose.net"Le prêtre est "l'intendant des mystères divins" et, comme intendant, il est de sa charge, de veiller sur eux et sur leur réception la plus respectueuse possible. Il est aussi "l'ami de l'Epoux", qu'est le Christ. Il doit, de ce fait, avoir le souci que l'Epoux de l'Eglise soit traité comme tel et reçu dans les meilleures conditions. Enfin et surtout, le prêtre est appelé à vivre des épousailles mystiques avec le Christ. Il doit lui être lié, non seulement dans son âme, mais aussi dans tout son être, y compris dans sa chair et sa sensibilité. C'est là la grande justification du célibat sacerdotal. C'est pourquoi il a reçu, des Apôtres et de leurs successeurs, la charge, mais aussi le droit de "toucher les saintes Espèces [et de] les distribuer de ses mains".

Aussi a-t-il le droit d'imposer un mode de Communion qui lui assure que son Maître, l'Ami et l'Epoux de son âme, sera traité comme tel, que des parcelles de son Corps ne tomberont pas à terre et ne seront pas profanées volontairement ou involontairement ! Au moment de la Communion, il est chargé de remettre le Corps de celui qui est toute sa vie, toute son espérance et tout son amour, aux fidèles qui se trouvent dans une certaine grâce ! Le Corps de son Seigneur et de son divin Maître lui est précieux !"