Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



C'est plus grave de donner une fessée que de priver un enfant de son père
En un an, 600 projets de plus pour l’AED

Nouvelle menace sur le lundi de Pentecôte

Extrait du débat parlementaire, vendredi soir, sur le projet de loi sur l'égalité à propos du lundi de Pentecôte :

M. Guillaume Larrivé. Mes chers collègues, la France a-t-elle des racines chrétiennes ? Pour nous, députés du groupe Les Républicains, la réponse est oui. La France a-t-elle des racines chrétiennes vivantes pour aujourd’hui et pour demain ? Selon nous, députés du groupe Les Républicains, la réponse est oui. Dès lors, nous sommes très hostiles à l’article 61, introduit par amendement pour, nous dit-on, créer une « portabilité » du lundi de Pentecôte. Nous y voyons en réalité une brèche juridique dans le calendrier de la France d’aujourd’hui, qui porte la trace vivante de son héritage chrétien.

Monsieur le rapporteur général, à la lecture de votre rapport, je dois dire qu’on est assez effrayé par l’idéologie qui le sous-tend. Vous écrivez : « Le code du travail établit la liste des fêtes légales applicables sur le territoire national. Certaines sont directement liées à la religion chrétienne : lundi de Pâques, Ascension, lundi de Pentecôte, Assomption et Toussaint – la sécularisation de la fête de Noël pouvant être appréciée. Il est compréhensible que l’État édicte les jours fériés au cours desquels la nation se rassemble autour d’événements fondateurs comme la Fête nationale ou la commémoration des armistices. Cependant, […] on peut trouver curieux que des citoyens ne partageant pas la religion chrétienne soient amenés à ne pas travailler lors des fêtes correspondantes », etc. Nous pensons, en effet, que la France n’a pas à s’excuser d’avoir Noël, la Toussaint, la Pentecôte, Pâques comme jours fériés.

Ne vous en déplaise, nous pensons que c’est un héritage, un héritage ancien, vivant, qui vaut aussi pour l’avenir. Nous comprenons mal – ou plutôt nous comprenons trop bien – ce qui sous-tend cet article 61. [...]

Mme Ericka Bareigts, secrétaire d’État. Nous examinons un projet de loi relatif à l’égalité et à la citoyenneté. En résonance avec ce que vient de dire M. Larrivé, l’idée est de pouvoir échanger, travailler, débattre sans être dans l’opposition constante entre les Français, sans opposer les uns aux autres en France.

Nous demandons cependant la suppression de cet article parce que, nous l’avons dit en commission, le projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actif-ve-s a précisément pour objectif de permettre à l’employeur de définir par voie d’accord, au niveau de son entreprise, les jours fériés chômés et donc de lui permettre de prendre en considération les demandes des salariés relatives au chômage des jours fériés, à l’exception du 1er mai, jour férié obligatoirement chômé. Il s’agit de nous mettre en cohérence pourquoi nous demandons la suppression de cet article, par volonté de cohérence avec cet autre projet de loi en cours d’examen.

Mme Isabelle Le Callennec. L’essentiel, mes chers collègues, est que cet article soit supprimé et que vous adoptiez l’amendement du Gouvernement ou – j’ai plus de doutes – le nôtre. En effet, comme vous l’avez très justement rappelé, madame la secrétaire d’État, la coutume fait le plus souvent du lundi de Pentecôte le jour férié utilisé pour accomplir la journée de solidarité.

Mme Annick Lepetit, présidente de la commission spéciale. Ce n’est plus un jour férié !

Mme Isabelle Le Callennec. L’article 61 obligerait donc à revoir de nombreux accords collectifs ainsi que les modalités d’organisation de la journée de solidarité définies à défaut par l’employeur, et, jusqu’à présent, il n’en a jamais été question dans le projet de loi travail. Nous estimons que cet article ouvrirait une brèche ouvrant la voie à une remise en cause d’un certain nombre de fêtes dans le calendrier. Il pourrait créer des conflits inutiles au sein des entreprises et mettre les chefs d’entreprise en difficulté s’ils refusaient cette portabilité à certains de leurs employés seulement. Il serait d’ailleurs aberrant de permettre à un salarié de travailler le lundi de Pentecôte alors que ce jour serait chômé pour tout le reste de l’entreprise. En outre, à nos yeux, cela revient aussi à ouvrir la possibilité de favoriser des dérives communautaristes dans le cadre de l’entreprise, ce que nous ne voulons à aucun prix. Voilà pourquoi nous avons déposé cet amendement de suppression.

M. le président. Quel est l’avis de la commission sur ces deux amendements de suppression ?

Mme Marie-Anne Chapdelaine, rapporteure thématique. L’idée de la portabilité du lundi de Pentecôte a été évoquée à plusieurs reprises : M. Patrick Weil en a parlé lors des travaux préparatoires de la commission, et elle avait également fait l’objet d’une proposition unanime de la commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la république, la commission Stasi. Elle s’appuie sur le principe de réalité et une appréciation de nos principes fondamentaux, notamment le respect de la liberté religieuse.

J’ajouterai que le lundi de Pentecôte n’est plus un jour férié depuis que M. Raffarin, alors Premier ministre, en a fait un jour travaillé. Ce n’est d’ailleurs pas une fête chrétienne, contrairement au dimanche qui le précède, puisqu’il est fêté par nos amis sénégalais, à 90 % musulmans, mais pas dans la très catholique Irlande. Je rappelle en outre que la Conférence des évêques de France ne s’était pas opposée à sa suppression.

Ce jour pourrait avantageusement être converti en jour mobile, que les travailleurs pourraient prendre quand bon leur semble, pour fêter un moment religieux ou encore pour des raisons civiles ou personnelles. Cette position est imposée par le principe de réalité. Soyons clairs : le jour de certaines fêtes religieuses, dans certaines entreprises ou collectivités, personne ne se rend au travail et il faut bien s’en débrouiller. Pourquoi ne pas déterminer un jour en accord avec la collectivité ou le chef d’entreprise ?"

Commentaires

Christiane

Si on veut réellement se battre contre les lois maçonniques qui, depuis la révolution poursuivent un seul et même but, celui de détruire la France, il faut se détacher du parti LR et le quitter. Depuis Giscard d'Estaing, les faux partis de droite et tous les partis de gauche ont poursuivi la même politique; il ne faut plus leur faire confiance, il faut virer tous leurs dirigeants et représentants comme, par exemple, Barouin, franc-maçon affiché. Il ne faut plus jamais voter pour un seul d'entre eux.

Gisèle

Je pense qu'en réalité, le but c'est de confisquer des jours de repos aux travailleurs . Bien sûre, comme à chaque nouvelle proposition, d'une pierre, ils font deux coups ! Comme les nouvelles dispositions concernant les écoles privées !
N'oubliez pas qu'ils obéissent à un maître appelé : le malin !

gh

La France est d'essence chrétienne depuis 1520 ans au moins (25 décembre 496 : baptême de Clovis). Je comprendrais très bien que ceux qui déplorent l'existence d'un calendrier faisant une bonne place aux fêtes chrétiennes aillent s'installer dans un pays compatible avec leur foi.
D'ailleurs, en pays à majorité musulmane, on ne se pose pas ces questions. Les jours fériés correspondent au calendrier religieux islamique et celui-ci s'impose à tous, musulmans comme minorités non-musulmanes. Les constitutions de ces pays font même référence à l’islam.

Michel

"Je rappelle en outre que la Conférence des évêques de France ne s’était pas opposée à sa suppression." : comme constamment depuis le Concile, nos évêques - hormis quelques rares exceptions - sont les pires fossoyeurs de nos traditions chrétiennes, eux qui n'ont même pas levé le petit doigt quand on a adopté la loi Veil autorisant l'assassinat des enfants dans le sein de leur mère et la loi de dénaturation du mariage...
Ne serait-ce pas eux que visait par avance le prophète Isaie : "Les gardiens d'Israël sont tous aveugles, ils ne savent rien ; ce sont tous des chiens muets, qui ne peuvent pas aboyer ; ils rêvent, ils se couchent, ils aiment à dormir." (Is 56,10).
Et Notre Seigneur ne les invectivait-Il pas ainsi : "Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui au dehors paraissent beaux, mais au dedans sont remplis d'ossements de morts et de toute immondice (...) Serpents, engeance de vipères, comment éviterez-vous d'être condamnés à la géhenne? " (Matt 23,27 & 23,33)

Antoine

Tout cela sans compter l'orthographe... Depuis quand existent les mots "actif-ve-s" et "rapporteure" ?

visiteur

La particularité des textes lus à la messe du lundi de pentecôte est de mettre fin à la mission du peuple juif : "Et les fidèles de la circoncision qui étaient venus avec Pierre furent frappés d’étonnement de ce que la grâce de l’Esprit-Saint se répandait aussi sur les Gentils. Car ils les entendaient parler diverses langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit : Est-ce qu’on peut refuser l’eau, et empêcher de baptiser ceux qui ont reçu l’Esprit-Saint comme nous ? Et il ordonna de les baptiser au nom du Seigneur Jésus-Christ"

Clovis

Ces sectaires minoritaires sont en train d'abuser ouvertement de leur "pouvoir" légal pour avancer le plus possible la destruction de notre pays. Comment pourra-t-on leur faire payer cela lorsqu'ils ne seront plus au pouvoir?

stephe

"Soyons clairs : le jour de certaines fêtes religieuses, dans certaines entreprises ou collectivités, personne ne se rend au travail"
C'était sans doute une fine allusion à l'absentéisme parlementaire.
Quand aux "entreprises et collectivités" ne pas se présenter à son travail est, ce me semble, un motif de licenciement, mais évidemment lorsque l'on a tout fait pour islamiser la RATP par exemple il est mal venu de se plaindre des dysfonctionnements qui en résulte. "nemo auditur turpitudinem allegens" cette vieille régle est plus d'actualités que jamais.

Semper Fidelis

Mais comme nous, les cathos, nous voyons disparaître nos fêtes sans murmurer, ne nous étonnons pas de voir dans une dizaine d'années les fêtes mahométanes devenir officielles et obligatoires...

Avec Ali Juppé l'imam de Bordeaux, cela ne saurait tarder !

ANNA

Pendant que les francs maçons font tout pour gommer les racines chrétiennes de la France Najat Belkacem s'inquiéte pour les étudiants musulmans qui seraient génés pour feter la fin du ramadan mais que fait elle de sa "chère laicité"

GJV

La solution ?
5 jours d'arrêt maladie pour chaque "lundi" de pentecôte volé par les républicains-maçons !!!
Je m'en suis fait une spécialité .......

Pedro

Si la CEF ne s'est pas opposée à sa suppression... comment voulez-vous qu'on nous accorde la moindre attention ?

SD-Vintage

Mgr Vingt-trois voulait plaire à Chirac.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.