Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Législatives - Martine Pincemin (SIEL) : "la droite est fautive de la désertion de son électorat"
C’est arrivé un 10 juin…

« Oui, monsieur le Procureur, tuer un enfant à naître est un homicide ! Justice pour Julie ! »

Le 2 juin, à Saint-Quentin, une voiture percute la voiture de Cécile Carré côté conducteur. Cécile est enceinte de 5 mois. Une échographie montre que l’enfant qu’elle porte est mort, du fait de l’accident.

Un certificat de décès a été établi au nom de l’enfant Julie, dont le nom figurera sur le livret de famille. Un enfant qui n’existe pas pour la justice, puisque, par une incohérence typique de la culture de mort, la jurisprudence ne reconnaît pas l’homicide sur un fœtus.

Il y avait eu un cas analogue en 1995, à Metz. Le tribunal avait condamné le chauffard pour homicide involontaire sur un fœtus. La cour d’appel avait infirmé le jugement, et en 2001 la Cour de cassation, dans un arrêt qui désormais allait faire jurisprudence, donnait raison à la cour d’appel, car le fœtus n’est pas une personne humaine. Il va de soi que le fœtus ne peut pas être une personne humaine pour la justice française, car les avortements seraient autant d’homicides… volontaires.

Même scénario à Tarbes, en 2014. Comme à Metz, on a parlé de la « mère inconsolable » et de son « enfant mort », et le tribunal a condamné le chauffard pour homicide involontaire. Le prévenu lui-même reconnaissait avoir tué un enfant. Mais le parquet fit appel, et le jugement fut infirmé. Il n’était plus besoin d’aller en cassation.

Et dans l’affaire de Saint-Quentin, la mère sait d’emblée que le chauffard ne pourra être poursuivi que pour coups et blessures sur elle-même. Mais elle ne l’accepte pas, et elle a lancé une pétition qui a recueilli plus de 8000 signatures en quatre jours.

"Aux yeux de la justice, ma fille qui avait 23 semaines dans mon ventre, que j'ai tenue dans mes bras et à qui j'ai tenue la main, n'a aucun moyen de se défendre de la justice, car elle n'est pas considérée comme un bébé"

« Oui, monsieur le Procureur, tuer un enfant à naître est un homicide ! Justice pour Julie ! »