La bataille d'Alep, une vraie libération.
La mairie d'Hénin-Beaumont réinstalle sa crèche de Noël

La Turquie porte une responsabilité immense dans le chaos qui règne au Nord de la Syrie

Frédéric Pichon, spécialiste du Moyen-Orient, répond au Figarovox à propos de la bataille d'Alep :

Unknown-75"Pour le moment, l'assaut des forces loyalistes est parvenu à couper en deux la zone rebelle d'Alep, grâce essentiellement aux troupes d'élite de l'armée syrienne. Symboliquement c'est très important pour Damas, car cela atténue l'implication des alliés étrangers dans la bataille d'Alep, exception faite des Russes dont l'aviation a été décisive. Il reste plus au sud une zone étendue dans laquelle sont encore piégés des milliers de civils et les éléments armés qui contrôlent cet espace. Est ce la fin? L'offensive loyaliste à eu un impact majeur sur le moral des combattants. De plus en raison de l'encerclement complet des poches restantes et de la fin du soutien turc en armes et combattants, il est probable que le sort de la bataille d'Alep soit scellé, comme je l'avais annoncé il y a un mois. Les Russes se tiennent d'ailleurs en embuscade et sont en train de négocier des trêves avec les chefs rebelles. Selon un scenario déjà éprouvé à Homs, ils vont probablement leur proposer une sortie honorable en direction d'Idleb.

De nombreux civils d'Alep Est se sont réfugiés dans la zone de la ville contrôlée par le régime de Bachar al-Assad. Que dire de la situation humanitaire dans l'ancienne capitale économique de la Syrie?

Oui, très pudiquement, alors même que l'OSDH le mentionnait, les médias occidentaux se sont bien gardés de mentionner que l'immense majorité des civils qui ont fui (sans doute déjà plus de 50000) l'ont fait vers les zones loyalistes de l'Ouest d'Alep ou vers le quartier kurde de Sheikh Maqsoud. Pour les milliers de civils encore bloqués à l'Est, les conditions sont en train de se dégrader, si bien qu'on peut penser qu'il y aura des flux massifs dans les jours qui viennent. De ce point de vue, la stratégie des rebelles qui ont tout fait pour empêcher la fuite des civils semble être un échec. Et c'est bien évidemment le calcul du gouvernement syrien qui fait tout pour leur rendre la vie impossible. C'est le scenario prévisible que va connaître Mossoul dans les semaines à venir. La guerre urbaine est la pire des guerres, l' «ultime champ de bataille» pour reprendre le titre d'un ouvrage récent. [...]

La Turquie porte une responsabilité immense dans le chaos qui règne au Nord de la Syrie. Elle a aidé et encouragé les pires éléments islamistes depuis son territoire à seule fin d'empêcher la constitution d'une zone kurde à ses portes. L'objectif de renverser le «tyran Assad» apparaît de moins en moins sérieux avec le recul quand on constate les dérives mégalomaniaques du Président Erdogan. A présent, elle semble avoir reçu un message clair de Moscou et agit dans un cadre apparemment négocié par Poutine. On ne sait toujours pas quels sont les objectifs de la Turquie: constituer une zone tampon pour empêcher la constitution d'un Rojava (Kurdistan syrien autonome, ndlr.) auquels aspirent les Kurdes de Syrie? Eradiquer l'Etat Islamique (c'est plus douteux)? Dernièrement Erdogan a affirmé avoir comme objectif de renverser Assad. Ce n'est pas sérieux tant que les Russes seront là... [...]"