Ces imams qui prêchent la guerre islamiste dans les mosquées françaises
Le lobby LGBT se mobilise pour Alain Juppé

Trump : une nouvelle ère politique

D'un lecteur :

Malgré les vibrations, les déformations et les émanations de gaz, une éruption volcanique reste difficile à prévoir,  parce que les mécanismes dynamiques des volcans, tout comme leur structure, sont en général mal connus.  Ce phénomène semble applicable à la politique, tant le monde politique et médiatique, avec ses experts et autres sondeurs, se montre totalement incapable de prévoir dans quelle direction  soufflera le vent de l’Histoire. Rares sont en effet les observateurs à avoir prévu la chute du mur de Berlin et plus rares encore sont-ils à avoir pronostiqué la victoire de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. La politique est certes une science, mais on oublie trop souvent qu’elle se décline aussi comme une sagesse et un art.

Les signes avant-coureurs étaient pourtant nombreux, depuis les années 90, tant les présidences américaines se sont révélées désastreuses pour le peuple américain : un Bush père belliqueux, un Clinton empêtré dans des scandales politiques et sexuels, un Bush fils dépassé par les crises internationales créées par son père, un Obama en représentation permanente. Résultat, la classe moyenne américaine fond comme neige au soleil (elle ne constitue plus que 51% de la population en 2016 contre 61% en 1971) et près de 90 millions d’américains sont dans la pauvreté ou au bord de la pauvreté. Dans le même temps, la dette publique américaine approche les 20 000 milliards de dollars (avec un accroissement de 1000 milliards de dollars par an sous la présidence Obama), alors que le déficit budgétaire des Etats-Unis connait un bond de 35 % de 2015 à 2016… et que l’immigration clandestine demeure incontrôlée (plus de 11 millions d’immigrés clandestins squattent le sol américain).

Sur le plan extérieur, la situation est tout aussi calamiteuse : les Etats-Unis, depuis 2001, ont dépensé 1600 milliards de dollars et perdu près de 7000 hommes, 58 000 étant par ailleurs blessés. L’ensemble du Proche et Moyen-Orient est durablement déstabilisé et le ressentiment né de l’aventurisme belliqueux des Etats-Unis et de ses alliés est la source d’un terrorisme durable. Quant aux relations avec la Russie, tout ce qui a été entrepris pour tenter de la déstabiliser, avec l’objectif d’isoler les Russes sur le plan international, a piteusement échoué… Poutine fait de la politique pendant qu’Obama posait pour les caméras.

Dans un pareil contexte, comment s’étonner de la rencontre entre le peuple américain, las des combines et mensonges de l’establishment, avec un Donald Trump patriote et passionné, développant de manière innée un incroyable instinct politique ? Un Trump préconisant la protection de l’emploi américain, tant par un protectionnisme adapté vis-à-vis de ses partenaires étrangers, que par la lutte contre la main d’œuvre clandestine et déloyale. Un Trump souhaitant renouer des relations diplomatiques apaisées avec la Russie et s’interrogeant sur le sens de l’engagement militaire américain aux quatre coins de la planète.

Si Donald Trump est devenu, au grand dam de l’idéologie dominante, le 45e président de l’histoire des Etats-Unis, c’est avant tout parce que l’homme se montre pragmatique et que son discours est cash. Des traits de caractère d’ailleurs partagé par une certain Vladimir Poutine… Et en France : qui ?

A quelques mois de l’élection présidentielle, le jeu des partis fait émerger trois personnalités : Alain Juppé, François Fillon et Marie Le Pen. Les deux premiers appartiennent aux droites orléanistes et bonapartistes et ont déjà gouverné ; Juppé a été Premier ministre entre 1995 et 1997, Fillon a également été Premier ministre entre 2007 et 2012, sous l’autorité du Président Sarkozy. Ce ne sont donc pas des hommes neufs et leurs expériences respectives ont montré les limites et les lourdes carences de chacun d’entre eux. Marine Le Pen s’inscrit dans la tradition de la droite légitimiste ou originelle, mais la pasteurisation des idées nationales qu’elle a souhaitée se trouve désormais en inadéquation avec l’évolution constante de l’opinion publique française, tournée vers les thématiques de droite et la place dès lors dans un positionnement bonapartiste. Les thèmes de la fiscalité outrancière, de la liberté d’entreprendre, de la défense de la famille, de l’arrêt de l’immigration, axes majeurs de toute politique dextrogyre, sont abandonnés au profit de la défense de la laïcité, de celle de la souveraineté (sans comprendre que sans identité, la souveraineté est vaine), du combat contre l’islamisation (simple conséquence de l’immigration de peuplement) ou de la sortie de l’euro (sur laquelle il reste à réaliser une minutieuse étude).  Marine Le Pen cultive des idées de moins en moins droitières et un langage de plus en plus aseptisé, répondant ainsi aux exigences du politiquement correct, qu’elle dénonce par ailleurs ; tout le contraire de Donald Trump…

En conséquence, et le constat  est malheureux au regard de l’évolution politique de grandes nations comme les Etats-Unis ou la Russie, la France ne se trouve pas aujourd’hui en mesure de voir l’émergence d’un homme ou d’une femme politique charismatique et déterminé, aux convictions solides et affirmées, qui lui permettrait de prendre toute sa place dans le monde de ce début de XXIe siècle. Mais Balzac constatait déjà, hélas, que la France est un pays qui adore changer de gouvernement à condition que ce soit toujours le même.