Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Congratulations
Bernard Accoyer (LR) veut exclure une candidate PCD qui n'est pas adhérente du parti LR

Bruno Mégret : "Les électeurs de la droite nationale ont été dépossédés d’une partie de leurs idées"

Extrait de l'analyse de Bruno Mégret parue sur le site Polémia :

613977-bruno-megret-le-23-janvier-2014-a-paris"Quelle que soit l’importance en nombre de voix des résultats obtenus par la candidate du Front national, il est impossible de les qualifier de succès. Au premier tour, le score de 21,3% est à peine supérieur au score cumulé des deux candidats de la droite nationale en 2002. Quant au pourcentage de 33,9% obtenu au deuxième tour, il est en net retrait par rapport à ce que des reports de voix raisonnables pouvaient laisser espérer. Or, la configuration politique dans laquelle le FN abordait cette élection était exceptionnellement favorable (...)

Dans ce contexte, il est clair que le FN n’a rien vu de la fenêtre historique qui s’ouvrait devant lui. Les résultats médiocres obtenus par sa candidate sont en effet la conséquence directe de la stratégie qu’elle a adoptée. Au lieu de mettre en avant la lutte contre l’immigration et l’insécurité, elle a centré son discours sur la sortie de l’euro et de l’Europe, avec comme conséquence d’inquiéter et donc de faire fuir une partie de son électorat potentiel. Au lieu de préconiser un programme économique fondé sur la baisse de la fiscalité, des charges et des réglementations, elle a mis en avant un programme social digne de la gauche des années 1970, se coupant ainsi de l’électorat des PME, des artisans et des professions libérales pourtant proche d’elle. Au lieu de chercher à élargir son assise électorale par la droite où se trouvait sa principale réserve de voix, elle a couru après les voix de Mélenchon dans une démarche vaine qui ne pouvait qu’éloigner d’elle l’électorat des Républicains. Au lieu de lancer des thématiques nouvelles et d’incarner une vision d’avenir, elle a donné le sentiment d’une absence de réflexion, de compétence et de perspective. Au lieu de s’élever à la dimension d’un homme d’Etat, elle a privilégié dans les débats le constat et l’attaque, affichant de l’arrogance et de la grossièreté quand il aurait fallu montrer de la hauteur de vue, de la fermeté et de la retenue.

Mais, comme la critique est souvent jugée facile, je voudrais, pour mieux étayer mon propos, expliciter quelques idées pour montrer ce qu’il aurait fallu faire en lieu et place de ce qui a été fait.

En premier lieu, la politique exigeant des formules claires, il fallait conserver un positionnement de droite, quitte à expliquer que l’antagonisme droite/gauche avait changé de nature et qu’il portait maintenant principalement sur la question identitaire. Philosophiquement, la droite a d’ailleurs toujours été du côté des valeurs, des racines et donc de , quand la gauche est foncièrement universaliste et cosmopolite. Ce positionnement à droite aurait facilité l’arrivée de nouveaux électeurs en provenance des Républicains où se trouvait le principal réservoir de voix.

Il était par ailleurs essentiel que la candidate soit porteuse d’une vision. Une vision qui tienne compte des réalités du monde d’aujourd’hui et qui ouvre des perspectives d’avenir. Or le monde devient multipolaire, marqué par le choc des civilisations. Aussi fallait-il, face à la Chine, à l’Inde, au monde musulman ou aux Etats-Unis prôner l’émergence d’un pôle de puissance européen capable de préserver notre identité, nos intérêts et notre indépendance collective. Il fallait aussi avancer la nécessité d’un changement dans l’organisation du monde visant à substituer au système actuel, fondé sur la libre circulation quasi intégrale des biens et des personnes, un nouveau système reposant sur la régulation des échanges aussi bien économiques que migratoires. L’affirmation d’une telle vision aurait inscrit la candidature du FN dans une perspective historique et géopolitique qui aurait contribué à la crédibiliser tout en ringardisant ses adversaires.

La candidate aurait dû, par ailleurs, s’affirmer plus clairement comme opposée au Système et pour cela s’en prendre systématiquement à la pensée unique et à ceux qui la véhiculent et qui l’imposent. Il fallait dans cet esprit mettre en cause les médias comme vecteur militant de la pensée unique et dénoncer le pouvoir envahissant des juges en contestant explicitement le rôle du Conseil constitutionnel et de la Cour européenne des droits de l’homme. Quitte à proposer certaines solutions concrètes comme l’instauration d’un droit de recours des décisions du Conseil constitutionnel devant le Parlement ou devant le peuple. Ce faisant, la candidate aurait évité une certaine normalisation qui l’a fait apparaître comme faisant, elle aussi, partie de la classe politique.

Il aurait par ailleurs été souhaitable de présenter un programme structuré autour d’un nombre d’axes limité, hiérarchisés et électoralement porteurs. La priorité devait être donnée à la question de l’immigration, de l’islamisation et de l’insécurité avec des objectifs ambitieux et des mesures choc soutenus par un panel de réformes crédibles. Ensuite devaient venir la politique familiale et celle de l’enseignement avec la défense des valeurs. En économie, c’est la baisse des impôts et des charges ainsi que le recul de la bureaucratie qui devaient être mis en avant. Sur le plan social, c’est la préférence nationale et le protectionnisme aux frontières de l’Europe avec l’impératif de la réindustrialisation de la France et du continent qui devaient prévaloir. Une telle hiérarchisation des thèmes aurait permis à la candidate de toucher les Français sur les questions qui les affectent le plus et dont ses adversaires parlaient le moins (...)

Enfin, sur un plan tactique, il fallait, dès le premier tour, désigner Macron comme l’adversaire principal en le qualifiant de parfait représentant de la gauche et cela pour limiter son potentiel de séduction vers la droite.

Un tel dispositif de campagne n’aurait peut-être pas suffi à assurer la victoire, mais il aurait permis un rassemblement très large, tout en ouvrant des perspectives prometteuses de recomposition et de progression. Car, si les Républicains sont défaits, c’est en récupérant leurs électeurs et éventuellement certains de leurs cadres et de leurs élus de base qu’aurait pu se constituer autour du FN une nouvelle et grande force politique capable de devenir majoritaire dans le pays.

En raison de la stratégie choisie par les dirigeants du FN, les électeurs de la droite nationale n’ont pas seulement été frustrés d’un grand succès électoral, ils ont été dépossédés d’une partie de leurs idées et privés des perspectives de voir demain leur convictions triompher.

Commentaires

incongru

ce Bruno Maigret est loin d'être mon favorit, mais il faut lui reconnaitre une vision perspicace - pas assez populiste pour percer, ou trop vrai (on n'aime pas toujours entendre ses défauts)

mld

Excellente analyse. Un programme du FN comme on le rêvait, qui "n’aurait peut-être pas suffi à assurer la victoire, mais il aurait permis un rassemblement très large, tout en ouvrant des perspectives prometteuses de recomposition et de progression".

Monique

"elle a centré son discours sur la sortie de l’euro et de l’Europe, avec comme conséquence d’inquiéter et donc de faire fuir une partie de son électorat potentiel."

Ce n'est pas vrai. C'est le contraire. Marine Le Pen eut le même discours que Tsipras en Grèce. Elle a été extrêmement peu claire sur l'euro, reportant le sujet aux calendes grecques. Quel était l'intérêt de voter pour le FN puisque celui-ci était en fait prêt à suivre les directives européennes ? Macron représente l'Europe fédérale avec l'Otan aux ordres des Américains. Le seul parti contraire n'était plus le FN, mais l'UPR avec son frexit. Il est intéressant d'écouter sur ce sujet le président ce ce parti :
https://www.youtube.com/watch?v=M5gK_qlbgY4
Le FN sans Marion et sans Philippot qui était lui aussi pour le frexit, n'a plus aucun intérêt sauf à nourrir des élus qui comme Marine Le Pen engrange depuis plusieurs années de bons revenus en tant que député européen.

bv

C'est facile de s'ériger en donneur de leçons ! La scission des mégrétistes a failli faire disparaître le FN.
Que cherchent tous ces partis microscopiques qui piquent tels des moustiques ? A casser la seule machine électorale du camp souverainiste alors que les élections législatives ne sont pas encore passées ?
Ah ! Ces éternels donneurs de conseils qui vous abreuvent de leurs morales à quatre balles alors que vous ne leur avez rien demandé !

Frégate

Il faut reconnaître qu'avec le FN qui drague les mélanchonistes et LR qui drague Macron l'électeur de droite a de quoi se sentir cocu. Il ne reste que Dupont Aignan, Megret Karl Lang et Poisson.

Christine

Bonne analyse. La droite de conviction se sent flouée et pire...oubliée.

Bernard Mitjavile

Tous ceux qui ont soutenu Marine Le Pen dans cette voie sans issue avec un programme économique de gauche sont soit des petits ambitieux à la recherche d'un siège de député ou moins, soit des gens qui ne comprennent pas grand chose aux réalités économiques et sociales de la France d'aujourd'hui.

cad

Y AVAIT KA pas se mettre dans l'illégalité à VITROLLES et faire une scission mal préparée et suicidaire avec le MNR

jehan

Les résultats électoraux du FN depuis que Marine a pris la direction du FN parlent pour elle : nombre de suffrages en progression à chaque scrutin. Tout les reste n'est que règlements de comptes et querelles de boutiquiers.

[Ben non justement, tous les analystes sérieux et surtout objectifs vous expliquent que cette progression relative n'est pas forcément due à MLP mais aux circonstances (immigration, terrorisme...). Vous croyez vraiment que c'est le discours sur l'euro et l'économie qui ont fait progresser le FN ?
C'est la 1ère fois aussi que le candidat du FN fait moins qu'aux élections dites secondaires (régionales, européennes...).
Et avec 21%, on est très proche de JMLP + Mégret de 2002....
Si on veut reconstruire il faut être objectif.
PC]

jejomau

Mais je m'en tape de son analyse ! Même brillantissime !

Est-ce que c'est le moment de réfléchir ou le moment d'AGIR ?

Les Français S'en TAPENT !!!

ON S'EN TAPEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !

Il faut y aller Marine ! VAS-Y à ces Législatives!

On s'en tape de la "ligne Philippot" ou de la "ligne machin" !!

Il faut stopper la racaille qui arrive au Parlement : On a TOUS besoin de vous !!!

Allez Marine !

Et là cà vient du fond du coeur

Bainville

En 1998,le père Le Pen a traité indignement Bruno Mégret et lui a refusé toute possibilité de faire valoir son point de vue," devenir responsable et se faire des alliés".

Il a continué en écœurant et poussant vers la sortie tous les grands talents de Martinez à Le Gallou, Bompard Lang etc...

Il a roulé Gollnisch dans la farine pour faire passer sa fille, inculte, sans convictions, et qui a joué avec le cadeau du Papa, en faisant du parti un bureau politique marchant à l'exclusion, et se tournant vers le gauchisme et la démagogie.

Les crédules du FN pensaient qu'elle était au moins habile, mais la bêtise de s'être liée au clan Philippot, la vulgarité de la "pensée" ont achevé son parcours calamiteux.
On ne veut plus entendre parler des Le Pen, 40 ans de perdus.
Marion Maréchal, une autre vision, un autre monde culturel.

Tous les grands exclus par le clan Le Pen, auraient écrabouillé l'insipide Macron !

Guzzz

Tout à fait d'accord.Autant dire qu'il y a tout à repenser et que ça fera probablement très mal au parti...sans compter que la mue sera longue. La question est "y survivra-t-il?" Je comprends qu'une jeune députée ait préféré une voie plus porteuse d'avenir!

Catoneo

Le Front national phase II a troqué un blocage pour un autre. Alors que le canal historique repoussait toutes responsabilités d'étage régalien en rallumant les fours si le succès se rapprochait trop, la version dédiabolisée a trouvé la parade en effrayant la classe moyenne. On ne rallume plus le gaz, on vise l'épargne des ménages. C'est radical.

Comment le Bureau politique n'a-t-il pas vu que sortir de l'Union européenne et de l'euro (c'est lié par les textes) allait l'empêcher d'obtenir cette moitié plus un des suffrages exprimés qui ouvriraient les portes du pouvoir. En plus il est connu que les Français ne veulent pas quitter l'Eurogroupe (comme le refusent les Grecs, les Italiens, Portugais, Espagnols et Irlandais).

Le raisonnement impolitique au possible s'appuyait sur les conclusions d'économistes non impliqués dans les effets de leurs recommandations (Sapir est à Moscou, Gave à Hong Kong), charmés de se voir pris au sérieux.

La présidente du Front national, battue à plates coutures à la présidentielle, fait cet amalgame, rare dans un parti démocratique, de l'infaillibilité et de l'inamovibilité. C'est une politique de tunnel, sans bout !

On perd son temps au Front national ! M. Mégret l'a compris le premier il y a longtemps.

Antoine

Pas vraiment d'accord. Ne pas oublier le conditionnement social médiatique. Il est très dur de s'en extraire et la plupart des élus et électeurs LR en sont prisonniers (cf. vote Macron chez les cathos et LR).

C'est triste à dire mais la platerforme commune n'existe pas. Les électeurs LR ont intériorisé le caractère infréquentable du FN par la politique du front républicain.

scat

bv

réponse : à faire TRIOMPHER nos idées, à SERVIR la France

Et, vous, vous n'êtes pas un donneur de leçons sans doute ???

Mégret a 100% raison. Prouvez le contraire !!!!

Semper Fidelis

Des convictions qui ne sont plus représentées parce qu'il n'y a plus de "hauts parleurs" ni d'affichage !

Les merdias sont à 90 % contrôlés par la gauche, et sur 10 titres de la presse écrite, il n'y en a plus qu'un (et encore) qui affiche nos couleurs...

Pour relever la France, il faut que les personnes disposant de gros moyens financiers rachètent (ou créent) des journaux ou des chaînes télé, il faut que les jeunes de notre camp investissent le terrain dans les grandes écoles, dans les merdias, dans l'éducation nationale, dans les tribunaux, dans les assemblées locales ou nationales !

Et faire comme les Viêts : lentement, patiemment, en creusant des galeries souterraines, comme des fourmis...

Solange

Analyse brillante et objective. Ce sont des hommes comme Bruno Mégret et Jean-Yves Le Gallou qu'il faudrait au Front National. Marine et Philippot vont dans le mur et empêchent l'union nécessaire des droites sans laquelle la victoire du mouvement national est impossible.

Meltoisan

« Il ne reste que Dupont Aignan, Megret Karl Lang et Poisson. » écrit Frégate

… mais aussi Karim Ouchikh, Philippe de Villiers, Paul-Henri Couteaux, Marie-France Garaud, … et certains patriotes de Sens Commun qui, comme le PCD et bien d’autres, n’ont plus rien à faire avec LR !

Marcos

L'inconnue c'est Macron. On ne sait rien de ce garçon ni de ses intentions politiques. Je suppose que la bande de bras cassés qu'il présente aux législatives c'est pour gagner du temps et que, dès que possible, il instaurera la proportionnelle. La pauvre MLP est grillée, elle ne pourra pas resservir. J'aime bien le teint reposé de Mégret. Il semble prêt pour de nouveaux combats. Neurones reposés aussi : il a dû réfléchir à ses fautes passées. Son temps serait-il arrivé?

azert

si les 6-7 millions d'électeurs front national, soit-disant conscient des enjeux, de la menace de dissolution de leur pays, comprenaient l'importance de la médiatisation.
que ce n'est pas une fatalité
que l'argent est le nerf de la guerre.
si chaque électeur donnait 10€/mois pour soutenir un média réellement patriote de contre-propagande.
on aurait un budget de plus de 700millions d'euros par an.
ce qui me dégoute le plus après l'incompétence de toutes ces personnalités patriotes.
c'est la bêtise des patriotes, à l'image des élus qui les défendent.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.