Le Grand remplacement est un mythe complotiste
Jean-Frédéric Poisson bien présent sur Twitter

Syndrome post-avortement : les hommes aussi

1642214766_B979789871Z_1_20160923224641_000_GPP7LU94L_1-0_pngIl s'agit d'un terrible fait divers qui montre bien que l'avortement concerne tout autant les hommes que les femmes. Il ne s'agit pas du corps des femmes mais bien de la vie d'un être humain dont il est question :

"Après l'avortement de sa copine, Michaël menaçait de se donner la mort, trois mois plus tard, le jeune homme de 33 ans est passé à l'acte... (...)

Au mois de juin, c’est un cri du cœur que Michaël Abreu, 33 ans, avait lancé dans nos colonnes. Le jeune homme originaire de Mouscron voulait dénoncer sa situation. «  Ma copine m’a quitté et j’ai appris qu’elle avait avorté sans me prévenir. C’est une mauvaise loi, où le père n’a rien à dire. Je ne supporterai pas de savoir que mon enfant a été tué. Surtout qu’il s’agit d’un enfant que nous avons voulu ensemble. Je suis prêt à donner ma vie pour faire changer les choses . Pour moi, c’est clairement un meurtre !  », nous avait-il expliqué.

Pour la jeune fille, âgée de 21 ans, la décision était prise. «  Je suis dans les temps légaux, c’est mon droit. J’ai pris la décision car mon couple n’allait plus et je n’avais pas envie d’en discuter avec lui  », avait-elle rétorqué à l’époque (...)

Il voulait être papa

Complètement effondré, le jeune homme parlait du suicide comme étant sa seule alternative pour se faire entendre mais aussi pour dénoncer une situation qu’il estimait « injuste. »

Commentaires

Myriam

Soyons sérieux
Sauf à ce qye nous soyons sous la dictature
De la pensée unique, personne n'a le droit
D'interdire des sites indiquant des vertiés sur l'avortement.
Les lobbies sont orut rtre excessifs
Mais les principes de la Républiques
Prévalent sur une idéologie....

Les médecins seraient donc des idiots, les femmes qui souffrent
Des laissées pour compte?
Aide à personne en danger supprimée.

À l'abattoir pire que des bêtes?
Pour obeir à qui à quoi?

La dignité, le respect, l'égalité, la liberté?
À la poubelle?

stephe

"C'est mon droit" dit elle ! résultat deux morts ! Ce "droit" totalement exorbitant, totalitaire et inhumain n'a pas fini de tuer des innocents et pas seulement les enfants à naître, des pères et des mères tombent ensuite en dépression et s'il y a suicide on attribue rapidement la cause à toute autre chose.
On patauge dans la culture de mort et c'est peu de le dire.

andre

Triste fin pour un jeune homme désespéré, qu'il repose bien en paix.

RL

Honte à cette femme qui pour le coup ne pouvait pas plaider le désarroi après l'abandon du père de l'enfant

Arwen

J espère que la mort de ce jeune papa aura des conséquences positives, le bon Dieu en tirera surement un bien.
Mais en attendant, il serait bien que son histoire soit relayée car elle pourra faire réfléchir et aider certaines personnes.
Je prie pour que Michael Abreu aille rejoindre son enfant qui l attend au Ciel.

Harvey

« mon couple n’allait plus et je n’avais pas envie d’en discuter avec lui »
Peut-être considérait-elle cet homme comme un sex toy et recherchait-elle juste le grand frisson, alors que lui voulait vivre avec elle et leur enfant commun ?
Quelle est la responsabilité de ceux (média, politiciens, éducateurs,..) qui promeuvent l'amour plaisir exclusif ou un hédonisme matérialiste ? Quelle est la responsabilité de ceux qui promeuvent la sexualité insensée (= sans sens) hors engagement et hors mariage ? Quelle est la responsabilité de ceux qui systématiquement dissocient plaisir et engendrement ? Quelle est la responsabilité de toute la société qui place au dessus de la vie l'acquisition de biens matériels ?
Je crois qu'il ne faut pas mettre toute la responsabilité sur le dos de cette jeune femme pur produit de notre culture matérialiste‑consumériste‑hédoniste.
Quelle est NOTRE responsabilité à nous, dans la vie de tous les jours ?

Lucas

On l'a signalé ailleurs et dans plusieurs articles de ce blog, la contraception lorsqu'elle échoue, ce qui n'est pas rare, entraîne presque automatiquement, par l'idéologie (fausse) qui la fonde, un recours systématique à l'avortement.
L' « éducation sexuelle » doit d'abord être une éducation affective, et c'est bien par les parents, à travers leur comportement, qu'elle passera. Les discours moralisateurs ou scientifiques ou philosophiques sont de peu de poids dans la construction de la personnalité et du comportement.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.