Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



12 962 : et combien de plus ?
Père Denis Sonet, RIP

Un coma de 11 ans

Lu ici :

"Le 12 décembre 2004, Jesus Aparicio est victime d'un terrible accident de la route qui va le plonger dans le coma durant onze années. Le 27 août 2015, l'Espagnol se réveille enfin auprès de sa maman alors présente à son chevet."

Le reste de l'article ne dit rien d'intéressant. Le journaliste ne s'est visiblement pas demandé comment cet espagnol a pu se réveiller après avoir végété durant 11 années.

Commentaires

C.B.

Et la conclusion n'est pas qui si on peut se réveiller après un coma de 11 ans, on peut peut-être aussi sortir d'un état pauci-relationnel qui ne dure que depuis moins de dix ans? Logique, pourtant, non?

Sylvie


C'est tout à fait le cas de Vincent Lambert. La même histoire ! Que le CHU de Reims en prenne de la graine et n'interrompt pas la vie de Vincent.
Vincent doit vivre et aller dans un centre spécialisé où il sera suivi médicalement et retrouvera ses forces tout doucement.

Barberouge

Le pire c'est que même si Vincent Lambert retrouvait tout à coup la pleine santé, les tenants de la culture de mort, ceux qui s'acharnent à vouloir mettre à mort M Lambert ou d'autre (les autres) personnes dans la même situation de handicap ne remettront pas en cause leurs conclusions et leur condamnation à mort.
D'où mes questions :
D'où peut venir une telle cécité ?
Sachant que la pensée droite a déserté le champ public, et que donc convaincre semble impossible, que nous reste t il pour ramener nos contemporains à la raison ?

PK

Entendu ce midi sur France-(dés)Info : un sommet de l'art de désinformer... (info de midi)

Le journaliste : les soins de Vincent Lambert le maintiennent en vie (alors qu'il est autonome)

L'ancien boucher - pardon médecin de Vincent Lambert - a parlé du coût de Vincent Lambert bien plus important que le coût du nouveau porte-parole de l'hôpital (90 k€). Bien sûr, il ne voulait pas en parler parce que c'est indécent... Mais il n'en a pas parlé tout en en parlant... du grand art.

Je vous passe le reste...

Si j'étais malade à Reims, je saurai où ne pas aller pour ne pas me faire soigner...

volvo

Le CHU de Reims n'a rien à envier aux lazarets jouxtant les camps aux HLPSDNH.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.