Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Philippe Migault viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »
30 mars à Rennes : comment l’école aborde la sexualité avec les élèves ?

Parquet financier : Chronologie d'un piège

Synthèse intéressante de Jean-Yves Robert-Carteret, avocat à la Cour, spécialiste en Procédure d'Appel :

Acte 1 : 19 décembre 2013, Jean-Louis Nadal, ancien conseiller au cabinet de Robert Badinter, ex-inspecteur général des services judiciaires dous Elisabeth Guigou, qui a requis l'ouverture d'une enquête à l'encontre de Christine Lagarde devant la Cour de Justice de la République, qui en 2012 soutient le candidat François Hollande, est nommé par ce même François Hollande à la tête de la haute Autorité pour la transparence de la Vie Publique.

Acte 2 : le 1er février 2014 - Création du parquet national financier par Christiane Taubira

Acte 3 : Eliane Houlette est proposée par Christiane Taubira le 14 janvier 2014 comme procureur du parquet national financier

Acte 4 : le 31 janvier 2014 Ariane Amson est nommée substitut du procureur du PNF

Acte 5 : 04 juillet 2014, Jean Michel Hayat, membre du syndicat de la magistrature, conseiller au cabinet de Ségolène Royal de 1997 à 2000, ... et également mari d'Adeline Hazan, présidente du syndicat de la magistrature de 1986 à 1989, ex-eurodéputée et ancienne maire PS de Reims, est nommé président du TGI de Paris

Acte 6 : 09 septembre 2014, Jean Michel Hayat crée la 32e chambre correctionnelle dédiée aux affaires traitées par le PNF.

Acte 7 : 01 septembre 2015, Peimane Ghaleh-Marzban, un très proche de François Hollande est nommé président de la 32ème chambre correctionnelle du TGI de Paris.

Acte 8 : 10 septembre 2015, Jean Louis Nadal est chargé de signaler les cas suspects à la 32ème chambre du TGI de Paris.

Acte 9 : 13 juin 2016, Jean-Pierre Jouyet embauche comme conseillère pour la justice à l'Élysée Ariane Amson qui quitte le PNF. Elle est la compagne de Pierre Heilbronn, qui lui devient directeur adjoint de cabinet de Michel Sapin.

Acte 10 : novembre 2016, un dossier est constitué à l'Elysée sur la base des fiches de salaire et déclarations de revenus des époux Fillon transmis par Pierre Heilbronn et suivi par Boris Vallaud, le mari de Najat Vallaud Belkacem.

Acte 11 : 15 décembre 2016, Thomas Cazenave, ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel Macron est nommé Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée. Il remet le dossier à Jouyet.

Acte 12 : François Hollande transmet le dossier à Gaspard Gantzer, de la même promotion Senghor à l’ENA qu'Emmanuel Macron, en lui recommandant d'en faire « bon usage »

Acte 13 : 09 janvier 2016, le dossier est transmis simultanément par Gaspard Gantzer à Michel Gaillard, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné et à Eliane Houlette par Ariane Amson.

Acte 14 : 25 janvier 2017, soit le même jour où « l’enquête du Canard enchainé » est publiée, une enquête préliminaire est ouverte par le parquet national financier pour des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits.

Acte 15 : Le 5 février 2017, les copies des PV d'audition des époux Fillon sont récupérés auprès du PNF par Ariane Amson et transmis par Gantzer aux journalistes du Monde, Davet et Lhomme.

Acte 16 : 15 février 2017, Jean-Louis Nadal transmet au PNF un signalement concernant un soupçon de déclaration incomplète de François Fillon à la HATVP.

Acte 17 : 24 février le PNF ouvre une information judiciaire contre X devant le risque de prescription encouru par le vote de la loi du 16 février 2017.

Acte 18 : 25 février 2017, Jean Michel Hayat, président du TGI désigne Serge Tournaire, le magistrat qui a mis en examen Nicolas Sarkozy, malgé l'avis contraire de van Ruynbeck dans l'affaire Bygmalion, comme premier juge d'instruction.

Acte 19 : 28 février 2017, le juge Tournaire signifie à Fillon une convocation pour le 15 mars 2017 en vue d'audition.Quatre jours plus tôt l'information judicaire avait été ouverte contre X, faute d'élements suffisants contre personne dénommée.

Il n'y a peut-être pas de cabinet noir à l'Elysée mais la république irréprochable de François Hollande y ressemble étrangement...

Commentaires

Ken

Il y a tout de même un point commun entre Macron et Fillon. Tous les deux s'en sont pris à la colonisation d'une manière redoutable.

"La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie..." pour Macron

"L’esclavage, la colonisation, la traite des êtres humains, étaient des abominations. L’oubli n’est pas possible ! Mais il n’est pas juste que la France d’aujourd’hui porte des crimes commis il y a plus d’un siècle et demi." » pour Fillon

Bien évidemment, tous ceux qui sont nés après la colonisation, n'ont pas à en être tenu pour responsable. Autrement tout immigré devenu français le serait aussi. Par contre on peut s'indigner devant un François Hollande qui, dès le premier jour de son mandat, tint à mettre sur un piédestal Jules Ferry, et ses amis francs-maçons. Ferry ne clamait-il pas à l'Assemblée qu'« Il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures.»

On a vu dernièrement la façon dont le gouvernement Fillon (sous Sarkozy) et Macron (sous Hollande) ont "civilisé" la Libye et la Syrie ! Et ils osent se présenter aux élections ! C'est pathétique !

arthur

Il y a dans cette liste de gens peu recommandables une immigrationniste forcenée à l'origine du programme anti-France du PS des années 2000! Vous avez dit bizarre ?

durtal

Les juges seront bientôt jugés, chacun son tour, et ça ne va pas être bisounours.

Bernard Mitjavile

Il est intéressant dans cette affaire de voir les journalistes du Canard nier ce qui est clairement suggéré dans leur bouquin et repris par Fillon, tiraillés qu'ils sont entre leurs idées de gauche et leur travail de journaliste.

Godefroid de Couillons

Sortons du rêve, il y a toujours eu des cabinets noirs...

Godefroid de Couillons

@Ken :
Il existe bien d'autres points communs entre MACRON et FILLON.
Leurs programmes mouvants sont sur la même ligne, notamment avec la politique de l'offre.
L'un comme l'autre serait, si par malheur l'un d'eux était élu, le digne continuateur de François HOLLANDE.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.