Le Saint-Siège souligne l’augmentation des actes antichrétiens en Europe
Syrie: un media européen pris en flagrant délit d'information véridique !

Non à l'introduction de « l'identité de genre » dans le droit français

Le régime socialiste tente de faire passer toutes ses folies avant de partir. Après l'adoption par l'Assemblée nationale du projet de loi « Egalité et citoyenneté », La Manif Pour Tous dénonce la volonté du gouvernement d'introduire discrètement la notion ambiguë d'« identité de genre » dans la législation française. Le mouvement appelle tous les sénateurs à voter contre cette disposition.

Que ce soit dans le code pénal, le code de procédure pénale, le code du travail ou même le code du sport, le concept extrêmement flou d'"identité de genre" pourrait faire son apparition. Pire, la loi de 1881 qui régit le droit de la presse serait elle aussi concernée par cet ajout véritablement incompréhensible. Derrière cette révolution sémantique se cache une revendication de l'Inter-LGBT, groupuscule ultra-minoritaire mais à l'influence disproportionnée. Lors de sa « marche des fiertés » en juillet dernier, l'une des revendications était d'

 « inclure l'identité de genre parmi les motifs de discriminations reconnues par la loi (en remplacement du terme identité sexuelle, plus flou) ». 

Comme si le terme d'identité sexuelle était « plus floue » que l'identité de genre ! Pour rappel, Facebook propose 71 identités de genre à ses utilisateurs. À cela s'ajoutait la volonté de « lutter contre toutes les discriminations dans toutes les institutions de formation et éduquer au respect de la diversité des sexualités et des identités de genre de la maternelle à l'université. »

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, dénonce :

« Ces revendications idéologues et extrémistes seront sources de confusions et impliqueront, notamment par leur ambiguïté inhérente, de très nombreuses conséquences dommageables au respect de notre humanité homme-femme et de la filiation ». « L'"identité de genre" est une notion floue et éminemment subjective qui n'a pas sa place dans notre législation. Nous appelons les sénateurs à être vigilants et à voter contre ces dispositions introduites par les députés lors de la deuxième lecture du texte à l'Assemblée nationale. La Manif Pour Tous suivra avec attention les débats parlementaires à la Haute Assemblée et compte sur la lucidité des sénateurs pour corriger les frasques hasardeuses des députés de la majorité ».