Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



3 & 4 septembre : 46e journées chouannes
L'Académie musicale de Liesse recrute un professeur d'espagnol

La Manif pour Tous de retour dans la presse

Depuis son annonce d'une nouvelle manifestation nationale, à Paris le 16 octobre, les articles de presse se multiplient sur La Manif Pour Tous, preuve qu'elle ne laisse pas indifférente et qu'elle peut bousculer le jeu politicien.

16 octobre, juste avant le vote pour désigner le candidat des Républicains à l'élection présidentielle, voilà aussi qui va permettre de remettre la loi Taubira au coeur de l'enjeu électoral.

Challenges indique :

"Les dirigeants de la Manif pour tous espèrent ainsi contraindre les candidats à la primaire de la droite à se positionner clairement sur le mariage homosexuel. Un sujet sur lequel les cadres LR n’ont cessé de faire évoluer leur position. Nicolas Sarkozy, après s'être prononcé pour l'abrogation de la loi Taubira en novembre 2014, a expliqué dans son livre La France pour la vie qu’il ne reviendrait pas sur le mariage gay. Bruno Le Maire, qui demandait une réécriture de la partie filiation du texte, a déclaré qu’il ne toucherait plus à la loi. Quant à Alain Juppé, il a fait le chemin inverse, se déclarant dans un premier temps favorable à l’adoption des couples homosexuels, avant de concéder une « question compliquée » lors d’un déplacement récent au Maroc.

Nicolas Sarkozy discrédité

« C'est le plus grand flou », résume le vice-président de la Manif pour tous, Albéric Dumont. « Les avis divergent. Ils ne sont pas au clair avec eux-mêmes sur le sujet. » Hormis Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson, candidats naturels de la Manif pour tous car « à la pointe du combat parlementaire contre la loi Taubira », et François Fillon « qui a fait une proposition intéressante de réécriture de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe », les militants contre le mariage homosexuel auront bien du mal à faire leur choix parmi les impétrants. Seule certitude, « ce sera difficile de trouver des points communs avec Alain Juppé », pourtant grand favori de la compétition.

Quant à son plus sérieux concurrent, Nicolas Sarkozy, les cadres de la Manif pour tous lui accordent à peine plus de crédit. « Son cas est difficilement compréhensible, dit Albéric Dumont. On l’a rencontré à plusieurs reprises. Ils nous avait dit droit dans les yeux qu’il reviendrait sur le texte s’il était élu président de la République. Et un an plus tard il change d’avis. Depuis, on a essayé de le contacter… Il ne nous a jamais donné d’explications de vive voix sur son livre. La confiance est rompue. »"

1