Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'électorat catholique peut faire basculer l'élection à la primaire
Le pape François dénonce "une guerre mondiale pour détruire le mariage"

"La laïcité n'a pas vocation à promouvoir une religion républicaine"

Emmanuel Macron est interrogé dans Marianne sur la laïcité et il dit des choses pertinentes :

1017-couvok-200x270"La laïcité n'a pas vocation à promouvoir une religion républicaine. La République est ce lieu magique et unique qui permet à des gens de vivre dans l'intensité de leur religion. C'est pour ça que je dénonce les considérations qui demandent à des citoyens d'être «discrets», parce que les précédents historiques où l'on a demandé la discrétion en matière de religion ne sont pas à l'honneur de la République. Et qu'on demande à des gens d'être des musulmans modérés ! Demanderait-on à des catholiques d'être modérés ? Non ! On demande à des gens de faire ce qu'ils veulent avec la religion pour eux-mêmes et d'être dans un rapport de respect absolu avec les règles de la République. Comme disait Platon, il faut découper le poulet au bon endroit !

Jean-François Kahn : Dès lors que les musulmans acceptent que la loi républicaine passe avant la loi de Dieu, par définition, ils sont modérés. S'ils ne l'acceptent pas, ce sont des extrémistes.

Emmanuel Macron : Non, je ne suis pas d'accord. Dans le champ public, je ne leur demande qu'une seule chose : qu'ils respectent absolument les règles. Le rapport religieux renvoie à la transcendance et, dans ce rapport-là, je ne demande pas aux gens d'être modérés, ce n'est pas mon affaire. Dans sa conscience profonde, je pense qu'un catholique pratiquant peut considérer que les lois de la religion dépassent les lois de la République. Simplement, à chaque instant où il est dans le champ public, les lois de la République prévalent sur les lois religieuses. Ce n'est pas une question de modération, c'est un absolu. Le cœur de notre bataille est d'avoir des individus autonomes libres. Ils peuvent avoir besoin d'une transcendance. La République n'a pas à lutter contre la transcendance, elle a à lutter contre le non-respect de ses valeurs."

Commentaires

Clément

Il suffit que - la démographie aidant - les musulmans deviennent majoritaire ou avoisinent les 40% pour qu'ils obtiennent la majorité à la chambre et que par leurs votes ils édictent d'autres "règles de la république" pour que macron soit marron!

Chlodweg

Des choses pertinentes ? Lisez-bien :
"à chaque instant où il est dans le champ public, les lois de la République prévalent sur les lois religieuses. Ce n'est pas une question de modération, c'est un absolu."
Etes-vous vraiment d'accord ?
"On demande à des gens de faire ce qu'ils veulent avec la religion pour eux-mêmes et d'être dans un rapport de respect absolu avec les règles de la République."
De respect absolu ? Vraiment ?
Mais dans ce cas, vous devez accepter la loi Taubira !

Jean Ferrand

Apparemment du bon sens, mais fallacieux. Les valeurs de l'évangile sont absolument au-dessus des valeurs républicaines. Aucun compromis ne saurait être trouvé.

Saint-Plaix

"Il n’y a pas de civilisation qui ne soit religieuse. Inversement, une religion de masse n’est possible que soutenue par la civilisation. Or, il nous semble qu’aujourd’hui, trop de chrétiens acceptent la juxtaposition d’une religion personnelle et d’une société laïque.
Une telle conception est ruineuse tant pour la société que pour la religion."
(Jean Cardinal Daniélou, L’Oraison, problème politique.)
Macron, comme toute personnalité politique devrait méditer ce fait indiscurable!
Le seul qui ait compris vraiment l'ampleur du problème, c'est Peillon (ou du moins Peillon se fait l'écho de ces théoriciens): la laïcité conduisant à l'éradication de la religion laisse un vide incommensurable qui ne peut être comblé autrement que par une nouvelle acception spirituelle.
Le laïcisme républicain impliquant à terme la disparition de la religion, il lui faut sociologiquement un succédané: une "religion républicaine"!
Ce n'est pas nouveau: déjà à l'époque révolutionnaire on avait compris l'urgence du problème et on avait créé le culte de la "déesse Raison" - avec le succès que l'on sait!
La république ne peut s'affirmer chez nous en détruisant le christianisme qu'en le remplaçant...
Par conséquent, la laïcité ne peut "réussir" que si on y promeut une religion de remplacement qui soit à son image! Macron devrait le comprendre même et surtout si personnellement il est peu enclin au laïcisme maçonnique à la Peillon.
Le problème majeur d'aujourd'hui en France n'est ni l'offensive "laiciste" maçonnique ni la pénétration de l'islam, c'est d'abord et surtout celui de l'abandon du christianisme!
Et l'abandon voulu par Vatican II du rôle officiel politique de l'Eglise dans les états à forte emprunte catholique n'est pas fait pour arranger les choses!
Mais l'Islam lui n'a pas renonvé à ses valeurs.
On arrive donc à ce paradoxe qui n'était certainement pas prévu par les stratèges des loges: l'islam, introduit en France à la faveur de l'immigration, était prévu dans le cadre de "l'intégration" comme un levier permettant de lutter contre l'hégémonie catholique, pour mieux assoir le laïcisme républicain sur ses débris. Mais, contrairement à ce qui était prévu, le vide spirituel ainsi créé a été comblé par l'islam au lieu de "profiter à la laïcité"...
Autrement dit aujourd'hui, "promouvoir la laïcité" n'affaiblit plus le christianisme mais favorise seulement le développement de l'implantation de l'islam!
Nos brillants stratèges maçons devraient y songer: c'est leur politique qui a conduit à mettre leur vision laïciste en péril!

Frégate

Jean-François Kahn se prétend intellectuel. Pourtant il ne faut pas être très intelligent pour comprendre l'ineptie de sa position de la supériorité de la loi de la République sur le loi de Dieu. Pour un croyant, quel qu'il soit, cela ne se peu tout simplement pas. Macron l'a superbement mouché la dessus.

nemo

La parole fondatrice de la laïcité c'est celle du Christ :
"Rendez à César ce qui est à César ... et à Dieu ce qui est à Dieu !"

ce n'est pas le petit père Combe ...

Alpin


Comment certains se servent de la république pour mieux "tuer la France "

Objectif : TUER LA FRANCE

Décidemment voir la France mourir est le plus cher de leur malsain désir

http://cafebleu.over-blog.com/article-16883112.html

http://lesmoutonsenrages.fr/2016/09/04/objectif-tuer-la-france-comment-et-pourquoi/

Clovis

Je trouve ceci dans le commentaire de Saint Plaix:"Et l'abandon voulu par Vatican II du rôle officiel politique de l'Eglise dans les états à forte emprunte catholique n'est pas fait pour arranger les choses!" et je pose la question: qu'est-ce qui vous permet de dire cela? (Je ne parle pas de la faute d'orthographe, une empreinte n'est pas un emprunt). Je n'ai jamais lu rien de tel dans les documents Vatican II. Mais il y a eu là aussi une dérive "moderniste" comparable à la dérive liturgique. On en revient aujourd'hui peu à peu mais on a perdu beaucoup de terrain faute d'avoir eu le courage d'assumer notre catholicisme.

Sur le fond du sujet le problème n'existe que pcq le sectarisme s'est emparé de la laïcité. Or celle-ci est fondée sur la parole du Christ rappelée par Nemo ci-dessus. Donc, parodiant Péguy on pourra s'écrier: " La laïcité, notre chrétienté de France"

lève-toi

La France est CATHOLIQUE, l'islam doit être rejeté comme on lutte contre la Peste.
Allez voir dans les pays musulmans comment ils traitent les Chrétiens.
Ne laissons pas la France continuer à être souillée par cette horrible infection.

Tonio

Mais je croyais qu'il avait eu une inspiration à Orléans notre Macron ? Dieu premier servi disait Jehanne la pucelle et lui d'ajouter oui mais pas dans la rue et dans l'espace public. !!! Il dit tout et son contraire...C'est à la mode en ce moment...

Irishman

Je rejoins Nemo et Clovis : la laïcité, c'est bien la distinction entre César et Dieu, nulle part il n'est question de se retourner contre Dieu !

C'est pourtant ainsi que la gauche impose "sa" laïcité à notre cher vieux pays depuis plus de 200 ans maintenant... et la nature ayant horreur du vide, on en voit le résultat !

Arwen

Et dans le cas où les lois de la République contreviennent aux lois morales et à celles de l Église en particulier?
J'aurais aimé lire la réponse d Emmanuel Macron.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.