Délit d'entrave numérique à l'avortement : Ecrivez aux candidats
Marion Maréchal-Le Pen : "Fillon nous pose un problème stratégique"

La campagne LGBTiste n’est pas seulement immorale, elle est scientifiquement fausse

A l’heure où le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a lancé sa nouvelle campagne sur le thème « S’aimer, s’éclater, s’oublier », il est bon de relire cet excellent texte de 2003 du Cardinal Trujillo « Les valeurs familiales versus la sexualité sans risques » car cette campagne n’est pas seulement immorale, elle est scientifiquement fausse :

"Le virus du sida est 450 fois plus petit qu’un spermatozoïde."

Pour toutes sortes de raisons, le préservatif ne « fonctionne » qu’à 85%. Au bout de 20 rapports sexuels avec un « partenaire » malade, vous n’avez que 3,8% de chance d’être encore sain !

La stratégie différenciée entre la Thaïlande et les Philippines démontre l’échec des campagnes promouvant le préservatif :

"Dans ces deux pays, les premiers cas du VIH/sida ont été rapportés en 1984. En 1987, la Thaïlande avait 112 cas, pendant que les Philippines en avaient plus, avec 135 cas. En 2003, il y avait environ 750  000 cas en Thaïlande, où le 100% Condom Use Program a eu un grand succès. D’un autre côté, il y avait environ seulement 1935 cas aux Philippines - et ceci, en considérant que la population des Philippines est environ 30% supérieure à la celle de la Thaïlande ! Le taux relativement bas de l’utilisation du préservatif par les gens en général, et la ferme opposition de la part de l’Église et d’un nombre considérable de leaders du gouvernement contre le programme du préservatif et de la promiscuité sexuelle, sont des faits bien connus dans les Philippines."