Clémentine Autain découvre les conséquences de la loi Taubira
20 raisons de manifester dimanche contre les déconstructeurs socialistes

“Les catholiques ne peuvent en bonne conscience soutenir des candidats qui approuvent l’avortement”

Aquila2L’archevêque de Denver, Colorado, Mgr Aquila, vient de publier une tribune dans la revue américaine hispanophone El Pueblo Católico sur le thème « Voter en tant que catholique en 2016 ». Il affirme que lors du vote du 8 novembre les catholiques doivent avoir pour premier critère la défense de la vie humaine et la liberté religieuse.

« Les électeurs catholiques doivent être conscients de ce que disent les partis politiques sur des thèmes essentiels. Le droit à la vie est le droit le plus important et le plus fondamental puisque la vie est indispensable pour l’exercice de n’importe quel autre droit ».

Le prélat raconte comment lors d’un dîner avec un groupe de catholiques « formés », parmi lesquels certains apportaient leur soutien à Clinton et d’autres à Trump, on lui avait demandé son opinion.

« En premier lieu, je leur ai fait part de mon désaccord avec les deux candidats. Puis je leur ai dit qu’ils devaient analyser les programmes des deux parties, en mettant l’accent sur les thèmes relatifs à la vie humaine (…). Ils savaient que “les catholiques ne peuvent en bonne conscience soutenir des candidats qui approuvent l’avortement” ».

Mgr Aquila ne s’est pas contenté de renvoyer les électeurs catholiques à leur conscience. Il a souligné l’importance particulière de l’intention du parti démocrate de faire révoquer l’amendement Hyde, qui interdit l’utilisation de l’argent fédéral au profit de l’avortement. Le parti de Hillary Clinton cherche également à désactiver l’amendement Helms qui interdit aux Etats-Unis de soutenir l’avortement à l’étranger.

De son côté, le parti républicain apporte son soutien à l’amendement Hyde et il a

« renforcé son engagement au service de la défense de la vie en demandant la suspension du financement pour le Planned Parenthood, en interdisant l’avortement par démembrement et en s’opposant au suicide assisté ».

A propos de la liberté de conscience et de la liberté religieuse, qui sont mises à mal par l’Obamacare qui « oblige à fournir des moyens contraceptifs, la stérilisation et certains moyens abortifs dans le cadre des plans de santé des employés », Mgr Aquila a souligné leur importance en rappelant que l’administration Obama a prétendu obliger les petites sœurs des pauvres à « violer leur conscience » sur ces chapitres.

« Il y a d’autres thèmes qui peuvent être légitimement débattus entre chrétiens, comme le fait de savoir quelle politique est la plus efficace pour venir en aide aux pauvres, mais quiconque suit le Christ doit s’opposer à tout moment à la mort directe infligée à un être humain innocent. Il n’y a pas d’exception légitime par rapport à cet enseignement ».