Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Censure du JT de France 3 avec le "représentant" des musulmans de Corse
On a trouvé un résistant !

300 000 convertis en Iran ?

Le père Humblot, prêtre du Prado depuis 1961, a été obligé de quitter précipitamment l’Iran après 45 ans passés dans ce pays. Il témoigne :

"Suivant les conseils impératifs de mon évêque, j’ai dû me réfugier précipitamment à Paris avec deux valises remplies de traductions en persan – dont la Bible – à achever. Après mon départ, La police islamique a débarqué dans notre centre de catéchèse, a saisi tous les livres, ordinateurs et documents qu’on avait laissés là ». « Tout fut détruit dont notre chapelle mais, Dieu merci, les collaborateurs ont pu se disperser et demeurent cachés ou exilés. »

Le père Humblot estime le nombre de convertis à 300 000, selon une fourchette basse, et le Régime islamique semble bien conscient de l’importance de cette vague de conversions puisqu’il sévit de plus en plus contre ce mouvement. En Iran, ces convertis vivent dans la clandestinité : ils bravent la loi musulmane qui interdit de changer de religion, subissent souvent la violence de leurs familles et sont mal reçus dans les églises historiques, comme les communautés orientales ou latines. Malgré cette persécution, les convertis affluent. Ils se retrouvent le plus souvent dans de nombreuses et fort discrètes « églises de maison » animées par des évangélique et recherchées par la police politico-religieuse.

En Iran, le père Humblot n’a jamais cessé d’être sollicité. 

« On m’accusait de faire du prosélytisme. Mais je n’en ai jamais fait, tout simplement parce que ce n’est pas mon travail et je n’en aurais pas eu le temps ! »

Il accueillait ceux qui venaient le trouver et suivait les catéchumènes pendant trois ans avant le baptême, se méfiant des conversions trop rapides. Au bout d’un certain temps, se sachant sous surveillance, il a dû multiplier les lieux de rendez-vous, recevant ses catéchumènes dans sa voiture ou dans des parcs publics.